Appel à la solidarité avec les anarchistes russes

325 / vendredi 9 novembre 2018

Les services spéciaux russes sont en train de préparer la destruction du mouvement anarchiste. Leur excuse sont les attaques explosives de jeunes anarchistes.

« Never forget our fallen comrades! » Melbourne, Australia.

L’anarchiste Mikhail Zhlobitsky, de 17 ans, s’est fait exploser dans un local du FSB dans la ville d’Arkhangelsk, le matin du 31 octobre. Avant l’explosion, il a posté des messages sur le réseau social Vkontakte et sur le chat de la messagerie Telegram Rechi Buntovshchika (Paroles de rebelles – t.me/rebeltalk). Dans ces messages, plusieurs minutes avant l’explosion, il annonçait l’action qu’il allait mener et en disait les motivations – propagande par le fait et vengeance pour la torture et la répression de la part du FSB contre des anarchistes.

Le complice supposé de Mikhail, qui a 14 ans, a été arrêté par les service spéciaux à Moscou le 2 novembre. Ils accusent Kirill Kuzminkin de préparer une attaque à la bombe contre une manifestation néo-nazi. Kirill nie ces accusations. Les flics disent avoir trouvé chez Kirill les composants nécessaires à la préparation d’explosifs. Le père de Kirill déclare que ce sont des composants pour la fabrication de pétards et les service spéciaux sont en train d’essayer de présenter l’ado comme un terroriste.

Au même moment, à travers tout le pays, police et services spéciaux interrogent anarchistes, socialistes, antifascistes et même libertariens. Les abonnés à Narodnaya Samooborona (Autodéfense populaire), la plus grande base de donnée anarchiste russe, et de Rechi Buntovshchika (Paroles de rebelles), le chat anarchiste sur Telegram, où les messages de Mikhail Zhlobitsky sur l’attaque imminente ont été postés, sont contrôlés en masse. Par exemple, à Krasnodar, environ cent personnes ont été convoquées par la police. Elles ont été interrogées sur leur attitude vis-à-vis de l’anarchisme, de Narodnaya Samooborona et de l’action de Zhlobitsky. Il semblerait que police et services spéciaux veuillent contrôler tou.te.s les abonné.e.s de Narodnaya Samooborona – 26000 personnes.

À la suite de l’opération des forces de sécurité, sont déjà apparues des nouvelles enquêtes contre des anarchistes. Le 4 novembre, l’anarchiste Vyacheslav Lukichev a été emprisonné à Kaliningrad ; il est connu dans le milieu anarchiste pour ses activité animalistes et antifascistes. Vyacheslav est accusé d’apologie publique de terrorisme pour avoir publié le message de Mikhail Zhlobitsky sur le canal anarchiste Prometeus de Telegram (t.me/class_war). Malgré le fait que ce message ait été publié par de nombreux média du pays, Vyacheslav se trouve maintenant à risquer sept ans de prison. C’est évident qu’une telle « justice » sélective est due aux opinions anarchistes de Vyacheslav et la haine des forces spéciales envers les anarchistes et Prometheus. Le FSB a essayé d’accuser la compagne de Vyacheslav de ce délit, après quoi il s’est auto-accusé pour la sauver. Nous avons toutes les raison de croire que ces détentions sont seulement le début d’une nouvelle grosse vague de répression contre les anarchistes russes.

Apparemment, le FSB va utiliser cette situation pour réprimer le mouvement anarchiste et Narodnaya Samooborona, qui est le plus grand mouvement anarchiste en Russie au jour d’aujourd’hui. Il promeut l’anarchisme sur les réseaux sociaux, créant la plus grande base de donnée anarchiste du pays, et se bat contre les mafieux et les patrons sans scrupules. Dans les deux dernières années, Narodnaya Samooborona a organisé une série de campagnes qui ont été suivies dans des dizaines de villes russes. Après la campagne sur l’affaire « Réseau » [la répression contre des anarchistes de Penza et Saint Petersbourg; NdAtt.], organisée par Narodnaya Samooborona en février et mars de cette année, les services spéciaux ont entamé la répression contre ce mouvement. En février, plusieurs anarchistes ont été arrêtés à Chelyabinsk, car suspectés d’avoir posé la banderole « le FSB est le seul terroriste ». Les anarchistes ont été enfermé.e.s par les forces spéciales du FSB et torturé.e.s pour qu’ils/elles avouent avoir mené cette action. Le FSB a aussi essayé de les faire passer pour la cellule locale de Narodnaya Samooborona, afin de présenter ce mouvement comme une organisation extrémiste, ce qui, selon la loi russe, permettrait de créer une nouvelle grosse affaire répressive contre des anarchistes.

