Toulouse-Seysses : Parloir sauvage et poukaveries

Indymedia Nantes / jeudi 15 octobre 2020

Ce samedi 10 octobre, nous nous sommes rendu-e-s près de la prison de Seysses pour exprimer notre envie de voir cette taule disparaître et notre solidarité avec les personnes à l’intérieur. Nous étions 35, le mot avait tourné en bouche a oreille et n’avait visiblement pas fuité.

On a gueulé, klaxonné, et on a eu le temps d’avoir quelques cris en retour de l’intérieur.
Malheureusement, assez rapidement on s’est fait embrouillé par des voisins, propriétaires des chevaux dans le champ entre le chemin et la taule et habitant pas loin de là où la route fait un coude, qui s’en sont pris a nous d’abord en nous menaçant physiquement puis en appelant la police. Pour s’assurer que les keufs fassent bien leur sale travail, ils ont bloqué la route pour nous empêcher de partir. Les flics ont relevé toutes les plaques et contrôlé les identités de deux personnes.

Les voisins ont déposé plainte contre une personne, qui s’est faite embarquer pour une vérif qui est devenue une garde à vue pour refus de signalétique. Cette personne est sortie au bout de 24h et a pu ne pas donner de pièce d’identité.

Nous voulons que la rage puisse continuer de s’exprimer et que tous les parloirs et initiatives puissent continuer à avoir lieu, c’est pourquoi on vous prévient afin de faire attention à la présence de ces poukaves.

Feu aux prisons ! Liberté pour toutes et tous, avec ou sans papiers !

This entry was posted in Anticarcéral, Portraits de collabos and tagged , , . Bookmark the permalink.