Athènes (Grèce) : Une banque attaquée

Act for freedom now ! / vendredi 29 novembre 2019

Le parti Néa Dimokratía, dans le sillage de la politique social-démocrate de SYRIZA, a fait le pari de désigner un ennemi intérieur, de façon à procéder sans heurts à des ajustements dans la gestion du capital intérieur, qui passent ainsi inaperçus et sans réaction. Par conséquent, le sujet d’Exarcheia, « faire face à l’anarchie dans les quartiers et les universités », l’imposition de la doctrine de « loi et ordre » est devenu une priorité de la droite, qui investit dans les caractéristiques les plus cannibales et conservatrices de la population locale et élabore une stratégie pour dissimuler la dégradation toujours croissante des conditions de travail. Une stratégie visant à rendre invisibles les mort.e.s, les torturé.e.s et les exclu.e.s aux frontières, en mer, sur les lieux de travail, dans les rues des villes, dans les centres de détention et les prisons. Une stratégie qui détourne l’attention du public vers les conflits des anti-autoritaires avec les flics et les attaques contre les symboles, les structures et les personnes au pouvoir, les décrivant comme la forme la plus importante et structurée de violence, et donc comme la menace la plus importante pour les citoyen.ne.s moyen.ne.s.

Les mots utilisées par le récit autoritaire dominant ne sont pas le fruit du hasard : elle décrivent les squats (tanières illégales), les centres sociaux dans les universités (planques), les personnes qui se battent dans la rue avec les flics (vandales), les personnes que la violence du capitalisme a fait partir de leur pays pour tenter de trouver un sort meilleur (immigrants illégaux), les guérilleros armé.e.s et les expropriateur.ice.s radicaux.ales (terroristes, brigand.e.s et assassin.e.s). Et le fait de relier toutes ces expressions à l’abstraction « Exarcheia ». Nous n’entrerons pas dans l’histoire d’Exarcheia, les luttes, les relations, les racines qui se sont développées là bas. Tout cela a été analysé avec beaucoup plus de délicatesse et de rigueur. Nous voulons seulement dire que, dans l’abstraction « Exarcheia », la figure de l’ennemi intérieur, le sujet qui doit être écrasé, détruit, emprisonné, exilé, exclu de la normalité de la démocratie bourgeoise, prend une forme et une substance spécifiques. Il devient le sujet qui doit confirmer fermement et sans ambiguïté qui est qui détient le pouvoir souverain, qui définit les bases sur lesquelles se construisent les relations entre les personnes, mais aussi avec leur environnement, les ressources, les biens qu’ils produisent, le temps et l’espace.

Après tout, Exarcheia est l’espace urbain et le point anthropologiquement défini qui souligne ce que le capitalisme moderne craint, ce que les États occidentaux modernes craignent. Des lieux d’auto-organisation, d’expropriation des ressources, d’espace et de temps, de propagande anarchiste et de diffusion de théories anti-autoritaires vers une base sociale, d’action directe et d’attaques en mode guérilla, dans le territoire métropolitain ; la conscience que nous sommes deux mondes parallèles en cours de collision, la conclusion que le capitalisme n’est pas la fin de l’histoire : voilà ce dont ils ont peur. Et c’est ce qu’ils veulent étouffer. Exarcheia est le symbole visible et incarné de ce qu’ils veulent étouffer. C’est la raison de toute la répression acharnée contre les structures, les moyens et les sujets de la lutte anti-autoritaire.

Nous avons vu ce déchaînement répressif exploser sur les corps des personnes arrêtées le 17 novembre 2019 et de celles rassemblées en solidarité devant le tribunal, le lendemain; se répandre sur les trottoirs et dans les rues d’Exarcheia avec le sang des gens harcelées par les ordures en uniforme, qui s’affichent sur les chaînes TV dans une atmosphère de « victoire pour la démocratie » et de « balayage des anarchistes ». Face à ce déchaînement avalisé par l’État, nous pensons que nos réponses doivent être avisées, en tenant compte de toujours plus de facteurs, afin d’être aussi dangereux.ses et efficaces que possible, dans nos actions. Pour compléter la mosaïque de la présence anarchiste dans la rue ce jour-là et suivant la logique de frapper là où ils ne nous attendent pas et de concentrer leurs forces dans un point, en début de soirée, le 17 novembre, nous avons cassé les vitres et le distributeur automatique de la banque Eurobank, dans la rue Mihalakopoulou à Ambelokipoi [quartier du nord-est d’Athènes ; NdAtt.]. Nous voulions leur rappeler qu’ils ne peuvent pas toujours avoir des yeux et des oreilles partout et que, lorsque nous décidons le lieu et le moment du conflit, il s’avère que leur quadrillage de la métropole, leur structure répressive, leur renommée et leur statut politique sont fragiles et vulnérables.

Cette action était un signe de solidarité et de complicité avec les rebelles du Chili. C’était aussi un cri de solidarité et de force à nos compas en cavale, inculpé.e.s et incarcéré.e.s.

PS. Dimitris Armakolas [compagnon mort suite à sa chute et à un électrochoc reçu pendant qu’il grimpaient pour accrocher une banderole en solidarité avec un anarchiste emprisonné, à Athènes, le 10 novembre 2018 ; NdAtt.].est toujours présent dans la mémoire révolutionnaire.

Des ami.e.s de la violence asymétrique

This entry was posted in Bouffe du riche, International and tagged , , , . Bookmark the permalink.