Oise : ONF et chasse dans le viseur

Le Courrier Picard / samedi 27 avril 2019

La forêt n’est pas épargnée par les tags. Des inscriptions qui fleurissent sur les sols ou les vénérables poteaux forestiers et prennent pour cible l’Office national des forêts (ONF). En se baladant, cette cycliste a ainsi découvert « ONF nuisible » s’étalant de haut en bas sur le poteau du carrefour du Bout-de-Voie, entre Saint-Jean-aux-Bois et Lacroix-Saint-Ouen. Accusé de surexploiter la forêt, l’établissement public n’a décidément pas bonne presse.

Bertrand Wimmers, directeur de l’agence de Picardie ONF, dénombre « sept poteaux de carrefour dégradés, la semaine dernière ». « Depuis une quinzaine de jours, on voit beaucoup d’inscriptions : ’’ONF nuisible’’, ’’ONF stop’’  », fait écho Claude Landreau. Bénévole au sein de l’association La Sauvegarde du patrimoine des forêts du Compiégnois (SPFC), il s’occupe plus particulièrement de l’entretien des poteaux. « Quand ce n’est pas l’ONF qui est visé, c’est la chasse à courre, soupire-t-il. Il faudrait faire comprendre à ceux qui font ça que ce sont des bénévoles qui trinquent, pas l’ONF. On perd du temps pour des bêtises. » L’équipe dédiée aux poteaux au sein de la SPFC – deux personnes actuellement – ponce et repeint les emblématiques piliers blancs du massif compiégnois dénaturés par les inscriptions.

Bertrand Wimmers constate une augmentation de ces faits « depuis les publications du collectif SOS forêt de Compiègne ». Ce groupe a créé sa page Facebook en février et organisait une manifestation contre la gestion de l’office, samedi 20 avril, soutenue par le maire de Compiègne Philippe Marini.

Le responsable de l’agence de Picardie dénonce « le climat d’agressivité et de suspicion envers les personnels de l’ONF :  insultes, pneus crevés sur les véhicules de service » : « Les forestiers, qui ont à coeur de bien faire leur métier, sont très affectés par ce genre d’agissements. Des plaintes sont en cours. »

« Nous trouvons détestable le sabotage », se défend, Jean-Luc Caron, joint par le Courrier picard. Président d’Oise Nature, il est aussi un des moteurs du collectif SOS forêt de Compiègne. « Nous sommes demandeurs de renseignements de la part de l’ONF ; on demande à être éclairé sur la gestion de la forêt, poursuit-il. Mais nous n’incitons pas à faire du vandalisme. »

 

This entry was posted in Liberté animale and tagged , , , . Bookmark the permalink.