Des mauvais moments pour les bleus (de la mi-juillet à la mi-août 2020)

Rennes : Les flics pris pour cible deux soirs d’affilée, leur bagnole amochée

Ouest-France / vendredi 31 juillet 2020

Le pare-brise avant et la vitre arrière détruits, un rétroviseur également, les quatre pneus crevés… Les policiers, appelés dans le quartier du Blosne, lundi 27 juillet vers 21 h 30, ont retrouvé leur voiture dans un sale état, après leur intervention qui s’est déroulée tout près du poste de police, boulevard Louis-Volclair.

La nuit suivante, un équipage était en mission de police-secours dans le quartier Bréquigny, vers 22 h, quand sa voiture stationnée allée du Groenland a été la cible de jets de projectiles, alors qu’un policier était à l’intérieur. « Entre vingt et trente personnes, dont une partie avait le visage dissimulé par des capuches, sont arrivées en hurlant et ont caillassé le véhicule », rapporte l’un d’eux. Des renforts ont été appelés mais le groupe a pris la fuite avant leur arrivée. […]

*****

Ouistreham (Manche) : Les migrants réagissent au harcèlement des gendarmes

France Bleu / mardi 278 juillet 2020

Un affrontement s’est produit dans la nuit de lundi à mardi à Ouistreham, alors que des gendarmes procédaient au contrôle d’un groupe de migrants qui tentait de rentrer dans un camion. Une vingtaine de migrants auraient alors « sauté » sur les gendarmes, affirment les forces de l’ordre qui ont fait usage de LBD et de gaz lacrymogène pour disperser le groupe. Deux gendarmes ont été blessés, deux véhicules endommagés selon la gendarmerie nationale. Un des migrants a été interpellé et placé en centre de rétention administrative.

Contactée par France Bleu Normandie, une bénévole qui vient en aide aux migrants explique qu’un jeune migrant a été blessé par un tir de LBD et hospitalisé pour des points de suture. Joints par franceinfo, les gendarmes assurent de leur côté qu’il n’y a pas eu de blessé parmi les migrants.

*****

Bordeaux : Des flics blessés par des feux d’artifice

20 Minutes / vendredi 24 juillet 2020

Un véritable guet-apens. Jeudi, vers 19 heures, des policiers de la brigade anticriminalité ont été attaqués par une quinzaine de jeunes dans le quartier de Grand-Parc à Bordeaux. Les fonctionnaires ont essuyé des jets d’explosifs et de feux d’artifice, rapporte Sud-Ouest.
Les policiers en patrouille ont croisé des personnes sur deux scooters volés et les ont alors pris en chasse. Loin de se laisser attraper, les jeunes ont abandonné les deux-roues près de la rue des Frères-Portmann, avant de prendre la fuite.
Les agents ont appelé un dépanneur pour récupérer les scooters mais c’est à ce moment qu’une quinzaine de jeunes, dont le visage était dissimulé, ont attaqué les policiers. Face aux feux d’artifice directement lancés contre leur véhicule, plusieurs policiers ont été blessés, dont l’un a été brûlé aux bras et aux mollets.
Les trois policiers ont appelé du renfort et ont réussi à s’échapper de cette dangereuse situation. Quatre mineurs ont finalement été interpellés jeudi soir et une enquête a été ouverte par le parquet de Bordeaux.

*****

Yvelines : Les condés trouvent ce qu’ils méritent

Info Normandie / dimanche 2 août 2020

Jets de projectiles à Mantes-la-Ville, tirs de mortier d’artifice à Chanteloup-les-Vignes, attroupement armé à Versailles… Les forces de l’ordre ont été confrontés une fois de plus à des situations difficiles dans certains quartiers des Yvelines, cette nuit de samedi à dimanche. Les policiers ont dû faire usage d’armes anti-émeutes pour disperser les assaillants et ramener le calme. Deux gardiens de la paix ont d’ailleurs été blessés par les jets de cailloux à Chanteloup-les-Vignes.

