Italie : Arrestations, interdictions de territoire et perquisitions

Macerie / vendredi 20 septembre 2019

Ce matin à l’aube, dans plusieurs villes a eu lieu une opération répressive, pour appliquer quatorze mesures restrictives, dont trois arrestations et onze interdictions de territoire de la provincia [département ; NdAtt.] de Turin. Les délits dont sont accusé.e.s les compas sont violence contre agent de police, blessures aggravées et dégradations, à cause des affrontements lors de l’expulsion de l’Asilo occupato. […]

NdAtt. : selon les médias, 26 compas seraient inculpé.e.s pour cette manifestation (en plus des onze arrêté.e.s à l’époque). Des trois personnes que les flics voulaient arrêter, seulement deux ont été trouvées, la troisième resterait pour l’instant dans la nature. Bon vent, compa !
Mise à jour de dimanche 22 septembre : la troisième personne a été arrêtée elle aussi dans la journée de jeudi.

*****

Opération répressive pour la manifestation du 9 février à Turin

Insucettibile di ravvedimento / vendredi 20 septembre 2019

Dans l’attente de plus d’infos, on apprend des médias d’État que ce matin (20 septembre) une opération de police conduite par la DIGOS de Turin a donné lieu à 14 mesures restrictives, à différents endroits d’Italie. Les délits dont sont accusé.e.s les compas (selon les médias d’État : « blessures aggravées », « résistance à agent de police », « dégradations » et « dégradations par tag ») font référence à la manifestation du 9 février 2019, à Turin, à la suite de l’expulsion de l’Asilo occupato, qui a eu lieu le 7 février, lors de l’opération répressive « Scintilla » (pour laquelle, à l’heure actuelle, Silvia reste en taule).

Ce 9 février, une manifestation de réponse à l’opération répressive a traversé la ville, en essayant aussi de se rapprocher de l’Asilo (complètement entouré par police et Carabinieri et, entre-temps, dévasté par les forces de l’ordre et par les ouvriers chargés de le condamner), pour se diriger ensuite contre le ville et ce qui est le cadre quotidien de l’existence des opprimés. Pendant la manifestation, des personnes avaient déjà été arrêtées et enfermées à la prison des Vallette, puis relâchées dans les jours suivants.

 

NdAtt. : d’ailleurs, pour écrire à Silvia :

Silvia Ruggeri
C. C. “Lorusso e Cutugno”
Via Maria Adelaide Aglietta, 35
10151 – Torino

[et n’oublions pas Boba, toujours en assignation à résidence, qui passera à procès le 30 octobre, accusé de l’incendie d’une structure de la même taule lors du rassemblement solidaire du 11 février]

This entry was posted in International, Nique la justice and tagged , , , , . Bookmark the permalink.