Des mauvais moments pour les bleus (mi-octobre 2019)

Montpellier : Ils attendent la keuffe à la sortie du poste

extrait de Métropolitain / jeudi 3 octobre 2019

[…] une policière de la Sécurité publique en poste au commissariat de la division Nord de la Mosson, à Montpellier est tombée dans un guet-apens, à la fin de son service.
Elle a été frappée, insultée, outragée, tandis que sa voiture personnelle garée près de la dalle du Grand Mail a été vandalisée. Dans un premier temps, elle a pu échapper à ses agresseurs, qui lui ont notamment lancé des pierres, mais, elle a pu être rejointe dans un coin de la cité et tabassée.
Une enquête est en cours à la sûreté départementale de l’Hérault. Les policiers ont notamment saisi les bandes des caméras de vidéosurveillance. […]

*****

Uckange (Moselle) : Gendarmes et services publics, deux aspects du même pouvoir

L’Est Républicain / mercredi 9 octobre 2019

Une série d’incendies volontaires a mobilisé, mardi soir, sapeurs-pompiers et gendarmes dans le secteur de l’avenue des Tilleuls et de la rue de Budange à Uckange. Une opération de contrôles de gendarmerie avait été menée l’après-midi même dans le quartier.
Possibles représailles à l’intervention des forces de l’ordre, aux alentours de 21 h, une quinzaine de jeunes, visages masqués, ont mis le feu à plusieurs containers à ordures et à trois camionnettes. Une baraque de chantier a été incendiée à proximité du lotissement du clos des Tilleuls, en cours de construction.
Un véhicule de patrouille de gendarmerie a également essuyé des jets de pierres. Pour éviter un guet-apens, les sapeurs-pompiers ont dû intervenir sous la protection des gendarmes mobiles. Le calme est revenu rapidement dans le quartier après l’intervention des gendarmes, restés mobilisés une partie de la nuit.
Ces violences ont touché la Régie de services d’Uckange. La camionnette de l’association, qui emploi notamment des habitants du quartier pour le ramassage des encombrants ou le ménage des communs des immeubles, a été incendiée.

*****

Boissy-Saint-Léger (Val-de-Marne) : On attend les bleus pour les accueillir comme il se doit

Le Parisien / samedi 5 octobre 2019

[…] Vers 0h20, au cœur de la cité de la Haie-Griselle, un équipage des forces de l’ordre a été pris en embuscade, après le contrôle d’un véhicule. Engagés rue Gaston-Roulleau, les policiers ont été stoppés par un homme, armé d’un bâton et posté sur la voie.
Alors qu’ils tentaient de se replier en effectuant marche arrière, les fonctionnaires ont été attaqués par une bande d’individus au visage masqué, auteurs notamment de tirs de mortiers sur le véhicule. Un pavé a explosé la vitre avant droite, sans faire de blessé.
Parvenus à s’enfuir par l’avenue Charles-de-Gaulle, les policiers ont été rejoints par des renforts. Les assaillants, eux, se sont dispersés dans le quartier. L’enquête a été confiée au commissariat de Boissy-Saint-Léger. […]

*****

Mantes-la-Jolie (Yvelines) : Nuit agitée au Val Fourré

Le Parisien / dimanche 13 octobre 2019

La nuit de samedi à dimanche a été agitée au Val Fourré, à Mantes-la-Jolie. Aux alentours de 22 heures, une patrouille de police se trouve rue Blériot. Sans raison apparente, une cinquantaine de jeunes, décrits comme excités et très agressifs, se mettent à agresser les fonctionnaires qui se trouvent dans leur véhicule. Des projectiles et une dizaine de mortiers de feux d’artifice sont lancés sur eux.
Les policiers, qui effectuent un tir de lanceur de 40 mm pour disperser leurs agresseurs, décident de quitter le quartier afin d’éviter une nouvelle flambée de violences.
Mais ce n’est pas fini. Une heure plus tard, une voiture des forces de l’ordre pénètre dans le Val Fourré afin de rattraper le conducteur d’une Clio ayant refusé un contrôle. Les jets de projectiles reprennent, entraînant de nouveau la riposte policière. En voulant quitter rapidement les lieux, les fonctionnaires endommagent leur véhicule sans faire de blessés. A minuit, une autre patrouille est violemment prise à partie sur le boulevard Charles-de-Gaulle qui traverse le quartier. Le pare-brise du véhicule, pourtant renforcé, est brisé par des tirs de mortiers.
Enfin, vers 1 heure du matin, les pompiers, appelés rue Gay-Lussac, pour éteindre un feu de voiture, ne peuvent pénétrer dans le quartier et sont obligés de laisser le véhicule se consumer entièrement. Il n’y a eu aucune interpellation.
Des violences similaires se sont produites dans la nuit aux Mureaux et à Trappes obligeant les forces de l’ordre à intervenir.

*****

Chenôve (Côte-d’Or) : Pas de retour au calme

France Bleu / samedi 12 octobre 2019 

La nuit de vendredi à samedi a été agitée, une fois de plus, dans l’agglomération dijonnaise. A Chenôve, rue des Clématites, aux abords de l’école Gambetta, un fourgon et des poubelles ont été incendiés. Les policiers arrivés sur les lieux ont essuyé des tirs de mortiers de feux d’artifice, comme cela avait déjà été le cas mardi soir. Quelques heures plus tard, les pompiers étaient appelés à Dijon, dans le quartier des Grésilles, rue Marius Chanteur, où cinq véhicules étaient la proie des flammes. 
Les maires de Dijon et Chenôve, confrontés régulièrement aux violences urbaines depuis le début de l’été, avaient interpellé en juillet le ministre de l’Intérieur pour lui demander d’affecter à la police des moyens supplémentaires. […]

*****

Pont-de-Barret (Drôme) : Encore un tag sur la nouvelle caserne des pompiers

Le Dauphiné Libéré / jeudi 10 octobre 2019

Mauvaise surprise, jeudi 10 octobre au matin, pour les sapeurs-pompiers de Pont-de-Barret. La caserne, sortie de terre en juillet, a été taguée dans la nuit. Un « A » anarchiste a été découvert sur les murs. C’est la troisième fois que ce centre de secours du Sud-Drôme est dégradé. Deux tags avaient été découverts en moins de trois semaines, fin août. […]

*****

Amiens : Service à domicile pour le maton

France Bleu / samedi 28 septembre 2019

Un surveillant de prison porte plainte pour une agression présumée à Amiens, dans la Somme. Cet homme, qui exerce à la maison d’arrêt de la commune, affirme avoir été pris à partie jeudi 26 septembre devant son domicile alors qu’il rentrait chez lui. Cinq personnes cagoulées l’auraient roué de coups de poing et de coups de pieds alors qu’il se trouvait au sol.
Le gardien, âgé de 27 ans, a été hospitalisé pendant quelques heures au CHU d’Amiens. Il est ressorti dans la soirée de jeudi avant de se voir octroyé 6 jours d’incapacité totale de travail.
Sa plainte n’a été enregistrée que vendredi, soit plus de 24 heures après les faits présumés, mais l’affaire « semble sérieuse » selon le procureur de la République d’Amiens.
Une enquête vient d’être confiée à la sûreté départementales des commissariats d’Amiens. Elle devra notamment déterminer si cette agression est liée à la profession de la victime.

This entry was posted in ACAB, Des mauvais moments pour les bleus and tagged , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.