Deuxième semaine d’épreuves du bac : les lycéen.ne.s bloquent encore

Pau (Pyrénées-Atlantiques) : Quatre jeunes interpellés pour avoir essayé de murer le portail du lycée

Sud-Ouest / lundi 27 janvier 2020

Dimanche soir, la police est intervenue vers 18h au lycée Saint-John Perse. Ils avaient été informés de la présence de quatre jeunes, qui étaient en train de tenter d’entraver le portail principal de l’entrée du lycée.

Leur but, empêcher la tenue des épreuves « E3C » de contrôle continu du nouveau bac. Une petite course-poursuite a eu lieu entre policiers et jeunes. Trois d’entre eux, des lycéens scolarisés à Saint-John Perse, ont été arrêtés et transférés au commissariat de Pau, rue O’Quinn. Ils ont passé la nuit en garde à vue.
Ce lundi, la garde à vue a été levée. L’un deux a été mis hors de cause. Deux sont poursuivis et seront sans doute présentés lors d’une composition pénale.
Lors de la manifestation qui a temporairement bloqué le lycée ce lundi matin, l’information s’est répandue comme une traînée de poudre parmi les élèves.

*****

Rennes, toujours déter

Ouest-France / lundi 27 janvier 2020

Ce lundi matin, l’accès au lycée de Bréquigny était bloqué par des poubelles et des barrières entassées par les élèves. Les forces de l’ordre sont intervenues une première fois, vers 8 h 30, pour lever le barrage qui s’est reformé aussitôt après. Finalement, l’accès a été rendu possible peu avant 13 h, avec une nouvelle intervention de la police.
Un blocage a également été mené, ce lundi matin, devant le lycée Joliot-Curie à Rennes. Là encore la police est intervenue.

*****

Rennes : Malgré les flics, les épreuves sont reportées

FranceBleu / mardi 28 janvier 2020

Au lycée Bréquigny de Rennes, les épreuves de contrôle continu (E3C) de ce mardi ont été annulées. D’après la direction de l’établissement, 150 personnes ont envahi les salles d’épreuves à 10 minutes de la fin, contraignant ainsi le chef d’établissement à mettre fin à l’examen.
D’après les témoignages, il était un peu plus de sept heures ce mardi matin quand les premiers fourgons de police sont arrivés devant l’établissement rennais. Avec leurs boucliers, les agents ont délogé, plus ou moins calmement, les lycéens qui bloquaient les entrées et sorties. A partir de là, les forces de police ont filtré a leur tour l’accès à l’établissement afin que l’épreuve de contrôle continu du jour puisse avoir lieu.
Mais la situation s’envenime quelques minutes avant la fin de l’épreuve, lorsque les forces de l’ordre reprennent la route. C’est là que, d’après les témoignages de la direction, une centaine de manifestants est entrée dans le lycée. Ils ont alors forcé des portes, notamment celles où l’épreuve du bac avait lieu.
D’après le proviseur, des vitres ont été brisées et le verre est tombé sur certains élèves qui travaillaient. Il a alors été décidé de mettre un terme à l’épreuve et de la reporter intégralement mardi prochain. Toujours selon le proviseur, ces personnes n’étaient pas toutes scolarisées au lycée Bréquigny […].
A quelques kilomètres de là, au lycée René Descartes, la direction a également annulé les épreuves de ce mardi.

*****

Rennes : Intrusion et début d’incendie au lycée

Le Télégramme / jeudi 30 janvir 2020

Il était environ 10 h 15 ce jeudi 30 janvier quand les pompiers ont été appelés pour un début d’incendie au lycée Victor et Hélène Basch (VHB), rue du Professeur-Jean-Pecker à Rennes, suite à une intrusion. Il s’agit d’un feu de poubelle déclenché par des personnes extérieures à l’établissement et qui voulaient perturber les évaluations de contrôle continu. […]
Si l’épreuve du jour a pu finalement se tenir, le lycée a été contraint de reporter celle prévue ce vendredi 31 janvier « en raison des menaces de perturbation ».

