Eure : Sauvetage d’agneaux avant Pâques

Bite Back / mercredi 7 avrils 2021

SAUVETAGE AGNEAUX AVANT PÂQUES, Eure, France, Samedi 3 Avril 2021.

S’introduire dans un élevage, ouvrir les cages et en sortir des victimes n’est qu’évidence, et en ce samedi 3 avril, veille de Pâques, justice a été faite pour sept de nos soeurs et frères, prisonnier.ère.s d’un de ces camps de concentration subventionnés.

Mais si pour sept d’entre elleux la liberté a été rendue, pour des milliards d’autres, elle est bafouée quotidiennement.


L’humain, qui ne saurait trouver au sein de sa propre espèce un.e membre exempt de vice et de perversion, désigne alors un animal des plus innocents comme représentant de cette pureté qui lui semble hors d’atteinte : l’agneau.

Par les religions, imprégnées de spécisme et d’une hypocrisie révoltante, il établit le meurtre entre humain.es comme péché, mais consacre le meurtre barbare d’un animal inoffensif comme repentance pour tous ses péchés. Verser le sang d’un nouveau-né ne peut être un acte de bonté, et si dans la fiction, le sacrifice de cet innocent est synonyme d’absolution pour l’humanité, la réalité de son assassinat cruel ne peut être autre qu’une preuve supplémentaire de la perversion psychopathique de cette humanité.

Et cette même réalité, preuve de notre idéologie suprémaciste, en faisant naître ces agneaux et agnelles, en les séquestrant, mutilant, torturant et massacrant, les placent en victimes et non en privilégié.e.s d’un saint sacrifice.

Nous nous devons d’ouvrir les cages et hangars, de briser les chaînes des élevages du monde entier. Mais pour cela, nombre d’entre nous seront nécessaires, la passivité face à un tel holocauste doit prendre fin, et l’action directe et radicale de libération doit émerger.
Plus nombreuses et nombreux nous serons à nous mobiliser contre leur situation carcérale, moins la répression spéciste nous atteindra.
Le combat contre l’élevage et toutes les dérives humanistes se fera, quel qu’en soit le prix, rejoindre la résistance animaliste est un devoir moral.

Et si la tradition religieuse spéciste nous pousse au meurtre de tout.es ces innocent.e.s, la morale, elle, nous conjure de leur rendre la liberté qu’ils et elles méritent.

Le droit à disposer librement de sa vie est inaliénable pour tout individu sentient. Tant qu’il y aura des cages, nous serons là pour les ouvrir.

This entry was posted in Anticlérical, Liberté animale and tagged , , . Bookmark the permalink.