Les lycéen.ne.s debrayent avant, pendant et après les journées de grève (10/12)

Lille : « Le travail on en grève » – manif lycéenne et heurts avec les bleus

La Voix du Nord / mardi 10 décembre 2019

Les lycéens et étudiants se sont mobilisés ce mardi matin. Ils étaient entre 800 et 1 000 dans les rues de Lille, contre la précarité étudiante, la réforme du bac, mais aussi contre celle des retraites. Des incidents ont éclaté avec les forces de l’ordre, parfois sur les voies de circulation au milieu des automobilistes.

8 h 30, premiers incidents devant le lycée Pasteur Comme lundi, la journée commence par des blocages de lycées. À Montebello, d’abord, où des grandes grilles sont installées par les manifestants, vite retirées par les policiers. Ces derniers libèrent l’entrée vers 8 h, et interdisent tout affichage. […]
Au même moment, environ 400 jeunes sont rassemblés devant le lycée Pasteur, dont l’entrée est bloquée, comme lundi. La tension monte. Après quelques jets de projectiles, les forces de l’ordre chargent par une série de tirs de grenades lacrymogènes. Les adolescents se dispersent, pour mieux se regrouper boulevard Carnot et rue des Cannoniers, où des poubelles sont brûlées. Nouvelles salves de lacrymogène. Les lycéens fuient. À La Madeleine, le grand boulevard est fermé. À Lille-centre, les véhicules circulent dans la cohue.

9 h 30, en route vers (l’inaccessible) lycée Fénelon. Dispersés, mais pas vaincus, les lycéens reforment un cortège et partent au pas de course vers le lycée Fénelon. Certains sont très remontés contre la police  : « Ça va trop vite, dit l’un d’eux. Dès qu’on veut bloquer ou manifester, on est tout de suite gazés, sans qu’il soit possible de discuter. On veut nous faire partir, nous empêcher de défiler. Ça va avoir l’effet inverse : on va être de plus en plus nombreux et de moins en moins gentils. »
Le cortège réduit à 150 lycéens traverse République, mais l’accès à Fénelon est verrouillé par les policiers. Ados et forces de l’ordre jouent au chat et à la souris entre Wazemmes et la place des Halles. Jusqu’à un nouvel échange projectiles – gaz, rue Solférino. Deux personnes sont interpellées.

10 h, tous à l’IEP ! Place de la République, les rangs grossissent : Pasteur, Montebello, Fénelon, Valentine-Labbée et différents quartiers Lillois. Et des étudiants, aussi. Au total, entre 800 et 1 000 personnes prennent la direction de l’Institut d’études politiques (IEP), bloqué depuis 6 h 15. Comme la faculté de droit et de sciences politiques, d’ailleurs, où les examens prévus ce mardi ont été annulés.
Devant l’IEP, une poubelle est incendiée. Alors que la plupart des lycéens manifestent dans le calme, la police intervient. Et gaze. […]

10h30, retour devant Pasteur Un premier groupe venant de l’IEP retourne au lycée Pasteur. La situation se tend à nouveau. Une cinquantaine de lycéens bloquent la route, s’assoient sur les voitures. Des pierres volent. Le ton monte, aussi, avec des automobilistes. Une voiture repart, un adolescent sur le capot. Une autre fonce et roule sur un extincteur vidé, abandonné sur la chaussée.
Le reste du cortège arrive, en même temps que la police. Les tirs de lacrymogènes reprennent. Les lycéens courent au milieu des véhicules en circulation, boulevard Carnot. La plupart des automobilistes s’arrêtent mais d’autres foncent dans le tas. On frôle plusieurs fois l’accident. […]

Les policiers ont repoussé vers 11 h 30 les manifestants dans le parc Matisse. Près de 300 lycéens ont alors pris la direction du lycée Valentine-Labbé, avant d’être repoussés, à nouveau, par des jets de gaz lacrymogènes, vers Lille.

*****

Décines-Charpieu (Rhône) : Les trams circulent encore ? Non, ils sont bloqués parles echauffourées

actuLyon / mardi 10 décembre 2019

Mardi 10 décembre, des débordements en marge d’un blocage de lycée à Décines-Charpieu (Rhône), près de Lyon ont perturbé les trafics du T3, du Rhônexpress et de six lignes de bus.