De plus, il y a eu de la répression à Moscou à la veille des élections présidentielles. En février, plusieurs anarchistes ont été arrêté.e.s et accusé.e.s de s’en être pris aux bureaux d’Edinaya Rossiya (Russie Unie), le parti au pouvoir. En mars, à la veille des élections, les forces spéciales et la police politique ont mené une opération contre les anarchistes de Moscou, avec une série de perquisitions de maisons d’anarchistes. Un de ces anarchistes, Svyatoslav Rechkalov, que le police suspectait d’être l’administrateur du média anarchiste Narodnaya Samooborona, a été torturé avec des électrochocs. Pendant qu’il était torturé, on lui demandait d’avouer être le « chef des anarchistes », l’organisateur de Narodnaya Samooborona et de toutes les campagnes anarchistes menées récemment dans le pays. Pendant les tortures dans les locaux de la police politique, ça lui a été clairement dit que la raison de cette répression à l’encontre des anarchistes était leur activité grandissante et leurs actions dans les villes russes.

Ceux-ci sont loin d’être les seuls exemples de répression visant des anarchistes cette année. Plus tôt, le FSB a monté une affaire pénale à Penza et Saint Petersbourg, torturant des anarchistes de ces villes et les accusant d’avoir crée une organisation terroriste, le « Réseau ». En février-mars de cette année, il y a eu une descente de police contre les anarchistes de Crimée. Pendant ces opérations aussi, des activistes ont été torturés. Un d’eux, Evgeny Karakashev, est toujours en taule, accusé de terrorisme. Un autre anarchiste de Crimée, Alexander Kolchenko, a choppé une condamnation à dix ans de prison pour une action définie comme criminelle, faite avec le réalisateur Oleg Sentsov.

En plus, l’autre jour une autre affaire pénale a été intentée contre le vétéran du mouvement anarchiste Ilya Romanov. Ilya a commencé son activité anarchiste à l’époque de l’URSS et a écopé de plusieurs condamnations de prison. A l’heure actuelle il est en prison pour une affaire de terrorisme, fabriquée par le FSB, à cause de l’explosion d’un pétard. Romanov critique la gestion de la colonie pénale où il se trouve, du coup une nouvelle affaire pénale a été montée contre lui. L’administration de la colonie pénale a crée un compte Facebook à son nom et y a publié une vidéo avec un appel à rejoindre Daesh. Cela a suffit pour qu’Ilya Romanov reçoive une nouvelle condamnation. Il y a aussi des nouvelles du début d’une affaire contre cinq anarchistes à Chelyabinsk, pour des tags contre la réforme des retraites.

A Irkoustk, les procès continuent contre Dmitry Litvin, accusé d’« offense aux sentiments des croyants » pour avoir publié une photo sur les réseaux sociaux dans laquelle il fait le doigt d’honneur sur le fond d’une église. L’année dernière il y a eu des descentes de police contre des anarchistes d’Irkoutsk pour avoir posté cette photo. Les appartements des anarchistes ont été ravagés par les forces spéciales.

Évidemment, à cause de toute cette répression et de cette terreur étatique, la nouvelle génération d’anarchistes sera consciente du fait qu’il n’y a pas de différence entre la lutte armée et les protestations légales – dans tous les cas tu sera considéré comme un terroriste et torturé.

Cela pousse les jeunes anarchistes vers les bombes. Malheureusement le mouvement anarchiste russe est extrêmement fragmenté et a plein de conflits, et on ne se soutient pas les uns les autres en cas de répression. De nombreux mouvements anarchistes se sont déjà dépêchés de condamner les jeunes poseurs de bombe et les désavouer, disant qu’ils n’ont aucun lien avec l’anarchisme. Auparavant, même la répression contre de nombreux autres anarchistes était ignorée. Malgré l’augmentation des affaires pénales et la persécution des anarchistes, les information à ce propos sont ignorées à cause de conflits personnels et des considération conjecturales.

Nous faisons appel à la solidarité avec tou.te.s les anarchistes russes qui subissent la répression – à Penza, Saint Petersbourg, Moscou, Chelyabinsk, Kaliningrad, Irkoutsk et en en Crimée. La Russie est en train de devenir une dictature terroriste et cela pousse déjà les jeunes anarchistes vers les bombes.

Notre contact : media_ns [at] riseup.net

*****

Note d’Attaque : il faut pas oublier non plus que dans l’affaire « Réseau » y il a eu certains des accusés qui, torturés, ont balancé, acceptant ainsi de charger ceux qui fermaient leur gueule.

*****

Le site anarchiste en langue russe Anarchy2day nous informe que la répression n’a pas arrêté les attaques contre le pouvoir en Russie :
– le 7 novembre, à Taganrog, dans la région de Rostov, il y a eu une tentative d’incendie du local du parti au gouvernement, « Russie unie »;
– le 10 novembre a Saint Petersbourg, un cocktail Molotov a été lancé contre l’entrée du siège local de la télévision NTV – il a rebondi causant des petits dégâts à une voiture garée à proximité ;
– le même jour, à Moscou, lors d’un rassemblement devant des bureaux de l’Administration pénitentiaire, le feu a été buté à une de leurs portes.

[N.B. : traduction avec gogole – à prendre donc avec réserve ]

Taganrog, le local de « Russie Unie »

Moscou, une porte des bureaux de l’Administration Pénitentiaire

 

This entry was posted in International, Nique la justice, Solidarité and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.