Trieste (Italie) : Compte rendu du rassemblement du 23 janvier devant la prison et une proposition

reçu par mail / dimanche 24 janvier 2021

Compte rendu du rassemblement du 23 janvier devant la prison.
Proposition d’un moment national de protestation dans les prisons, en tapant sur les barreaux, le 1er février.

Aujourd’hui, 23 février, il y a eu un rassemblement devant la prison de Trieste.
Tout de suite, les détenus et les détenues nous ont raconté que, depuis des jours, ils enchaînent les refus de la nourriture de la prison et que ce matin ils ont tapé sur les barreaux des cellules. La nouvelle de la protestation de ce matin a été relayée par le journal télé régional.

Comme lors d’autres rassemblement, on a pu avoir des nouvelles de ce qui se passe dans la section des femmes. La situation est similaire dans toutes les prisons italiennes, en ce moment.
Les détenues nous informent de l’absence complète d’activités à l’extérieur des cellules. Cette situation fait qu’elles passent la plupart du temps enfermées, et ça dure depuis des mois, en les exaspérant. Certaines détenues trouvent un refuge dans les soi-disant « thérapies », d’autres commencent à avoir des problèmes psychophysiques, sans compter l’absence d’assistance sanitaire, comme c’est le cas pour une détenue épileptique qui attend sa visite médicale depuis 4 mois, ou d’autres qui n’ont pas vu la psychologue depuis longtemps, malgré leurs problèmes et leurs demandes en ce sens.

De plus, la poste recommandée arrive toujours avec un retard de 14 jours, sans compter que les lettres que les détenus, de la section pour femmes comme de celle pour hommes, envoient à notre adresse [des compas là-bas ; NdAtt.] n’arrivent jamais.
Il est évident que cette situation dans les prisons est le résultat des directives du Ministère de la justice et de la direction de l’Administration pénitentiaire, mais aussi des juges de l’application des peines, responsables de maintenir surpeuplées les prisons.

A partir de ce que les détenues nous disent, on comprend qu’en prison les discussions à propos des médicaments psychotropes, des thérapies alternatives, de la prévention de la contagion par Covid-19 sont en cours.

Les détenues nous demandes explicitement de diffuser auprès de tous les détenus et les détenues des différentes prison, ainsi que des familles, des amis et des personne solidaires dehors, des journaux et des médias, les raisons de la protestation, sous forme de tapage des barreaux, qu’elle mettront en place lundi 1er février, à 15h30. Elles demandent une présence en soutien, devant la prison.

Leur demandes sont :

1) passer des tests PCR et des examens sérologiques, plutôt qu’être obligées de se vacciner
2) une amnistie
3) arrêts domiciliaires pour les personnes avec des problèmes de santé et des maladies graves, ainsi que pour les détenus en fin de peine.

Des nouvelles à propos du rassemblement en soutien à leur protestation suivront.
Nous invitons les compagnons et les compagnonnes à relayer par leur moyens cette proposition des détenues de la prison de Trieste.

Assemblea contro il carcere e la repressione
liberetutti@autistiche.org

This entry was posted in Anticarcéral, International, Le virus, l'État et son confinement and tagged , , . Bookmark the permalink.