Madrid (Espagne) : Compte-rendu du rassemblement à Tirso de Molina

imc_barcelona / mardi 30 mars 2021

Compte-rendu du rassemblement à Tirso de Molina [à Madrid ; NdAtt.], en solidarité avec les anarchistes arrêté.e.s à Barcelone et avec toutes les personnes frappées par la répression

Dimanche dernier, le 28 mars, environs 100 personnes se sont réunies sur la place Tirso de Molina, dans un petit geste de solidarité avec les personnes arrêtées ces dernières semaines dans l’État espagnol, à cause des émeutes et des manifestations liées à l’emprisonnement de Pablo Hasél (et pas que). Sept compagnons et compagnonnes anarchistes sont en prison, accusé.e.s de tentative d’incendie d’un fourgon de police à Barcelone, pendant les manifestations. Peu nous importe leur innocence ou de leur culpabilité, au contraire nous voyons comme totalement légitime tout acte d’attaque contre les sbires de l’État, qui sèment la brutalité, aux ordres de leurs maîtres. Une succession constante d’arrestations, dans notre ville et ailleurs, qui s’est arrête seulement il y a une semaine (pour l’instant).

Parmi les participants, on pouvait également remarquer un sentiment de complicité avec les grévistes de la faim au Chili, les prisonniers anarchistes, subversifs et les personnes emprisonnées suite à la révolte [d’octobre 2019 ; NdAtt.], avec les FACG [Federación Anarquistas Gran Canaria ; Ruymán Rodríguez, un de ses militants, a été torturé par des agents de la Guardia Civil  ; NdAtt.] et contre répression de l’anarchisme et de ses projets dans les îles Canaries, et avec tous et toutes ceux/celles qui sont réprimé.e.s à cause de leur opposition à l’État.

Sous l’œil attentif d’un hélicoptère de la police et de quelques flics en civil (magnifique travail de « camouflage » de la part des hommes en uniforme), le rassemblement s’est transformé en cortège animé, entre cris et slogans contre la répression et l’État, pour finir sur la place de Lavapiés.

Nous savons qu’un simple rassemblement est peu de chose, pour soutenir nos compagnons et compagnonnes emprisonné.e.s et arrêté.e.s, mais en même temps, il nous semble important de renforcer notre présence dans la rue, sans demander la permission à aucune autorité, à laquelle nous ne reconnaissons aucune légitimité pour réglementer la protestation et la lutte. Nous devons renforcer notre présence dans les rues, ne pas lâcher et montrer que nous sommes là, dans les rues, dans les quartiers et dans les lieux d’étude et de travail, là où a lieu la lutte, dans toute son ampleur et ses formes multiples, loin des bureaux, des pactes et des parlements.

Il est maintenant temps de faire le bilan de ces dernières semaines, de cette première partie de l’année 2021. De montrer notre solidarité avec les personnes arrêtées et victimes de la répression et en même temps de combattre la peur, après avoir montré que l’État, dans sa forme démocratique, frappe fort, et ça ne peut pas être autrement. Mais, comme le roseau qui se plie à la pression du vent, nous ne nous briserons jamais. Poursuivons et renforçons la lutte, sur tous les fronts.

Nous n’avons pas peur ! Nous sommes en colère !
Liberté pour les prisonnier.e.s anarchistes et subversifs du monde entier !
A bas les murs !

Solidaires

This entry was posted in International, Nique la justice and tagged , , , . Bookmark the permalink.