Espagne : Des nouvelles de la situation dans les prisons suite au coronavirus

Contra Info / mercredi 18 mars 2020

Comme beaucoup d’entre vous le savent déjà, il y a quelques jours les prisonnier.e.s du Centre Pénitentiaire de Brians I ont commencé une grève de la faim, à cause des conditions restrictives qui y sont appliquées suite au coronavirus, qui annulent les parloirs avec les familles dans toutes les prisons d’Espagne, tandis que les matons entrent et sortent sans aucune protection.

À Brians, aujourd’hui plus de 100 personnes emprisonnées soutiennent la grève de la faim.

Aujourd’hui à midi, alors que les prisonniers entraient dans la salle à manger et prenaient les couverts mais pas les plateaux de nourriture, est arrivé un groupe de matons qui a demandé pourquoi ils faisaient ça. Certains ont répondu qu’ils faisaient une grève de la faim, en expliquant les raisons, et la réaction des matons a été de leur retirer leurs documents d’identité et au moins trois d’entre ceux qui refusaient de manger ont été transférés en isolement, pour intimider les autres, de façons que ceux qui sont arrivés après ont préféré renoncer à la grève de la faim.

Nous rappelons qu’au C.P. de Brians I est emprisonné depuis près de deux ans, dans l’attente de son procès, Amadeu Casellas*.

Dans la prison de Wad Ras, à Barcelone, un premier cas de coronavirus a été confirmé chez une femme à qui manquaient encore quelques jours avant d’être libérée et elle a été laissée sortir, mais on ne sait pas qu’est ce qui va se passer pour le reste des femmes qui étaient enfermées avec elle; elles sont préoccupées parce qu’elle ont exigé de passer des tests, mais rien n’a été fait. Hier, il y a eu des moments de tension aux parloirs, quand un groupe de personnes s’est ressemblé à l’entrée pour demander la libération des prisonnières et les familles, à leur départ, se sont intéressées à la protestation et, de l’intérieur, on a voulu savoir ce qui pouvait être fait.

Aujourd’hui, à Murcia II, les parloirs ont été interdits. Un maton est sorti avec un membre de la sécurité pour communiquer qu’à partir d’aujourd’hui à midi, il n’y aurait plus de parloirs, même avec la vitre de séparation.

Selon une déclaration du syndicat des matons, le CSIF, les prisonniers de la prison de Fontcalent (à Alicante) ont protesté ce dimanche avec un feu dans la cour, à cause du manque d’informations et de mesures de protection contre le coronavirus, et que l’incident a finalement été maîtrisé sans qu’il y ait eu de blessés.

Selon ce syndicat, le dernier cas de contagion a eu lieu à Melilla. Il s’agit d’un chef de service. Dans cette même prison, 12 autres matons ont été renvoyés chez eux en quarantaine, en l’on compte 164 prisonniers et 50 matons isolés, dans l’attente de connaître le nombre officiel de personne contaminées. Le syndicat a demandé l’arrêt immédiat des parloirs avec vitre de séparation, dans toutes les prisons, et 14 jours de quarantaine pour les nouveaux arrivants en prison.

Nous appelons à continuer à rester attentif.ve.s, afin d’exprimer notre solidarité avec les personnes emprisonnées, ainsi qu’au retrait des mesures restrictives, qui sont des sanctions.

15 mars 2020
Groupe de soutien à Amadeu Casellas

 

* Note d’Attaque : on se rappellera que dans la section pour femmes de la prison de Brians I est enfermée Lisa

This entry was posted in Anticarcéral, International, Le virus, l'État et son confinement and tagged , . Bookmark the permalink.