Des mauvais moments pour les bleus (fin mai 2017)

Les Ulis (Essonne) : Le comico encore caillassé

Le Parisien / lundi 15 mai 2017

Une vingtaine d’individus a attaqué à coups de pierres le commissariat des Ulis, dans la nuit de samedi à dimanche vers minuit. L’une des vitres, à proximité de la porte d’entrée, a été étoilée. Les policiers municipaux arrivés en renfort ont été pris à partie. Des arrêts de bus ont également été dégradés. Il n’y a pas eu d’interpellation.
Des incidents similaires se sont produits début février. Une trentaine de personnes, après avoir caillassé un véhicule de police en patrouille, s’étaient attaquées au commissariat. Pierres et bouteilles en verre avaient été projetées sur le bâtiment, ainsi qu’un cocktail Molotov qui ne s’était pas enflammé.

*****

A Hérouville-Saint-Clair (Calvados) c’est le tour du commissariat de la municipale

Ouest-France / mercredi 31 mai 2017

Le commissariat municipal d’Hérouville-Saint-Clair (Calvados), a été la cible de jets de pierres, ce mercredi 31 mai 2017, en pleine nuit. Des vitres ont été abîmées.
Les policiers municipaux ont découvert les dégâts mercredi matin : des projectiles, probablement des pierres, ont provoqué des impacts sur les vitres de leur commissariat, place Mitterrand, à Hérouville-Saint-Clair.
Les dégradations ont été commises alors que le commissariat était fermé. La police nationale a ouvert une enquête.
La mairie, qui confirme l’incident, parle de « dégâts mineurs » . Elle précise que d’autres caméras de vidéosurveillance vont venir compléter celles déjà implantées dans ce secteur, d’ici la fin de l’année 2017.

*****

Melun : Les bleus tombent dans un guet-apens

Le Parisien / jeudi 25 mai 2017

Deux policiers municipaux ont été légèrement blessés dans la nuit de mercredi à jeudi, à Melun. Vers 0 h 30, les secours sont appelés pour un incendie de véhicule, rue Jules-Ferry, toujours dans les quartiers nord de la ville. Sur place, pompiers et policiers sont pris à partie par une vingtaine de jeunes, qui lancent des cailloux dans leur direction. Quatre véhicules des polices municipale et nationale ont également été dégradés dans le guet-apens.
Cette agression intervient 24 heures après l’interpellation houleuse d‘un suspect dans le quartier de Montaigu. Ce dernier a été placé sous mandat de dépôt, ce jeudi. Il sera jugé ce vendredi, au tribunal de grande instance de Melun, en comparution immédiate.

*****

Roubaix : Solidarité dans la rue

La Voix du Nord / vendredi 19 mai 2017

[…] Par trois fois en moins de deux semaines, des fonctionnaires sont pris à partie lors d’interpellations. Chose inédite, il ne s’agit pas d’une personne arrêtée qui se rebelle mais de « passants » qui s’interposent.
Le 6 mai, au petit matin, une patrouille décide de contrôler le conducteur d’une voiture occupée par trois hommes. Bonne pioche, le conducteur se révèle positif au dépistage d’alcoolémie. Les passagers du véhicule s’opposent alors à l’interpellation du conducteur et permettent sa fuite. Une vitre d’une voiture de police sera brisée.
Trois jours plus tard, une patrouille intervient dans le quartier des Trois Ponts pour arrêter un homme recherché pour outrages. Un témoin se mêle à l’intervention et frappe les policiers. L’un d’eux s’en sort avec une grave blessure à la mâchoire. Pour calmer le Roubaisien, qui n’avait à l’origine rien à voir avec l’interpellation, un fonctionnaire de police devra lui asséner un sérieux coup de poing. Une vingtaine d’autres personnes interviennent alors et dans la rixe, trois policiers se retrouvent au tapis. «  Quand ils passent dans le quartier, ils nous gazent pour rien  », explique le prévenu au tribunal de Lille, où il écope de six mois de prison dont trois avec sursis.
Le 13, c’est une jeune femme policière qui recevra un violent coup de coude alors qu’elle vient de chuter au sol après une entorse. Son tort ? Être intervenue dans le quartier du Pile, à 200 mètres du commissariat, pour interpeller un homme suspecté de frapper une fillette de 10 ans au milieu de la rue. Ce qui n’a pas plu à des habitants du quartier qui se sont mis à poursuivre les policiers en les insultant et en les menaçant. Les fonctionnaires devront utiliser leurs bombes lacrymogènes.

