Bure : Expulsions en cours [MAJ : rassemblements solidaires un peu partout]

vmc.camp / jeudi 22 février 2018

EXPULSION EN COURS

APPEL A RASSEMBLEMENT DEVANT LES PRÉFECTURES CE SOIR À 18H,

APPEL A CONVERGER VERS BURE POUR CEUX QUI PEUVENT, RENDEZ-VOUS à MANDRES à 16h pour la venue de Lecornu à la mairie

Fil d’infos

13h13 Les opposant.e.s qui s’étaient barricadé.e.s sont conduit.e.s dans différents commissariats pour vérification d’identité. [source : Manif-est.info]

12h40 Deux personnes sont emmenées en garde à vue pour outrage. Bilan actuel : 5 personnes en garde à vue, et 5 autres emmenées pour vérification d’identité. Des copain-e-s sont toujours sur la mezzanine au niveau du dortoir et du freeshop.

12h19 Des personnes sont emmenées dans le jardin et sont arrêtées

12h05 Une personne est mise en garde à vue dans la maison

11h29 Une dizaine de personnes attendant à l’extérieur en soutien

11h16 Les flics forcent les portes de la maison et rentrent pour flagrance de violence caractérisée. Les opposant.e.s se sont barricadé.e.s sur la mezzanine

10h35 Les flics veulent rentrer dans la maison, font des sommations.

10h19 Les flics chargent dans la rue de la Résistance.

10h10 3 fourgons, une dizaine de GM en ligne dans la rue de la Maison, avec flashball.

9h45 Des flics sont entrés dans le jardin de la Maison de Résistance. Ils ont encerclé trois personnes dans le jardin, et les ont laissées passer au bout de 10 minutes.

9h30 (InfoTraFlics) Aucun barrage en cours, les routes pour arriver jusqu’à Bure sont ouvertes. Réquisition pour fouiller les véhicules et contrôler les identités des passagèr.es.

9h20 Drone au dessus de la Maison de la Résistance.
Expulsion en cours du Grand Chêne.

9h00 À la barricade nord : A priori la moitié des personnes à la barricade Nord auraient été interpellées, 4 dont on n’a pas de nouvelles et le reste aurait pu repartir avec vérification d’identité.
La totalité des gentes présentes à la vigie sud-est également. Il n’y a pour l’instant pas de nouvelles de la vigie sud. Une partie des personnes a pu se replier en sécurité.
Plusieurs personnes résistent actuellement dans les arbres, une vingtaine de flics tout en bas.
Sur le chemin du Chauffour une dizaine de personne est encerclée.

8h10 Les flics commencent à détruire la barricade Sud. Deux bulldozers dans la forêt.

8h00 Les flics commencent à démonter la vigie Sud.

7h35 Réquisitions pour fouilles des véhicules et contrôles des passagers à Cirfontaines. Les seules routes bloquées sont celles qui mènent directement à la forêt (Ribeaucourt/Nord, Mandres/Sud).
Un hélicoptère tourne en permanence, voitures banalisées à Bure.

7h05 Deux camions au Chauffour, sur la route entre la maison et le bois. des flics entre Ribeaucourt et Nord. Pas de contrôles depuis Mandres, mais la route vers la forêt bloquée par deux fourgons de GM.

6h35 Ils embarquent des gens

6h15 15 camions de GM passent. Les GM rentrent par les vigies sud, sud-est, nord

 

Fil d’infos et listes des rassemblements pour ce soir sur vmc.camp à suivre ici.

 

*****

Expulsions en cours à Bure, dans le Bois Lejuc

manif-est.info / jeudi 22 février 2018

Jeudi 22 février, depuis 6h15 du matin, pas moins de 500 gendarmes sont entrés dans le bois Lejuc, à côté de Bure, et procèdent à son expulsion. Plusieurs arrestations sont en cours.

