Trentino (Italie) : Opération répressive contre des anarchistes

résumé de Macerie et Round Robin / mercredi 20 février 2019

Le 19 février la DIGOS et le ROS [la police politique et la brigade des Carabinieri qui “s’occupe” de criminalité organisée et de terrorisme; NdAtt.] ont arrêté 7 compas en Trentino, dans le nord-est de l’Italie, avec les accusations d’association subversive avec finalité de terrorisme (l’éternel article 270 bis du Code pénal) et d’attentat avec finalité de terrorisme (art. 280 C.p.). En plus des arrestations il y a eu une trentaine de perquisitions de maisons et d’espaces collectifs.

Les personnes arrêtées (6 sont maintenant en préventive, une aux arrestations domiciliaires) sont de compas engagé.e.s dans la lutte contre la guerre et le militarisme, contre les frontières, contre les rafles de sans-papiers, contre les prisons et la police, contre les projets de dévastation de l’environnement, contre le fascisme et le vent réactionnaire qui souffle sur l’Italie.

Les journaflics disent que les 7 compas seraient accusé.e.s d’une attaque contre le laboratoire de mathématique industrielle et cryptographie de l’Université de Trente, le 8 avril 2017 ; de l’incendie d’une antenne relai, sur le Mont Finonchio, le 7 juin 2017 ; de la tentative d‘incendie de neuf voitures de la police municipale de Trente, le 3 décembre 2017 ; d’une explosion contre une banque, à Rovereto, le 25 juillet 2018 et contre une agence de travail intérimaire, toujours à Rovereto, le 1er septembre 2018 ; d’un engin explosif devant le siège de la Lega Nord de Ala, le octobre 2018 (la veille d’une conférence de Salvini). Les flics les accusant aussi de fabrication de faux documents et ajoutent que les compas auraient fait de l’agitation publique avec le bulletin « I giorni e le notti » (ce qui, jusqu’à là, n’est quand-même pas un délit, même dans l’Italie de Salvini).

Dans l’après-midi de mardi, une manif solidaire d’une cinquantaine de personnes a parcouru les rues de Trente, laissant derrière elle des tags en solidarité et contre l’État.

Liberté pour Agnese, Giulio, Nico, Poza, Rupert, Sasha et Stecco !

 

Les adresses connus pour l’instant (on ne sait pas encore dans quelle taule a été amené Stecco, Sasha est aux arrestations domiciliaires) :

Roberto Bottamedi
Casa Circondariale Brescia Canton Mombello
Via Spalto San Marco, 20
25100 Brescia (BS)

Nicola Briganti
Casa Circondariale Verona Montorio
Via San Michele, 15
37131 Verona (VR)

Agnese Trentin
Casa Di Reclusione Verziano
Via Flero, 157
25125 Brescia (BS)

Andrea Parolari
Via Basilio Dalla Scola, 150
36100 Vicenza (VI)

Giulio Berdusco
Casa circondariale
Via Paluzza, 77
33028 Tolmezzo (UD)

This entry was posted in International, Nique la justice and tagged , , , , . Bookmark the permalink.