Nuremberg (Allemagne) : Vengeance pour les deux de la Jamnitzer Platz !

de.indymedia.org / mercredi 10 février 2021

Dimanche matin, à l’aide de 20 litres d’essence, nous avons mis le feu à une douzaine de pneus de voiture et à quelques trottinettes électriques, sur la Jamnitzer Platz, dans le quartier de Gostenhof. En même temps, nous avons attaqué le bureau de la police municipale de Nuremberg, à l’aide de bombes de peinture et de pierres. Aux deux endroits on peut maintenant lire, écrit en grandes lettres, ce que beaucoup de monde souhaite : « Vengeance pour les 2 de la Jamnitzer Platz ! »

Le 2 février, à Nuremberg, deux personnes ont été condamnées à 14 et 10 mois de prison, avec 3 ans de sursis. La raison, absurde, de la sentence : pendant l’été 2019, les deux auraient crié après les policiers, sur la Jamnitzer Platz. Le fait que l’une des personnes condamnées n’était manifestement même pas là, ce soir-là, montre les motivations qui étaient derrière ce procès et ses sentences : il s’agit d’un procès politique et le pouvoir arbitraire de l’État a été appliqué dans toute sa sévérité. Les sentences n’ont donc pas été rendus à cause de quelques cris et d’opinions critiques, mais à cause de tout ce que la Jamnitzer Platz [place au centre du quartier populaire et « alternatif » de Gostenhof, à Nurembeg ; NdAtt.] représente.

La Jamnitzer Platz représente les nombreux moments de rébellion des habitant.e.s de Gostenhof, contre les keufs et cet État de merde. Elle représente les dures manifestations spontanées et la lutte collective contre la hausse des loyers dans le quartier. Mais aussi une mixité sociale solidaire, des nuits chaudes près du feu et des coins tranquilles, sans la pression de la consommation. Tout cela est une épine dans le pied pour les autorités de la ville, pour la Police municipal et pour les flics !

Qui ne s’intègre pas dans le système, le critique ou ose s’organiser par soi-même, est combattu avec sévérité : depuis l’été 2019, Gostenhof est massivement occupé par les flics. Les keufs de l’USK [Unterstützungskommando, unité d’intervention de la police bavaroise; NdAtt.] terrorisent toutes les personnes qui ne correspondent pas à leur vision, de droite, du monde. Le siège policier de la Jamnitzer Platz, les contrôles constants et la présence quasi permanente de flics dans le quartier ont des conséquences : de plus en plus de monde ne supporte plus cette merde et ouvrent leur gueule. C’est le cas lors de rassemblements, de conversations entre voisin.e.s ou lors de confrontations avec les keufs.

Tout cela a été fatal aux deux condamné.e.s ! La terreur policière n’a pas porté à la domestication de Gostenhof, comme ils le souhaitaient, voilà pourquoi ils ont maintenant recours à l’une des armes les plus lourds que l’« État de droit » puisse utiliser : la prison ! Le message est clair : quiconque ne fasse que s’approcher d’une position de désobéissance sera sévèrement puni.e !

Enfermer une personne dans un trou crasseux pendant 14 mois et lui ôter sa liberté est un crime ! Nous ne nous faisons pas d’illusion sur la possibilité de réparer de façon adéquate cette injustice. Vous aurez encore des nouvelles de notre haine, c’est sûr !

Vengeance pour les deux de la Jamnitzer Platz !

 

P.S. : Nous saluons les personnes qui, hier soir, après une bataille de boules de neige sur la Jamnitzer Platz, ont terminé par un grand feu d’artifice et ont réclamé haut et fort la liberté pour tou.te.s les prisonnier.e.s politiques ! Tout Gostenhof déteste la police !

This entry was posted in ACAB, International, Nique la justice and tagged , . Bookmark the permalink.