Actualisation opération d’expulsion du bois Lejuc

L’expulsion du bois se poursuit.
À la barricade nord : A priori la moitié des personnes à la barricade Nord auraient été interpellées, 4 dont on n’a pas de nouvelles et le reste aurait pu repartir avec vérification d’identité.
La totalité des gentes présentes à la vigie sud-est également. Il n’y a pour l’instant pas de nouvelles de la vigie sud. Une partie des personnes a pu se replier en sécurité.
Plusieurs personnes résistent actuellement dans les arbres, une vingtaine de flics tout en bas.
Sur le chemin du Chauffour une dizaine de personne est encerclée.
À 08h15 camions militaires et bulldozers ont commencé à rentrer par la vigie sud pour détruire les installations.

Résister

L’Etat a clairement choisi d’adresser un signal très fort partout en France et ailleurs pour démultiplier la résistance, en choisissant le passage en force. Alors que la trêve hivernale n’est pas terminée. Alors que l’Andra ne pourra commencer aucun travaux dans le bois du fait de la période de nidification à partir du 15 mars. Alors qu’un sac de noeuds de recours juridiques et administratives ligote encore l’éboueur de l’atome : recours administratif contre la propriété de l’Andra suite à l’échange municipal du bois du 18 mai 2017 ; nécessité d’évaluation environnementale prescrite par l’Autorité Environnementale en octobre 2017, etc l’Agence ne peut pas commencer ses travaux préparatoires comme ça.. L’Etat répond par une opération d’expulsion surprise, avec un gros dispositif, avec une propagande médiatique savamment huilée sur tous les fronts dés le petit matin.

Le 20 septembre lors de la perquisition sur les différents lieux de vie à Bure des dizaines de rassemblements avaient fleuri partout en France, et des comités de lutte s’étaient créé dans la foulée. Nous devons maintenant continuer de nous organiser sur place et partout en France. Plus que jamais Bure doit être partout, faire partie de nous, nous devons être des milliers maintenant à nous lever contre l’horreur nucléaire et l’atomisation qu’iels nous préparent, et réagir.

Appel à s’organiser pour des rassemblements partout en France à 18h

Appel à créer massivement des comités de lutte partout

Appel à converger à Bure pour celles et ceux qui peuvent

Merci d’envoyer les infos à burepartout@riseup.net et sauvonslaforet@riseup.net pour coordonner l’organisation de la résistance, informer sur l’organisation des rassemblements ! Plus d’infos bientôt

*****

MAJ du samedi 24 février : Des pierres pour la Mairie

face au expulsions nous ripostons

Indymedia Nantes / vendredi 23 février 2018

petit récit d’événement survenu suite a l’expulsion du bois lejuc

Suite a l’expulsion du bois lejuc un certaines personnes haitantes du bois ou non, on décider de laisser exprimer leurs rages dans le village de Bure.

Des barricades ont été érigées, les forces de l’ordre attaqué et leurs amies les journalistes aussi.

Toutes les vitres de la mairie on volé en éclat, nous espérons d’ailleurs que cette nouvelle ventilation n’epechera pas le cornu de venir a a airie de Bure coe il devait le faire aujourd’hui.

Solidarité avec toutes les interpellées et les armoires ayant finit leurs vies en barricades.

*****

MAJ 2 : Rassemblements solidaires un peu partout

extrait de Sans Attendre Demain / lundi 26 février 2018

Le soir même de la tentative d’expulsion au Bois Lejuc à l’aube du jeudi 22 février, des dizaines de rassemblement se sont tenus partout en France et même au-delà pour se solidariser avec les Hiboux de Bure et faire écho à la lutte contre la poubelle nucléaire et son monde.