Tout a débuté vers 20h30, à Mantes-la-Ville lorsqu’un équipage de la brigade anticriminalité a essuyé des jets de projectiles de la part d’un groupe de perturbateurs, rue Neunkirchen.

Plus tard dans la nuit, des incidents ont également éclaté dans la cité La Noé, à Chanteloup-les-Vignes. Une habitante du quartier a signalé, vers 23h30, aux pompiers un départ de feu sur la place du Trident (il s’agissait d’un feu de détritus). Une interpellation, ayant été opérée dans le secteur un peu plus tôt, par sécurité les services de police ont dépêché un équipage afin d’assurer la protection des soldats du feu.
Au préalable, des hommes de la brigade anti-criminalité venue faire une reconnaissance ont été visés par des tirs de mortiers d’artifice. Face à une vingtaine d’individus hostiles, ils ont alors riposté en faisant usage de grenades de désencerclement et lacrymogènes ainsi que d’un lanceur de balles de défense.
Les policiers, amenés dans le même temps à contrôler un véhicule avenue de Poissy, ont été pris à partie par une vingtaine de jeunes lançant des pierres dans leur direction. Le pare brise de leur véhicule a été dégradé et deux fonctionnaires ont été légèrement blessés par les projectiles. Les assaillants ont été mis en fuite par un tir de balles de défense. […]

*****

Fourmies (Nord) : Pendant que les gendarmes regardent ailleurs…

La Voix du Nord / mardi 21 juillet 2020

Deux personnes ont été interpellées par les gendarmes qui leur reprochent d’avoir crevé deux pneus d’un véhicule en intervention. […]
Les faits remontent au dimanche 12 juillet dernier. Une patrouille de gendarmerie prend le chemin de la grande ducasse de Fourmies, installée sur la place verte, après avoir été alertée d’une possible rixe sur le secteur. Les militaires garent donc leur véhicule à proximité pour intervenir. Mais quelques secondes plus tard, deux personnes viennent prévenir les gendarmes : des individus sont en train de dégrader leur voiture.
Effectivement les forces de l’ordre retrouvent leur véhicule sérigraphié avec deux
pneus crevés. [article payant ; NdAtt.]

*****

Melun (Seine-et-Marne) : Pluie de briques sur les bleus

extrait de la République de Seine-et-Marne / mardi 21 juillet 2020

[…] Les policiers ont ainsi été pris dans un guet-apens le lundi 20 juillet, à 21 h 50. Requis pour un prétendu feu de détritus sur la voie publique, 10 rue Alfred de Musset, ils ont en fait été la proie de violents caillassages.
Des individus ont jeté d’un appartement inoccupé du 6e étage des briques et une chaise à armature métallique. Par chance, il n’y a ni blessé ni dégâts matériels, mais les fonctionnaires sont choqués. Une enquête a été ouverte et les objets ont été saisis, notamment pour tenter de recueillir des traces ADN et digitales. […]

*****

Paris : Ils filment les poulets qui se barrent

extrait du Parisien / 4 août 2020

[…] Dimanche, à 18h30, un équipage du XIXe a aussi eu son « moment de solitude ». Alors qu’il voulait contrôler rue de l’Argonne (XIXe) un jeune à moto sans plaque et sans casque, les fonctionnaires ont dû faire face à une sorte de guet-apens. Une trentaine de jeunes du quartier, « défavorablement connus dans le quartier pour des nuisances, des vols aggravés ou des infractions à la législation des stupéfiants », précise une source policière, ont, rameutés par des cris, surgi, entourant la voiture avec l’équipage à l’intérieur, bloquant son avancée avec un scooter et des chaises, frappant le capot, balançant des canettes, tout en tournant un clip vidéo. L’équipage a dû faire marche arrière. […]

*****

Bron (métropole de Lyon) : Les caméras à la disqueuse

Le Progrès / samedi 1er août 2020

Une dizaine d’individus se sont attaqués dans la nuit de vendredi à samedi à des caméras de vidéosurveillance implantées à Bron. Ils ont scié à la disqueuse deux mâts à Terraillon, place Jean-Moulin.
Alertée, la BAC (brigade anticriminalité) a pu interpeller vers 1 heure du matin trois individus âgés de 18 à 21 ans, deux résidant dans le quartier, le troisième étant de Chassieu. Ils ont été placés en garde à vue.

