Rennes : La fac saccagée (et les clés disparues…)

France Bleu / vendredi 18 mai 2018

C’est ce vendredi matin que le président de l’université de Rennes 2 a constaté les dégâts dans le bâtiment L sur le campus de Villejean. Selon Olivier David, après l’AG de jeudi, « un groupe d’étudiants est entré par effraction dans le bâtiment L ». Lorsque les forces de l’ordre sont arrivés sur place vers 7h30, ce vendredi matin « il n’y avait plus personne, mais les locaux étaient saccagés ». Le montant des dégâts est en cours d’estimation, mais la facture pourrait être lourde. Selon Olivier David  » des ordinateurs ont été cassés, des vitres brisées, des distributeurs et des réfrigérateurs dévalisés, des appareils électroménagers détruits, des outils de travail dérobés « . Une plainte a été déposée. Une enquête est en cours.

20minutes / mardi 22 mai 2018

Le montant des dégradations générées par les occupations des bâtiments de l’université Rennes 2 pourrait grimper en flèche. D’après un étudiant de la fac de sciences humaines responsable des Jeunes avec Macron, les doubles des badges d’accès aux bâtiments auraient été dérobés sur le campus de Villejean. Des étudiants bloqueurs se seraient emparés de ces pass, obligeant l’université à changer toutes les serrures pour éviter les intrusions.
« La totalité des pass volés dans les locaux de la DRIM oblige l’Université #Rennes2 à changer toutes les serrures sécurisées de la fac. Cette facture serait de 500 000 ou 600 000 €… Le tout s’additionnant au coût des autres dégradations du bâtiment L. »
Contactée, la présidence de l’université n’a pour l’heure pas confirmé l’information. Les services de Rennes 2 sont toujours au travail pour évaluer les dégâts de l’occupation du bâtiment L dans la nuit de jeudi à vendredi.
Plusieurs individus avaient passé la soirée dans le bâtiment après l’annulation des examens. Appelées en renfort le vendredi matin, les forces de l’ordre avaient découvert des locaux saccagés.
La présidence avait dénoncé « des dégradations importantes et de nombreux vols commis dans les ateliers techniques de la Direction des ressources immobilières ». C’est à cet endroit que les pass auraient été volés. D’après l’étudiant, le préjudice pourrait atteindre 500.000 euros, ce qui reste à confirmer.
La cafétéria du Crous avait également été saccagée. Des ordinateurs avaient été cassés, des vitres brisées et de l’électroménager détruit. L’université Rennes 2 avait porté plainte le vendredi et une enquête a été confiée à la police. Les examens se dérouleront en ligne à partir de mercredi.

*****

Quoi de neuf ? Tiens, la France Insoumise condamne et appelle à la répression…

extrait de Rennes Infos Autrement / mardi 22 mai 2018

« Soutiens indéfectibles du mouvement de contestation de la loi de sélection à l’Université (loi ORE), nous condamnons les dégradations qui ont eu lieu à Rennes 2 dans la nuit de jeudi 17 mai (photo de France 3) », expliquent les élus de France Insoumise dans un communiqué publié aujourd’hui. […]
« Historiquement, les étudiants, les enseignants et les personnels de l’Université choisissent des formes diverses de mobilisation (manifestations, blocages des bâtiments, boycott d’examens, etc) pour contester des lois qu’ils estiment aller à l’encontre du service public de l’enseignement supérieur », ajoutent-ils.  » Nous n’avons pas à les commenter. »
« Pour autant, rien ne peut légitimer les 300 000€ de casse ou de vol de matériel informatique, de vitres ou d’électroménager dans le bâtiment L. Il ne s’agit absolument pas d’une décision collective mais du fait de quelques personnes dont on doute de leur participation au mouvement contre la loi ORE. Nous rappelons qu’historiquement les salariés ou étudiants en lutte, même sous des formes radicales, respectent, par principe, leurs outils de travail. Voilà pourquoi les pillards et casseurs devront répondre de leurs actes. » […]

 

This entry was posted in Brûle ton école and tagged , , . Bookmark the permalink.