Rennes : La police mutile

Ouest-France / mercredi 30 mai 2018

Depuis ce matin, plusieurs statues de la place de Bretagne portent des traces de dégradations. Les mains des baigneuses sont couvertes de traces de peinture rouge.
Des inscriptions anti police ont également été taguées sur les socles en granit au pied des statues. La raison Pour dénoncer les « violences policières ». Le 22 mai dernier, un jeune étudiant de 21 ans a eu une main arrachée par une grenade des forces de l’ordre sur La ZAD de Notre-Dame-des-Landes

[…] La Ville précise également que « les tags injurieux sont traités prioritairement. Quarante-huit heures maximum contre un délai pouvant aller d’1 à 2 semaines autrement, selon la charge de travail des agents. En cas de dégradations sur un site sensible, l’intervention est également priorisée ».

This entry was posted in ACAB, NDDL and tagged , , . Bookmark the permalink.