*****

Annemasse (Haute-Savoie) : C’est l’ambiance

Le Dauphiné Libéré / lundi 27 janvier 2020

Lors qu’une nouvelle mobilisation partout en France était attendue ce lundi 27 janvier contre les nouvelles épreuves du bac en contrôle continu (E3C) qui se tiennent cette semaine, à Annemasse (Haute-Savoie), c’est au lycée des Glières, ce lundi, que cela a chauffé.
Aux alentours de 9 heures, alors que des lycéens des Glières allaient passer l’une de leur épreuve comptant pour le baccalauréat, plusieurs jeunes opposants à la réforme du bac, ont créé la zizanie à l’entrée de l’établissement situé rue de Verdun à Annemasse.
Certains parents d’élèves parlent de scène très dures, avec des jeunes qui ont empêché les autres élèves de rentrer en utilisant des fumigènes, en cassant des œufs et en mettant ensuite de la musique à fond.
L’épreuve aurait bien eu lieu cependant. Plusieurs parents d’élèves sont en colère et annoncent qu’ils vont demander l’annulation de l’épreuve.

*****

Seyssinet-Pariset (Isère) : Plein d’idées bloquer le lycée

FranceInfo / lundi 27 janvier 2020

Intrusion dans des salles de classe, vitres brisées, alarme incendie déclenchée… Des débordements ont causé des dégâts au lycée Aristide Bergès de Seyssinet-Pariset (Isère) suite à une manifestation organisée devant les grilles de l’établissement ce lundi 27 janvier, dès 7h30.
Près de 500 personnes s’y sont rassemblées, essentiellement des lycéens, « en vue de perturber la tenue des épreuves de contrôle continu du baccalauréat » et de protester contre la réforme Blanquer, annonçait un professeur avant la manifestation. La situation a dérapé quand certains manifestants ont franchi les grilles du lycée, alors que quelques élèves étaient parvenus à se rendre aux épreuves, dans les salles de cours.
De nombreux jeunes se sont ensuite introduits dans le bâtiment, allumant des fumigènes et rentrant dans des salles de cours, peut-on voir sur des images Snapchat que France 3 Alpes s’est procurées. Des dégâts ont été occasionnés dans le lycée, c’est pourquoi tous ceux qui s’y trouvaient ont été évacués dans la cour.
Les gendarmes mobiles sont intervenus pour maîtriser la situation, sans heurt jusqu’ici, ont constaté nos journalistes sur place. Quand certains lycéens ont tenté de rentrer à nouveau dans l’établissement, toute l’enceinte a été évacuée. Le lycée Aristide Bergès a été fermé en fin de matinée ce lundi, les élèves sont en train de rentrer chez eux. Plusieurs épreuves d’italien, d’espagnol et d’allemand ont été annulées dans la matinée suite à ces débordements.

*****

Sète (Hérault) : Épreuves reportées cause blocus, malgré les menaces

FranceInfo / lundi 27 janvier 2020

Après le lycée Jules Guedes de Montpellier, vendredi, c’est au tour de l’établissement Paul Valéry de Sète d’être bloqué ce lundi matin. Les épreuves E3C d’histoire et de géographie des Premières n’ont pas pu se tenir. Elles sont reportées à vendredi, sauf si le blocus persiste. […]
Les 123 candidats aux épreuves E3C d’histoire et de géographie ont trouvé portes-closes dès 7h et sont restés devant l’établissement.
L’épreuve devait se tenir à 10h. Elle n’a pas eu lieu et a été repoussée à vendredi.
Il devrait en être de même mardi pour l’anglais, mercredi pour les maths et jeudi pour l’espagnol.
Selon nos informations, des parents d’élèves ont reçu un SMS de l’établissement sur leur portable. Il explique que les lycéens qui ne passeraient pas les épreuves, sans raison, et/ou feraient blocus, seraient sanctionnés par un Zéro, à l’épreuve d’E3

*****

Bayonne (Pyrénées-Atlantiques)

Sud-Ouest / lundi 27 janvir 2020

De nombreux élèves ont refusé de passer les épreuves de langue ce matin pour protester contre la réforme du bac.
Depuis ce lundi matin, l’entrée du lycée Cassin de Bayonne est bloquée par une partie des élèves de première et terminale qui dénoncent, par cette action, la réforme du bac. […]

