Brescia (Italie) : Des nouvelles des dernières arrestations et un tract en solidarité

Des nouvelles des dernières arrestations

Round Robin / samedi 25 mai 2019

Des nouvelles depuis la prison de Canton Mombello (Brescia), le 24 mai 2019.
Aujourd’hui le compagnon interpellé [lors de l’arrestation de Juan, qui était en cavale ; NdAtt.] a été transféré à la prison de Canton Mombello et placé à l’isolement, où se trouve aussi Juan. Le compagnon est accusé de « complicité d’évasion ».
L’avocat a pu s’entretenir avec les deux compagnons et les a trouvé forts et déterminés.
On attend la décision du JLD, qui devrait arriver demain, et de voir les compagnons en liberté.

Tou.te.s libres, tout de suite !

Plus d’infos à venir.

*****

La liberté et la solidarité font peur

Round Robin / samedi 25 mai 2019

Un modèle de société de plus en plus impitoyable, inhumain, esclavagiste et classiste est en train de s’imposer en Europe, notamment en Italie.
En feignant des dangers et des urgences inexistants, on s’en prend, à coup d’ordonnances, aux dernières expressions de dignité et de résistance face au capitalisme le plus fasciste. On essaye de construire une humanité de plus en plus précarisée, divisée, impuissante, désespérée et donc sujette à exploitation et à manipulation. Une vraie guerre aux pauvres est en cours, à côté d’une guerre entre pauvres alimentée par la propagande raciste et terroriste des gouvernements. Des guerres coloniales à l’étranger pour s’approprier des ressources naturelles.
Des frontières blindées, avec des armes et des barbelés et un climat de guerre qui plane à l’intérieur des États nationaux : des camps de concentration pour les migrants et des obstacles de tout genre pour obtenir des permis de séjour, même pour des raisons humanitaires ; la nationalité accordée comme de la charité ; des contrats de travail et des vies en CDD ; soins et instruction de moins en moins accessibles et plus précaires ; surveillance spéciale pour les internationalistes [les camarades italiens qui étaient partis combattre avec le YPG au Rojava ; NdAtt.], interdictions de manif’ et interdictions de territoire pour ceux qui expriment leur opposition et luttent pour améliorer les conditions de vie, la prison pour ceux – italiens ou immigrés – qui défient l’autorité et la misère. La tentative de sauver des vies humaines autrement destinées à la mort, les secours en mer, longtemps obligés, le fait d’offrir un repas ou des soins deviennent des délits, au nom d’ordonnances ouvertement néo-nazis.
A Côme, à Rome et dans d’autres villes le fait d’offrir un repas ou ce n’est que du lait chaud l’hiver, à des italiens ou pas, a été réprimé : amendes et expulsions de rassemblements solidaires. A Udine, 7 volontaires d’une ONG ont été accusés de complicité parce qu’ils avaient aidé des migrants à se soigner. Les délits de solidarité et d’amitiés s’enchaînent. Ce qui est criminalisé c’est la tentative de résister à ce destin de torture et d’exploitation.

L’anarchiste Juan Sorroche Fernandez a été arrêté le 22 mai, dans le département de Brescia, à cause d’une série de peines à purger et de l’accusation de s’y être soustrait. Le même jour, un autre compagnon est arrêté, accusé de complicité. Pour trouver une quelque motivation à sa mise en examen, sa maison a été fouillée, tout comme celle de ses parents ou celle des ses beaux-parents et même la maison d’une amie et de sa famille. Cela effectué par des policiers en cagoule sans montrer aucun mandat.
Pour frapper, isoler et brûler la terre où l’on marche, des personnes « communes » sont prises pour cible, comme dans les moments les plus sombres du siècle dernier, dans l’intention de briser des relations, l’amour et les possibles complicités.
Toute personne qui essaye d’exister, en résistant à des impositions capitaliste et fasciste, toute personne qui montre de la solidarité et de l’amitié à l’encontre de qui est actuellement dans la ligne de mire est un criminel et un terroriste, dans ce monde à l’inverse.

Contre la vie de merde à laquelle vous nous destinez, on résiste, vivants, libres et sauvages. Humaines.
Toujours en marche sur le chemin de la liberté.

Anarchistes

This entry was posted in International, Nique la justice and tagged , , . Bookmark the permalink.