Des mauvais moments pour les bleus (fin janvier 2018)

Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine) : La réponse aux cow-boys en bleu

extrait du Parisien / dimanche 28 janvier 2018

La nuit de samedi à dimanche a été agitée à Villeneuve-la-Garenne, où forces de police et les pompiers ont dû intervenir dans le quartier de la Caravelle. Les policiers ont été dépêchés pour contenir plusieurs rassemblements d’émeutiers, qui les auraient accueillis en leur jetant divers projectiles. Les pompiers sont, eux, intervenus sur des feux de poubelles et des feux de conteneurs dans les alentours du square Jean-Giraudoux.

Ces rassemblements auraient eu lieu en réaction à la diffusion d’une vidéo, qui prend de l’ampleur sur les réseaux sociaux. Elle montre un motard de la police en train de tirer plusieurs balles sur une voiture en fuite. Elle aurait été filmée vendredi 26 janvier à Villeneuve, à la sortie de l’autoroute A 86, au rond-point de l’avenue de Verdun. Là où, lors d’un contrôle routier après un refus d’obtempérer, un motard a effectivement fait feu sur un véhicule en fuite. […]

*****

Rillieux-la-Pape (Rhône) : Du barouf en ville

Le Progrès / mardi 16 janvier 2018

Le climat de violences urbaines est palpable depuis plusieurs jours à Rillieux-la-Pape. Le week-end a été émaillé par des outrages aux policiers et des feux de poubelles.
Lundi après-midi, des rodéos à moto ont semé le trouble sur l’avenue de l’Europe. Le début de soirée a été mouvementé: une voiture siglée du Grand Lyon a été renversée, et mise sur le toit au milieu de l’avenue de l’Europe au niveau de l’agence de la Caf. Les bus TCL ont dû être interrompus.
Dans la nuit de lundi à mardi, vers 3 heures du matin, trois voitures en stationnement ont été incendiées, place Alexandre-Dumas. Une enquête a été ouverte au commissariat de Rillieux-la-Pape.

*****

Pontoise : Flics, caméras e citoyens n’arrêtent pas le feu

La Gazette du Val d’Oise / mercredi 17 janvier 2018

À Pontoise (Val-d’Oise ), en dépit des arrestations et des diverses initiatives prises récemment, tant par les autorités que par des habitants dans les quartiers des Louvrais et Cordeliers (Groupe local de traitement de la délinquance, vidéosurveillance, conseils citoyens, pétitions, dispositif Voisins vigilants, etc.), les incendies de véhicules régulièrement constatés depuis plusieurs mois dans ce secteur, se poursuivent.
Quatre nouvelles voitures ont brûlé la semaine dernière dans le quartier des Cordeliers. La preuve par l’image avec cette photographie d’une carcasse d’une Renault Clio, prise mercredi 10 janvier, rue Paul-Gauguin. Depuis les émeutes de 2005 et violences urbaines qui avaient éclaté dans les banlieues françaises après le décès de deux adolescents dans un site Edf, à Clichy-sous-Bois, plus aucune préfecture ne communique sur le nombre d’incendies de véhicules. La période des fêtes semblait pourtant avoir été relativement calme à Pontoise…