*****

Argonay (Haute-Savoie) : Des idées pour bloquer le lycée… et le bac

Le Dauphiné Libéré / mardi 28 janvier 2020

Ce mardi 28 janvier au matin, des élèves et des professeurs s’étaient rassemblés pour bloquer l’entrée du lycée polyvalent Louis-Lachenal, à Argonay. Avec des pétards et des fumigènes.
Ce rassemblement était organisé pour protester contre la réforme du baccalauréat et empêcher que des élèves de Premières passent des épreuves. L’accès avait cependant été rendu possible car sécurisé par les gendarmes.
Dans un communiqué transmis par internet aux parents, le proviseur Raymond Mege informait ces derniers des incidents survenus devant son établissement. Il les assimile à des actes de vandalisme et évoque “des jets d’objets incendiaires”. D’autant que, d’après lui, des câbles électriques auraient été sectionnés dans la nuit de lundi à mardi pour, dit-il, “perturber l’entrée au lycée.” Il a déposé plainte.
Dans ce message, il invite les parents à échanger avec leurs enfants sur la gravité de ces dégradations qu’il pense “perpétrées par certains élèves”. Il compte bien, écrit-il, “les sanctionner”.
Le proviseur a décidé de reporter les épreuves mais de maintenir les cours. Les protestataires s’étaient dispersés aux alentours de 10 heures, non sans avoir mis le feu à un tas de feuilles.

*****

Le Mans

Ouest-France / mardi 28 janvier 2020

Depuis 7 h ce matin du mardi 28 janvier 2020, le lycée Bellevue au Mans (Sarthe) est bloqué par des élèves qui protestent contre la tenue des E3C épreuves anticipées du bac qui doivent se tenir aujourd’hui. Des professeurs sont eux aussi présents.
Vers 9 h 30, les élèves se trouvaient au milieu de la route. Ce sont les professeurs qui se chargent de faire passer des automobilistes, parfois impatients.
Lundi, c’est au lycée Malraux d’Allonnes que les épreuves de contrôle continu avaient été annulées.

*****

Grenoble : Annulation des épreuves

extrait de FranceInfo / mardi 28 janvier 2020

[…] Dès 7h30, environ 150 personnes (élèves et professeurs) se sont rassemblées à Grenoble devant le Lycée des Eaux-Claires où l’épreuve d’anglais des premières générales et technologiques (300 candidats) devait se dérouler.
Celle-ci a du être annulée. Des élèves se sont introduits dans l’établissement avec des pétards et des fumigènes. […]

*****

Millau (Aveyron)

Midi-Libre / mardi 28 janvier 2020

Les élèves du lycée Jean-Vigo ont mené une action devant leur établissement, ce mardi matin, à Millau. Aidés, notamment, par une poignée de militants du NPA et de gilets jaunes, ils étaient une centaine à bloquer les entrées du lycée, en protestation à la réforme du baccalauréat, et précisément le passage des épreuves dîtes E3C.
Déjà prévus la semaine passée, ces examens préliminaires (histoires géographie, langues vivantes, maths pour la filière technologique) devaient finalement démarrer ce mardi à Jean-Vigo. Les lycéens, appuyés également par des parents d’élèves et des professeurs, demandent que ces épreuves soient ajournées, et décalées au mois d’avril, pas avant.
Ils font valoir une désorganisation dans la mise en place des épreuves, et un manque de temps pour les préparer. Ces E3C, qui devaient durer jusqu’à vendredi à Jean-Vigo, ne devraient pas avoir lieu. Les lycéens ont prévu de maintenir leur action jusqu’à la fin de la semaine.

*****

Bourg-en-Bresse

Le Progrès / mardi 28 janvier 2020

A la suite du blocage du lycée Lalande par des professeurs grévistes et des lycéens, les épreuves de contrôle continu du bac programmées ce mardi, ont été annulées et reportées à une date ultérieure.
Des professeurs en grève et des élèves, toujours hostiles tant à la réforme des retraites qu’à celle du baccalauréat, ont installé dès 8 heures, mardi 28 janvier un piquet de grève devant le lycée Lalande. Objectif : empêcher la tenue des E3C (épreuves communes de contrôle continu) prévus aujourd’hui dans l’établissement.
Devant la pluie intense, les élèves se sont réfugiés sous plusieurs abris. Ils ont prévu de ressortir à 10 heures pour bloquer la seconde épreuve.
Déjà lundi 27 janvier, les lycées burgiens Quinet et Lalande ont été bloqués par les élèves et les professeurs. Le mouvement se poursuit donc avec ce blocage matinal.

