Prison de S. Maria Capua Vetere (Italie) : Des nouvelles de Natascia

Malacoda / mardi 27 avril 2021

Le 13 mars dernier, Natascia a été transférée de la section AS3 (Haute sécurité) de la prison de Piacenza à celle de la taule de Santa Maria Capua Vetere [dans la région de Naples, quelques 650 km plus au sud ; NdAtt.]. Son avocat a été prévenu seulement quand elle était déjà arrivée. Après une dizaine de jours d’isolement pour quarantaine, elle a été transférée dans une cellule que les matons eux-mêmes appellent « le placard à balais » : une cellule individuelle où étaient déjà enfermées deux détenues, en passant donc à trois avec Natascia. Apparemment, dans la prison de S. Maria Capua Vetere le surpeuplement est endémique.

Malgré le fait que Natascia ait été admise dans la sections AS3, les règles qui dictent la vie des autres détenues ne valent pas pour elle.
Dès son arrivée, les matons lui ont confisqué les CD et le lecteur et, malgré ses protestations, à ce jour ils ne les ont pas encore restitué.

Il paraît que la quantité de livres (un sac) que Natascia avait avec elle à son arrivée à S. Maria Capua Vetere ait crée des difficultés aux matons, qui se sont sentis obligés d’imposer un nombre maximale de livres qu’elle peur garder dans la cellule : au début c’était deux livres maximum, puis, quand Nat a protesté en disant que même dans le 41bis [la prison « dure » ; NdAtt.] on laisse 4 livres en cellule, ils ont porté le nombre maximale de livres qu’elle peut garder en cellule à 4, justement.

Elle peut appeler ses parents seulement deux fois par mois (à Piacenza elle pouvait les appeler deux ou trois fois par semaine) et elle a le droit à quelques appels visio, mais apparemment pour l’instant il y a des limitations aussi dans cela. Elle a fait une demande pour pouvoir passer des appels visio à la compagnonne qui venait régulièrement aux parloirs à Piacenza. Après un mois de demandes, d’envois de documents, d’enregistrements, de refus, de garanties, de nouvelles demandes et encore d’autres envois de documents, la prison a eu la gentillesse de lui octroyer une seule heure de parloir par mois, avec cette compagnonne ; bien qu’il existe une autorisation permanente aux parloirs signé par le juge, qui l’autorise à des parloirs avec elle et sans limites (à Piacenza elles pouvaient avoir jusqu’à trois parloirs par mois et avec la confinement quatre appels visio d’une heure chacun, par mois), le directeur de la taule de Santa Maria Capua Vetere est déterminé a passer outre la décision du tribunal, en maintenant que « la discrétion du directeur de la prison est chose sûre. Le juge autorise et le directeur établi le nombre de parloirs autorisés ». A son entière discrétion. L’avocat est en train de faire appel de cette décision.

L’avocat a aussi demandé le transfert de Natascia, pour rapprochement familial. Sa demande a été rejetée à cause d’une formalité fantaisiste.

Pour que rien ne manque, peut-être justement à cause de ce fameux principe de discrétion qui régit cette prison, les colis destinés à Natascia sont ouverts par les matons, sans qu’elle soit présente, et ils gardent ce qu’ils veulent sans que ni Natascia ni la personne qui lui a envoyé le colis puissent savoir où sont passées les choses qui ne lui ont pas été données.

Même si le caractère punitif d’un tel transfert est évident, Natascia va bien et elle est combative comme toujours : continuons à la soutenir !

Lundi 10 mai 2021, au tribunal de Gênes, commencera le procès Prometeo, où sont inculpés Natascia, Beppe et Robert. Les audiences auront lieu les lundis et les mardis de chaque semaine du mois de mai (jusqu’à mardi 1er juin). Le 1er et le 2 juillet aura lieu le réquisitoire du Procureur Manotti et les réponses des avocats. La sentence est attendue entre juillet et septembre.

Solidaires et complices avec Natascia, Beppe et Robert.
Solidaires et complices avec ceux qui sont prisonniers d’un rêve.

 

Pour écrire à Natascia (elle parle français) :
Natascia Savio
C. C. di Santa Maria Capua Vetere “Francesco Uccella”
S. S. Appia, 7-bis
80155 – Santa Maria Capua Vetere (Italie)

Pour écrire à Beppe :
Giuseppe Bruna
C.C. di Bologna “Dozza”
Via del Gomito, 2
40127 – Bologna (Italie)

Pour le soutien économique :

– Titulaire : Vanessa Ferrara
N° 5333 1710 9103 5440
IBAN: IT89U3608105138251086351095
(BIC/SWIFT): PPAYITR1XXX
– Titulaire : Ilaria Benedetta Pasini
N° 5333 1710 8931 9699
IBAN: IT43K3608105138213368613377

This entry was posted in Anticarcéral and tagged , , . Bookmark the permalink.