Chili : Solidarité avec le compagnon anarchiste Joaquín García

Contra Info / mercredi 2 septembre 2020

Solidarité avec Joaquín García

Captif dans l’unité spéciale de Haute sécurité après avoir été arrêté, le 19 novembre 2015, avec Kevin Garrido, pour avoir placé, une semaine auparavant, un puissant engin explosif composé de trois kilos de poudre noire, de clous, de deux bouteilles de carburant, une d’acide sulfurique, et d’un téléphone portable comme détonateur, dans le 12ème commissariat de San Miguel ; une attaque revendiquée par la Conspiracion internacional por la venganza/Celula deflagrante Gerasimos Tsakalos [Conspiration internationale pour la vengeance/Cellule Gerasimos Tsakalos].

En septembre 2018, tous deux ont été condamnés. Joaquín à 10 ans de prison pour l’attaque du 12e commissariat et à 3 ans supplémentaires pour port d’armes à feu, qu’il avait sur lui pendant qu’il était en cavale, en 2016 [il était sorti de prison, aux arrestation domiciliaires, et s’était mis au vert ; NdAtt.].

Kevin Garrido a été condamné à 17 ans de prison pour les bombes au 12ème commissariat et à l’école de gendarmerie de San Bernardo. Le 2 novembre, il a été assassiné dans la prison/abattoir de Santiago 1.

Liberté pour Joaquín García !
[…]
A bas toutes les prison

Semaine de solidarité avec les anarchistes emprisonné.e.s (du 23 au 30 août 2020)

*****

Une lettre de Joaquín par rapport à l’arrestation des compas Mónica et Francisco

Contra Info [traduction un petit peu remaniée] / lundi 17 août 2020

Il semblerait que la Négation ne donne lieu à aucune Vérité, Raison ou Logique inébranlable, que de la lutte contre la mensonge de l’existant ne résulte qu’un chemin semé de doutes, dans lequel le présent et l’avenir sont confus dans une teinte diffuse, un brouillard dense dans lequel nous serions contraint.e.s de naviguer ; cependant il y a quelque chose qui ramène la clarté sur ce chemin : c’est la boussole de la lutte, qui apparaît comme la raison de l’inséparable symbiose entre théorie et pratique, le collimateur d’une existence parfois errante.

La dynamique du combat ébranle l’existence pour la ramener à la vie, lui donnant cette Ardeur souvent éteint par l’ennui et la monotonie ; la construction d’une existence de contestation entraîne alors la capacité de vivre loin de la virtualité imposée par la vie normalement dictée, elle apporte les sensations agréables de l’attaque, l’élan vers la mythique destruction créatrice, ainsi que la souffrance, quand c’est l’ennemi qui nous qui frappe, la souffrance de la prison, de la mort ; tout ça, qui flirte avec la subversion, ce sont les saveurs de la vie, la vraie vie, faite de calices amers et des délices.

Aujourd’hui, nous buvons ce calice amer : deux chers compas ont été arrêté.e.s et accusé.e.s d’avoir placé de nombreux engins explosifs, dont celui envoyé à l’ancien ministre de l’intérieur Rodrigo Hinzpeter et celui envoyé au 54e commissariat de Huechuraba. Il est indéniable que ces deux belles attaques parlent de continuité historique, du sursaut d’une mémoire qui n’oublie pas. Le Pouvoir, perturbé et craintif, se précipite à arrêter les supposées responsables, mais nous nous souvenons que la révolte d’octobre dernier n’a pas été le point culminant d’une extase rebelle, mais qu’elle a été la création, le tournant de centaines de vies dans la lutte.

Une grosse accolade de loin, mais pleine d’amour, d’affection et de force pour vous, Mónica Caballero et Francisco Solar.

Vive l’Anarchie !

Joaquín García Chanks
prison de Santiago, Chili
14 août 2020

This entry was posted in Anticarcéral, International, Nique la justice and tagged , , . Bookmark the permalink.