Des permanences électorales aux bureaux de vote

Florange (Moselle) : Le bureau de vote sens dessus dessous

France Bleu / samedi 14 mars 2020

Le matériel de vote renversé, l’isoloir cassé et du liquide de voiture anti-pollution déversé sur le sol, le maire de Florange Rémy Dick a découvert le bureau de vote numéro 9 saccagé. Ce dernier est situé dans le gymnase le Cosec du Haut-Kème.


Le maire n’a pas souhaité réagir à ce sujet. Ce n’est pas la première fois que le maire de la ville fait face au vandalisme. Un feu de poubelles a été découvert près du même gymnase vendredi soir et ce samedi matin. Des jeunes âgés de 12 à 13 ans, qui tentaient de pénétrer dans le gymnase, ont été pris sur le fait par la police. Ils ont été remis à leurs parents, mais on ne sait pas s’ils sont les auteurs de tous les faits.

*****

Saint-Etienne : Et de quatre

Le Progrès / samedi 14 mars 2020

Quatre. C’est la quatrième fois en moins d’un mois que le local de campagne de Sophie Robert, tête de liste au Rassemblement National (RN) aux élections municipales de Saint-Etienne, est ciblé par des dégradations. Après les projectiles, les œufs et la farine, les marqueurs et le rouge à lèvres, la devanture de campagne, située rue Victor-Hugo, a été à nouveau visée, dans la nuit de vendredi à samedi.
Cette fois, ce sont des pierres qui ont été jetées sur les vitres du local de la tête de liste du RN à Saint-Étienne. Des impacts de projectile et des débris de verre ont été relevés par la police. Comme les précédents actes de dégradations, la candidate a déposé plainte au commissariat central.
Concernant les deux faits ultérieurs, les auteurs avaient été interpellés. Le 3 mars, il s’agissait de trois jeunes mineurs qui, après leurs arrestations, avaient été remis à leurs parents. Le 7 mars, trois jeunes femmes étaient impliquées dans ce forfait. Elles ont été relâchées.

*****

La Teste (Gironde) : Le 49.3 ne passe pas

Sud-Ouest / jeudi 12 mars 2020

[…] La permanence de Véronique Rocchi, tête de liste de la Confédération a été vandalisée dans la nuit de mercredi à jeudi. la candidate de la Confédération testerine humaniste a déposé plainte. On pourrait aussi ajouter que les tags semblent fustiger la politique d’Emmanuel Macron. sauf que Véronique Rocchi, si elle a bien fondé le comité En Marche de Pyla-sur-Mer, n’est plus membre du mouvement depuis plus d’un an.

*****

Marseille : Des tags sur la permanence LREM

La Provence / vendredi 13 mars 2020

Le candidat LREM à la mairie de Marseille Yvon Berland a décidé de porter plainte à la suite de « la découverte ce matin de dégradations commises à l’encontre de (s)a permanence » […]

This entry was posted in Antiélectoral, Élections municipales de 2020 and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.