[…] En raison de débordements en marge d’un blocage de lycée, la police a demandé à TCL d’arrêter le trafic vers 9h30. Les forces de l’ordre sont actuellement en train d’intervenir à proximité de la station Décines Esplanade. La police a confirmé que l’opération de police concerne un blocage du lycée par des élèves.
En plus du tramway et des bus, le réseau du Rhônexpress est, lui aussi, perturbé. Un service de substitution est mis en place et des agents doivent informer les voyageurs dans les stations. […]

*****

Nantes : Blocages et feux de poubelles

Ouest-France / mardi 10 décembre 2019

Plusieurs actions de blocages ont lieu ce mardi 10 décembre au matin, notamment dans les lycées nantais. La ligne 4 du busway était également déviée, en raison d’une intervention de police pour un feu de poubelles sur les voies.
[…] Si le mot d’ordre général est d’exiger le retrait de la réforme des retraites, d’autres facteurs ont pesé dans la mobilisation des lycéens. Notamment la précarité qui touche les étudiants, citant l’exemple d’Anas. K, l’étudiant lyonnais qui s’était immolé par le feu.
Augustin, 16 ans, présent devant le lycée ce matin, explique d’ailleurs travailler sur les marchés « tous les week-ends, dès 5 h du matin, pour aider sa mère ». Un autre, Nils, pointe également la réforme du Bac, « qui alourdit les emplois du temps » ou le fait qu’un tiers des classes n’avait pas de prof principal au début de l’année ». Un autre veut quant à lui défendre les free partys et évoque la mort de Steve Caniço dans la Loire cet été.
Tous doivent ensuite rejoindre l’assemblée générale des cheminots, à 10 h à la gare.
Du côté du lycée de Les Bourdonnières, au sud de Nantes, les lycéens bloquaient partiellement l’entrée de l’établissement. Des poubelles ont même été incendiées sur les voies de la ligne 4 du busway, obligeant les forces de l’ordre à intervenir. Un temps déviée, la circulation a pu reprendre normalement. De nouveaux containers ont été incendiés plus tard dans la matinée, alors que les lycéens défilaient dans le quartier.

*****

Bouaye (Loire-Atlantique) : Les profs reprennent le travail, mais les lycéen.ne.s non !

Ouest-France / mardi 10 décembre 2019

Ce mardi 10 décembre, dès 7 h 30, un groupe de lycéens du lycée Alcide-d’Orbigny, à Bouaye, au sud de Nantes, a rassemblé les poubelles du voisinage devant le lycée et transporté des ganivelles de la Ville, stockées près du complexe sportif René-Gautier, tout proche, pour bloquer l’accès de l’établissement scolaire.
Environ 200 lycéens sur 1 100 ont pu entrer pour suivre les cours. L’un des leaders du mouvement explique « exprimer le ras-le-bol sur tout » . En pensant à son futur, il s’insurge « contre les frais d’inscription qui augmentent. On étudie, on va bientôt rentrer dans la vie active, on sera imposé sur tout. Le système favorise la précarité étudiante. Nous sommes aussi opposés à Parcours SUP qui créé des inégalités entre les lycées de ville et de campagne, comme ici, à Bouaye. »
À 10 h, ils n’étaient plus qu’un petit groupe devant l’entrée. La plupart des lycéens sont rentrés chez eux ou ont appelé leurs parents quand il n’y avait pas de transport. Les lycéens ont prévu de reconduire le blocage jeudi 12 décembre.
Du côté des professeurs, seuls quelques-uns étaient grévistes ce mardi contre 80 % jeudi 5 décembre.

*****

Paris : On ne sera plus jamais sages

CNews / mardi 10 décembre 2019

S’inscrivant dans le mouvement social en cours, alors qu’une manifestation est prévue cet après-midi à Paris, plusieurs lycées de la capitale étaient bloqués ce mardi 10 décembre au matin, notamment en vue de dénoncer la réforme des retraites et la précarité étudiante.
«La précarité tue», «contre la précarité, pour la solidarité» ou encore «la retraite nous tuera à coups de poing», pouvait-on lire ce mardi matin sur des pancartes érigées devant le lycée Hélène Boucher, dans le 20e, où des poubelles et des barricades ont été installées pour bloquer l’entrée de cet établissement situé cours de Vincennes.
Un blocage moins impressionnant mais visible quand même était également en cours devant le lycée Colbert, situé rue du Château-Landon, dans le 10e, selon le syndicat lycéen FIDL, ou encore devant le lycée Turgot, situé rue de Turbigo, dans le 3e.
Et à ceux qui se demanderaient pour quelles raisons les lycéens bloquent leurs établissements et s’associent à ce mouvement de grève national, ils se disent «contre la réforme des retraites»et «contre la réforme du baccalauréat et la sélection sur Parcoursup». […]

