Compiègne (Oise) : De la ville impériale bientôt que des cendres?

Le Parisien / mardi 23 décembre 2014

Trois incendies criminels en une semaine. Un autre, un mois plus tard. Le quartier du Clos-des-Roses, à Compiègne, fait l’objet d’actes malveillants qui se répètent.
Le 17 septembre dernier, un premier feu se déclare, en pleine nuit, à la maison de quartier Claude-Debussy.

Seuls les murs sont noircis. Trois jours plus tard, c’est au tour de la salle municipale Dubillot. Sa structure est touchée, elle ne s’en relèvera pas. Dans le même temps, plus d’un millier de jouets destinés à l’association Solidarité Noël partent en fumée. Et voilà que deux jours après, la maison Claude-Debussy est à nouveau incendiée. Les faits ne peuvent plus être contestés. Ces feux sont bien d’origine criminelle, admet le parquet de Compiègne. D’autant que le 28 octobre, le centre municipal « Anne-Marie-Vivé » est touché. La cuisine est ravagée par les flammes, les autres pièces sont noircies.
Difficile, dans ces conditions, pour les élus de la cité impériale de continuer à nier l’évidence. Ces feux, toujours commis à l’encontre de bâtiments municipaux, visent bien la mairie. Michel Foubert, premier adjoint, l’a d’ailleurs reconnu récemment : « Ces incendies sont manifestement dirigés contre nous par de petits malfrats… » Le mystère demeure toutefois sur l’identité de ces derniers. L’enquête est toujours en cours. Elle aurait connu quelques avancées ces dernières semaines. Le mobile, lui aussi, reste une énigme. Vengeance contre un élu pour des promesses non tenues ?

This entry was posted in Antiélectoral and tagged , . Bookmark the permalink.