*****

Corbeil-Essonnes (Essonne) : Même les chiens sont solidaires contre les keufs

Le Parisien / mercredi 24 janvier 2018

Les violences envers les policiers ont encore franchi un palier ce mercredi dans le quartier des Tarterêts à Corbeil-Essonnes (Essonne), déjà coutumier des attaques aux pavés sur les véhicules en patrouille. Vers 16 heures, deux membres de la brigade anticriminalité ont été attaqués par des familles dans les étages d’un immeuble, rue Racine. Ils ont tenté de séparer les fonctionnaires qui poursuivaient deux jeunes, et ont lâché un pitbull sur l’un d’eux. Les deux hommes se sont vus prescrire plus de 3 semaines d’ITT chacun.
Avant l’agression, les trois policiers effectuent une ronde dans ce secteur de la commune touché par le trafic de stupéfiants. Ils aperçoivent deux jeunes devant un hall d’immeuble. Ces derniers prennent la fuite dans les étages à la vue de la voiture sérigraphiée. Deux fonctionnaires mettent pied à terre et se lancent à leurs trousses. Les fuyards tambourinent aux portes du palier d’un des étages lorsque les agents arrivent. Deux familles ouvrent leurs portes et prêtent main-forte… aux deux jeunes. La rixe débute à neuf contre deux.
Les policiers reçoivent des coups de poing. Puis l’une des deux familles lâche un pitbull sur l’un des agents, qui parvient à maintenir l’animal à distance en tendant son pied et en le frappant. Pendant ce temps, le deuxième fonctionnaire est tiré de force vers l’un des appartements. Pour éviter d’être séparé de son collègue, le policier attaqué par un chien glisse son pied dans l’entrebâillement. Mais la porte est violemment refermée à plusieurs reprises.
« Trois gonds ont sauté tellement ils ont tenté de fermer la porte fort », reprend le syndicat Alliance. En bas, le policier ne voyant pas ses collègues revenir et ne pouvant les rejoindre à l’intérieur de l’immeuble, réclame du renfort. Ils arrivent rapidement et permettent d’interpeller 5 personnes.
Les deux agents n’auraient pas de graves blessures au visage malgré les coups, mais ils devaient passer des examens médicaux dans la soirée. « L’un d’eux a aussi été sérieusement touché à la cheville et au genou en tentant de maintenir la porte ouverte », indique une source proche du dossier. […]

*****

Grigny (Essonne) : Pierres et mortiers

Le Parisien / vendredi 19 janvier 2018

Un classique du square Surcouf dans le quartier de Grigny-II. Dans la nuit de mercredi à jeudi vers minuit, une patrouille de police a été caillassée par un groupe de jeunes. Seule la portière du véhicule a été abîmée. Un mortier a également été tiré dans leur direction, manquant les fonctionnaires de 5 m. Ces derniers ont riposté au lanceur de 40 avant de poursuivre leurs agresseurs dans une tour de la rue Lavoisier. Ils sont parvenus à interpeller celui étant identifié comme le meneur et ayant tiré au mortier. Ce jeune, de 20 ans, récidiviste, a été condamné à 13 mois de prison avec maintien en détention par le tribunal correctionnel d’Evry ce vendredi. Un autre casseur de 18 ans a écopé de six mois de prison avec sursis. Les deux ont nié les faits assurant être sortis acheter un sandwich.

*****

Bondy (Seine-Saint-Denis) : Attention, chutes de blocs de béton !

Le Parisien / dimanche 21 janvier 2018

Ce morceau de trottoir a été projeté sur des policiers à Bondy. Ils estiment que le projectile était destiné à les tuer.
Six policiers du commissariat de Bondy (Seine-Saint-Denis) l’ont échappé belle samedi après-midi. Ces fonctionnaires de la BAC, la brigade anti-criminalité, étaient en train d’inspecter les caves d’un immeuble de la Sablière, route de Villemomble, lorsqu’un énorme bloc de béton de plusieurs dizaines de kilos s’est écrasé à leurs pieds. Ils ont déposé plainte, estimant avoir échappé à «une tentative d’homicide».
Samedi à 15 heures, les six policiers, trois hommes de la Brigade anticriminalité (BAC) et trois de la brigade de sécurité des quartiers (BSQ), étaient descendus dans les parties communes de ce bâtiment. Ils intervenaient à la suite de plaintes de riverains excédés par le trafic de drogue. Alors qu’ils étaient toujours dans une cave, ils ont entendu du bruit provenant de l’extérieur.
«Ils ont ouvert une porte donnant sur un escalier situé dehors. En levant la tête, ils ont juste eu le temps de voir cinq hommes projeter à bout de bras le morceau de trottoir», relate un de leurs collègues. Quand le bloc s’est fracassé en trois parties devant eux, deux des six fonctionnaires étaient plus exposés. Ils ont refermé rapidement la porte et se sont mis à l’abri avec le reste de l’équipe. […]
Les renforts venus à leur secours ont été accueillis par des jets de cailloux. Les auteurs n’ont pas été interpellés.

This entry was posted in ACAB and tagged , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.