*****

Anger : On n’oublie pas les personnes aux mains des flics

Ouest-France / mardi 10 décembre 2019

Une nouvelle journée de grève a lieu ce mardi 10 décembre partout en France contre la réforme des retraites dont le contenu détaillé doit être présenté mercredi. La situation s’est tendue à Angers après l’interpellation de trois lycéens. Le cortège angevin de 3 500 manifestants s’est rassemblé devant le commissariat puis la préfecture pour réclamer leur libération. À Cholet, on a compté 350 personnes. Elles étaient au nombre de 500 à Saumur.

*****

Grenoble

France Info / mardi 10 décembre 2019

D’après les organisations syndicales lycéennes et étudiantes, 5 lycées seraient bloqués ce matin à Grenoble depuis 6h : les Eaux Claires, Mounier, Argouges, Louise Michel et le lycée de la Mure. Dans le centre ville, le lycée Stendhal ferait l’objet d’un simple tractage.
Un incident s’est produit ce matin vers 8H devant le lycée des Eaux-Claires, quand un homme armé d’une machette a tenté de couper les rubalises mises en place par les lycéens pour récupérer les poubelles de l’établissement. L’homme agité, a insulté et menacé les élèves. L’un d’eux s’est interposé et a pris un coup de poing. L’arrivée du proviseur a permis le retour au calme et le départ de l’agresseur [machette… proviseur… quelle occasion ratée !  NdAtt.].
Sur le campus l’Arsh (art et sciences humaines), Sciences Po et le Bâtiment des Sciences de l’Homme et des Mathématiques sont également bloqués.

*****

Le Mans

Ouest-France / mardi 10 décembre 2019

Une vingtaine d’élèves ont bloqué, ce mardi 10 décembre 2019, dans la matinée, les accès du lycée Bellevue au Mans. Un incident est survenu : une surveillante a roulé sur le pied d’une lycéenne. [article payant ; NdAtt.]

*****

Halluin (Nord)

La Voix du Nord / mardi 10 décembre 2019

Quatre manifestants ont été arrêtés ce mardi matin lors de troubles à l’ordre public survenus en marge d’une tentative de blocage du lycée professionnel Saint-Exupéry. Il n’y a pas eu de blessés. [article payant ; NdAtt.]

*****

Avallon (Yonne)

L’Yonne républicaine / mardi 10 décembre 2019

Ils bloquent partiellement l’entrée du lycée des Chaumes à Avallon depuis 7 h 30 ; mais aux environs de 11 heures, les lycéens n’étaient plus qu’une quarantaine. Et pour cause, parmi eux, ce sont principalement des élèves de terminale qui se sont mobilisés. « On s’est renseignés sur notre droit de faire grève et les conséquences », assure Lucrèce, 17 ans.
« On débat depuis plusieurs semaines, on a fait une liste de revendications », retrace Noémie. Ces revendications justement, concernent plus la récente réforme du bac que celle des retraites qui mobilise beaucoup actuellement : nouveaux programmes, suppressions de postes et regroupement des options, système parcoursup, cadence des cours… « les retraites n’arrivent qu’en dernier dans leurs revendications » […]

*****

Dans la Vienne

extrait de Centre Presse / mardi 10 décembre 2019

Certains l’attendent comme un point de bascule. Une entrée des professeurs et lycéens dans la mobilisation contre la réforme des retraites pourrait être décisive. Hier matin dans la Vienne, plusieurs établissements ont vu leurs entrées bloquées quelques instants puis filtrées par des barrages mis en place par les élèves. Parallèlement, les déclarations de grève des professeurs se multiplient. Ils viendront gonfler les rangs du cortège poitevin cet après-midi. […]

*****

Marseille – la manif (non-)syndicale

This entry was posted in Bloquer les flux and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.