*****

Merris (Nord) : La course-poursuite finit… dans le fossé

La Voix du Nord / samedi 20 mai 2017

Il était environ 17 h 30 lorsque les sapeurs-pompiers d’Hazebrouck, Vieux-Berquin et Bailleul ont été appelés à intervenir à Merris, sur la Breenack Straete. Ils y ont trouvé, dans le fossé, une voiture de gendarmerie. Trois gendarmes, de Bailleul, poursuivaient un individu (pour des faits « mineurs ») lorsque le conducteur a perdu le contrôle du véhicule bleu, qui a versé au fossé. Tous trois légèrement blessés, ils ont été transportés pour des examens de contrôle à l’hôpital d’Hazebrouck.
La personne qu’ils poursuivaient a été retrouvée un peu plus loin.
C’est la police qui a constaté l’accident [même les journaflics de la Voix du Nord les vannent ! Hi hi hi ! ].

*****

Epinay-sur-Seine et Aulnay sous-Bois (Seine-Saint-Denis) : Ni flics ni caméras !

Ouest-France / Dimanche 21 mai 2017

Des affrontements entre les jeunes et la police ont eu lieu samedi soir à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), où trois personnes ont été interpellées après l’attaque d’une caméra de vidéosurveillance, a-t-on appris ce dimanche de source policière.
Selon la police, des fonctionnaires auraient été la cible de jets de projectiles sur la place du Cap, lieu de l’arrestation brutale du jeune Théo en février, alors qu’ils intervenaient pour arrêter « un groupe d’individus qui tentaient de scier un poteau supportant une caméra de vidéosurveillance », vers 21 h. Un véhicule de police a été détérioré et plusieurs voitures incendiées, selon la source policière, qui a précisé que des « complices étaient en fuite ». La veille, un lampadaire supportant une caméra de vidéosurveillance avait été découpé à la tronçonneuse dans la ville voisine d’Epinay-sur-Seine.
[…] Fin février, la cité des 3 000 avait été le théâtre de l’interpellation violente de Théo, 22 ans, victime d’un viol présumé. Cette affaire, qui a connu un retentissement considérable, avait donné lieu à plusieurs nuits de violences urbaines.

*****

Melun (Seine-et-Marne) : Solidaires contre les flics

Le Parisien / mercredi 24 mai 2017

L’interpellation a été mouvementée. Quatre policiers ont été blessés lors de l’arrestation d’un homme, âgé de 23 ans, dans le quartier de Montaigu, à Melun (Seine-et-Marne), mardi, vers 22h15. Toujours en garde à vue mercredi, il devait être déféré jeudi devant la justice.
Vers 22h15, quatre policiers en patrouille aperçoivent deux hommes en pleine transaction de stupéfiants. Ils tentent de les contrôler mais l’un d’eux file, l’autre assène un coup à de poing à un fonctionnaire de police. Il se met alors à rameuter du monde et sept à huit personnes convergent vers les policiers. Ces derniers, pour se dégager, utilisent de la lacrymogène et parviennent à repartir avec le suspect. Non sans mal puisque deux fonctionnaires de police s’en tirent avec 8 jours d’incapacité totale de travail (ITT), l’un avec 3 jours d’ITT et le dernier avec 2 jours. Dans la soirée, quatre véhicules, dont un par propagation, ont été incendiés.

This entry was posted in ACAB, Anti-caméras, Des mauvais moments pour les bleus and tagged , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.