*****

En Seine-Saint-Denis

Le Parisien / mercredi 29 janvier 2020

A Bobigny

La tension est montée d’un cran, ce mercredi matin, dans plusieurs lycées de Seine-Saint-Denis. Face au mouvement de contestation, plusieurs épreuves anticipées du baccalauréat ont été reportées dans les établissements Angela Davis (Saint-Denis), Blaise Cendrars (Sevran) et Paul Robert (Les Lilas). A Saint-Denis, où, selon une enseignante, les tensions ont été vives entre élèves et policiers, un élève a été brièvement placé en garde à vue « pour la dégradation d’un rétroviseur et fera l’objet d’une mesure de réparation pénale », indique le parquet.
Au même moment, des lycéens de Suger, toujours à Saint-Denis et Louise Michel, à Bobigny, organisaient le blocage. Dans la ligne de mire des lycéens en colère : « L’organisation anarchique des E3C, des épreuves officielles du baccalauréat notée en contrôle continue », indique Oumaïma, une lycéenne de Louise Michel. La jeune femme dit être « paumée après avoir raté énormément de cours à cause des récents mouvements sociaux ». Dans son lycée, ces épreuves doivent être organisées la semaine prochaine. Elle l’assure : « La mobilisation va continuer jusqu’aux vacances ». […]

*****

Caen : Feu au bac, enfin, presque !

extrait de FranceInfo / vendredi 31 janvier 2020

Pas facile de passer son bac dans ses conditions. Et pourtant, ces examens prévus par la réforme, et répartis en trois sessions sur les années de Première et Terminale comptent pour 30% de la note finale.
Depuis 2 semaines, les épreuves communes de contrôle continu (E3C) du baccalauréat sont perturbées un peu partout en Normandie, comme mardi encore à Cherbourg.
[…] Ce jeudi, au lycée Malherbe de Caen, des lycéens ont fait brûler des énoncés de sujet de bac dans la cour jeudi, selon un lycéen.
Selon le rectorat de Caen, il y a eu « un départ de feu » par « une vingtaine » d’élèves « au milieu de la cour » mais « en aucun cas il ne s’agit de copies » des épreuves. Il s’agirait de « brouillons », a ajouté le rectorat, en soulignant que les épreuves se sont bien déroulées, toutes les copies ayant été
rendues. « Les élèves identifiés comme responsables de ce feu s’exposent à des sanctions. »
Ce vendredi matin, manifestation pacifique au lycée Fresnel de Caen. […]

*****

Dans les Alpes-Maritimes

FranceInfo / vendredi 31 janvier 2020

Comme la veille, vendredi 31 janvier au matin, une centaine d’élèves et plusieurs professeurs ont bloqué l’entrée du lycée Goscinny, à Drap, afin de demander le report des épreuves du baccalauréat en contrôle continu, dites E3C.
Cela n’a en revanche pas suffi à empêcher les examens de se tenir. Selon la proviseure, plus de la moitié des élèves étaient présents pour composer.
Plus tôt dans la semaine, des actions similaires avaient également eu lieu dans d’autres établissements des Alpes-Maritimes. Mercredi 29 janvier, des lycéens et une poignée de professeurs du lycée Tocqueville, à Grasse, ont retardé les épreuves d’anglais de trente minutes.
Avant cela, c’est le lycée Auguste Renoir, de Cagnes-sur-Mer, qui avait initié le mouvement, dès le lundi 27 janvier. Les lycéens de première devaient plancher sur l’espagnol, l’anglais et l’histoire, mais suite au blocus, les épreuves avaient été annulées.
Mardi 28, les élèves, rejoints par certains enseignants, étaient bien décidés à empêcher la tenue d’un examen de mathématiques, prévu à 9 heures pour trois classes de 1ère de STMG. Seuls 12 élèves, selon le proviseur, ont pu participer à l’épreuve, 5 d’après les lycéens.

Après ces différents blocages, le rectorat de l’Académie de Nice a tenu à communiquer sur la situation à laquelle s’exposent les élèves n’ayant pas participé aux épreuves.
« Si l’élève ne se présente pas à une épreuve car il en a été empêché, il devra en référer au chef d’établissement qui étudiera les situations au cas par casé », a-t-il fait savoir.
En revanche, ceux ayant présenté un « refus manifeste », l’académie cite l’article 12 de l’arrêté du 16 juillet 2018, établissant que « lorsque l’absence ne relève pas d’un cas de force majeure dûment constaté, la note zéro est attribuée au candidat pour chaque épreuve non subie ». […]

This entry was posted in Brûle ton école and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.