Avignon – A la suite du rassemblement devant la préf, une trentaine d’oppsant.e.s au monde du nucléaire font irruption dans la permanence d’un député « En Marche », Jean-François Cesarini, absent au moment de la visite. L’occupation, qui durera près de trois quarts d’heure, se soldera par quelques dossiers jetés à terre et un bureau retourné.  [NdAtt. : cf. ici aussi]

Rennes – Le rassemblement de soutien aux opposant-e-s du projet CIGEO et occupant-e-s du bois Lejuc a réuni 150 à 200 personnes, une banderole recyclée (merci à elle) et pas d’uniforme place Sainte Anne. La police était quasiment absente du centre ville avec seulement 4 fourgons place de la mairie, (on nous avait habitué à mieux…). Livré-e-s à nous même, nous sentions comme des picotements dans les cordes vocales, des fourmilles dans les jambes. Il ne nous en fallu pas plus pour nous lancer ! C’est dans une ambiance plutôt bon enfant que le cortège s’est déplacé, scandant des « L’ANDRA, dégage ! Résistance et sabotage ! », ou « Le nucléaire crée des emplois, dans les cimetières, et les commissariats ». De quoi ravir le cœur des passant-e-s en égaillant tout un-e chacun-e !

Saint-Brieuc – Une quarantaine de personnes se sont retrouvées puis sont parties en manif sauvage à travers la ville, derrière une banderole sur laquelle était écrit: « Bure – Pas d’expulsion ! pas de poubelle nucléaire ».

Nantes – 200 à 300 personnes se sont réunies à Nantes, sont parties en manif sauvage et ont tenté à plusieurs reprises de déborder le dispositif policier…

Poitiers – 50 personnes, prise de parole sur France 3 local en solidarité avec les expulsé-e-s, manif sauvage, bac à l’arrivée, préfecture et mairie dignement redécorées !

Dijon – Des pneux cramés au petit matin devant une permanence d’EDF, des banderoles suspendues à des ponts sur le périph, une centaine de personnes en manif zbeulifiante ! La réaction dijonnaise ne s’est pas fait attendre. Il faut dire que c’est précisément la maisonette en dur du comité Dijon-Bure pour renforcer l’occupation de la forêt qui a servi d’argument aux autorités pour justifier l’expulsion avant que « les occupants s’installent durablement »…

Bordeaux – Une trentaine de copain-e-s se sont rassemblé-e-s à Bordeaux dans un rassemblement qui a fini par se faire matraquer par les flics après qu’iels aient tenter de piquer une des caméras…

Strasbourg – Manif sauvage en solidarité avec les expulsé-e-s du bois Lejuc ! Nuke la police. Après le rassemblement organisé hier en soutien à Bure quelques personnes sont parties en manif sauvage bloquant trams et routes pendant une vingtaine de minutes. Comme quoi même à une quinzaine c’est possible ! On a pu y entendre quelques doux slogans : « De Notre-Dame-des-Landes à Bure, ZAD partout !; Blocage contre le nucléaire, solidarité avec les expulsés !; Nucléocrate sers toi de ta cravate !; Si t’es fier d’être CRS tape ton collègue ! »

A Coutances, dans la Manche

Nancy – Une centaine de personne s’est regroupée à 18h place Stanislas [cf photo en-tête].

Besançon – « Ce jeudi 22 février à Besançon, une vingtaine de personnes s’est rassemblée devant la préfecture en solidarité avec les Hiboux du Bois Lejuc, qui ont dû faire face à une invasion de gendarmes mobiles le matin-même. Une banderole [disant « Pour un monde sans nucléaire – Solidarité face à la terreur d’Etat », NdSAD] a été suspendue en face du bâtiment et quelques affiches collées un peu partout en ville. Des pancartes ont aussi été réalisées, afin de rappeler les conséquences mortelles du nucléaire et d’exprimer notre soutien aux ZAD qui fleurissent un peu partout. Solidarité indéfectible avec la lutte contre la poubelle nucléaire, mais aussi avec les occupant.e.s de la forêt de Hambach en Rhénanie, qui luttent contre un énième projet d’empoisonnement de la terre, en l’occurrence contre une mine à charbon à ciel ouvert exploitée par RWE. Force et solidarité avec les 4 personnes encore en prison! »  [NdAtt. : cf. ici aussi]

A Gorleben, en Allemagne :

De Vienne, en Autriche :

 

This entry was posted in Antinuk, Antitech and tagged , , , . Bookmark the permalink.