Bourg-en-Bresse (Ain) : La mutinerie se termine par une aile de la taule entièrement saccagée

Actupolitique.info / Vendredi 27 octobre 2017

Une brève mutinerie a éclaté vendredi après-midi au centre pénitentiaire de Bourg-en-Bresse où une vingtaine de détenus ont allumé des feux au deuxième étage de l’établissement, a-t-on appris auprès de la préfecture de l’Ain.
Aucun blessé à déplorer. Vers 16h15, « 24 détenus ont allumé des petits incendies avec des détritus, des poubelles dans un quartier du centre de détention et ont obstrué les caméras vidéo », a expliqué à l’AFP Julien Kerdoncuf, directeur de cabinet du préfet de l’Ain qui s’était rendu sur place. Aucun blessé n’est à déplorer. Une trentaine de pompiers sont intervenus pour circonscrire les incendies et les feux étaient éteints vers 18 heures.


En signe de protestation. Selon une source syndicale, plusieurs incidents se sont produits ces dernières semaines dans l’établissement. Les détenus se plaindraient notamment de décisions du juge d’application des peines qu’ils jugent trop sévères et de l’absence de machines à laver à leur étage.

*****

France 3 Auvergne-Rhône-Alpes / Samedi 28 octobre 2017

Dans une vidéo de Fr3 publiée sur youtube : la direction de la taule est en train d’évaluer les dégâts mais pour l’heure la coursive est inutilisable. La révolte est montée d’un cran au moment où les ERIS ont débarqué. Un maton syndiqué explique que toute une aile de la taule (au niveau de la coursive) a été détruite : caméras, peinture, réseau électrique, serrures et sols en raison de la chaleur des feux.
Selon nos informations, la tension montait depuis le début de la semaine au sein de l’établissement et l’explication serait à chercher du côté de la buanderie, une pièce commune dégradée, les machines à laver sont en panne….
Une « simple » histoire de linge sale, sur fond de tensions, avec le Juge d’application des peines (JAP) qui, selon les détenus, serait intraitable.
Ce matin du samedi 28 octobre, la directrice du Centre de détention est en train d’évaluer les dégats: la coursive est inutilisable. Les ERIS (Equipes régionales d’intervention et de sécurité) étaient encore sur place durant cette matinée.

This entry was posted in Anticarcéral and tagged , , , . Bookmark the permalink.