Bron compte aujourd’hui 59 caméras dont 35 sur la voie publique. Le nouveau maire Jérémie Breaud (LR) avait annoncé lors de la campagne municipale vouloir étoffer ce dispositif. L’élu a réagi dimanche sur son compte Twitter, annonçant : « Dès la rentrée, nous allons augmenter les effectifs de la PM pour avoir « enfin » une brigade de nuit mais aussi pour visionner en temps réel les images des caméras. Cela n’existait pas jusqu’à maintenant, il est temps que ça change. Mais nous partons de tellement loin ! ». […]

*****

Ris-Orangis (Essonne) : Le pandore finit à l’hôpital

extrait du Républicain de l’Essonne / mercredi 5 août 2020

Dans la nuit de lundi à mardi, deux équipages de la CSP d’Evry interviennent sur le plateau de Ris-Orangis. Appelées pour une rixe qui mettrait aux prises une dizaine d’individus, les forces de l’ordre progressent vers les lieux. C’est à ce moment qu’un projectile est lancé sur les policiers, atteignant l’un d’eux à la tête. Immédiatement acheminé vers l’hôpital, l’homme présente alors une plaie ouverte de 5 à 8 centimètres au niveau du front. Il pourrait également souffrir d’une fracture du plancher orbital. […]

*****

Rillieux-la-Pape (métropole de Lyon) : Les chantier sont là pour se fournir en caillasses, non ?

actuLyon / mardi 28 juillet 2020

[…] Alors qu’ils étaient appelés à cause d’un incendie, les policiers ont remarqué, une fois sur place, que les poubelles étaient éteintes.
Mais les forces de l’ordre se sont vite rendus compte qu’il s’agissait d’un guet-apens. « Ils se sont retrouvés débordés par de nombreux individus » explique la DDSP.
Les projectiles lancés ont été trouvés par les individus qui se ravitaillaient sur les chantiers de la commune de Rillieux-la-Pape. En infériorité numérique, les agents de force de l’ordre ont du se défendre par des tirs de riposte « avec des moyens alternatifs ». Certains policiers ont été blessés.
Au cours de cette nuit agitée, des véhicules ont également brûlé.

*****

Aubenas (Ardèche) : Pompiers et flics tombent dans le piège

Le Dauphiné / dimanche 2 août 2020

Dans la nuit de vendredi 31 juillet au samedi 1er août, les sapeurs-pompiers ont été appelés pour une intervention concernant un feu de poubelles, au quartier des Oliviers, à Aubenas. Sauf qu’une fois arrivés sur place, ils auraient été pris à partie par plusieurs individus et auraient fait l’objet de jets de pierres et de mortier, de même que la police, également intervenue sur place. Selon nos informations, il semblerait que les policiers étaient plus particulièrement visés.

Le véhicule d’intervention des sapeurs-pompiers aurait été dégradé avec plusieurs impacts sur la cabine, les portes et le toit. Aucun pompier ni policier n’a été blessé.
Ce n’est pas la première fois que ce type de faits se produit à Aubenas. En décembre 2019, des caillassages avaient eu lieu à plusieurs reprises, dénoncés par les autorités et le Sdis de l’Ardèche. Par ailleurs, dans la nuit du 25 au 26 février, trois voitures et une dizaine de containers avaient brûlé ; lors de leur intervention, sapeurs-pompiers et policiers avaient aussi été pris à partie.

 

This entry was posted in ACAB, Anti-caméras, Contre les frontières, Des mauvais moments pour les bleus and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.