Des mauvais moments pour les bleus [mi-mars 2017]

 Rillieux (Rhône) : Course-poursuite, cortège de mariage et émeute

20minutes / dimanche 12 mars 2017

Des policiers et l’un des agresseurs blessés. Des heurts ont opposé la police à une cinquantaine de personnes samedi à Rillieux-la-Pape, au nord de Lyon, après un accident de scooter survenu en début d’après-midi.
Il est autour de 14 h lorsque des policiers municipaux repèrent deux jeunes roulant à vive allure et sans casque, avenue de l’Europe, dans la ville nouvelle. Les fonctionnaires actionnent leur gyrophare et se mettent à suivre à distance les deux motards. Alors qu’un cortège de mariage défile en voiture sur l’avenue, le conducteur du deux-roues accélère et vient percuter de plein fouet l’un des véhicules de la fête. Son passager prend la fuite.
Le jeune homme, grièvement blessé, est pris en charge par les secours et hospitalisé. Sur les lieux du drame, la tension monte rapidement entre des gens du quartier et une partie des invités du mariage qui reprochent aux policiers d’avoir poussé le motard à la faute. Les fonctionnaires sont alors menacés, insultés et bousculés. L’un d’eux est frappé à plusieurs reprises par un homme, également blessé dans les heurts, relate ce dimanche Le Progrès.

Appelée en renfort, la police nationale parvient à disperser la foule en utilisant des gaz lacrymogènes. Mais le calme est de courte durée. Samedi soir, des policiers se sont fait caillasser à Rillieux et trois voitures ont été incendiées.

*****

Et au même moment dans un autre quartier de Lyon…

extrait de Radioscoop / dimanche 12 mars 2017

[…] Presqu’au même moment, deux policiers municipaux tentent eux aussi d’appréhender deux jeunes sans casques à bord d’un scooter à l’angle de la rue Nationale et du boulevard de l’Europe, dans le quartier de La Duchère. Quelques centaines de mètres plus loin, le scooter entre en collision avec une voiture garée sur le bas-côté. Là encore, entre 60 et 80 personnes se mettent à lancer des projectiles sur les forces de l’ordre. Un individu a été interpellé.

*****

Calais : Les tentatives de passer ne s’arrêtent pas – et les caillages de flcis recommencent

La Voix du Nord / vendredi 24 février 2017

Les affrontements se sont déroulés sur un parking de la zone industrielle Marcel-Doret. C’est la première fois depuis le démantèlement de la « jungle », fin octobre, que des policiers sont caillassés par des migrants, selon Gilles Debove. «  Les collègues de la brigade canine ont été appelés sur place par des routiers, raconte-t-il. Comme les migrants leur semblaient particulièrement violents, ils ont sorti leur chien, et c’est à ce moment-là que les migrants se sont mis à leur jeter des cannettes. Les policiers ont réussi à les repousser dans un premier temps, mais une deuxième bande est revenue à la charge, et des renforts sont arrivés.  »
La préfecture du Pas-de-Calais confirme qu’une trentaine de migrants «  agressifs et alcoolisés  » ont pris à partie les forces de l’ordre. La brigade canine est intervenue en renfort «  pour leur faire peur et les repousser  », ajoute-t-elle, précisant que «  les chiens sont toujours restés en laisse  » : «  Personne n’a été blessé et aucun véhicule n’a été dégradé.  »

La présence de migrants à Calais est régulièrement constatée ces dernières semaines. «  C’est reparti de plus belle, se désolait vendredi le responsable d’une station-service calaisienne. Ils viennent tous les jours pour tenter d’ouvrir les portes arrière des camions. Bien sûr que leur situation nous fait mal au cœur, mais la conséquence, c’est que les camions ne viendront plus faire leur plein ici.  » Les associations estiment qu’environ 400 réfugiés se trouveraient actuellement dans le Calaisis, dont beaucoup de mineurs. Une fois la nuit tombée, ils tentent le passage en Angleterre. Aucun squat, ni camp ne s’est toutefois formé dans la ville.

*****

Perpignan (Pyrénées-Orientales) : La municipale se fait caillasser et reste à pieds

France3 / mardi 28 février 2017

C’est quand la patrouille de la police municipale de Perpignan a eu quitté son véhicule pour se rendre dans un immeuble, que le caillassage du véhicule a débuté.
Alertés par des bruits étranges, les 2 policiers retournent vers le véhicule et constatent l’acte de vandalisme. Le capot et le pare-brise sont touchés par plusieurs impacts. Un pneu du véhicule a aussi été crevé. Après remplacement de la roue, les 2 agents sont repartis.

*****

Châtillon (Hauts-de-Seine) : Guet-apens et tirs de mortiers contre les bleus (et incidents aussi ailleurs dans le département)

Le Parisien / dimanche 26 février 2017

Une bande d’excités s’en est prise à des policiers dépêchés dans la cité Vauban, à Châtillon (Hauts-de-Seine), dans la nuit de samedi à dimanche. Les policiers sont d’abord intervenus vers 23h30 pour des attroupements et un feu de poubelle. Un jeune homme a alors été interpellé. Deux heures plus tard, un nouvel incendie a attiré les policiers dans la cité, où ils ont été accueillis à coups de tirs de mortier. Personne n’a été appréhendé juste après cet épisode. Des incidents de moindre ampleur ont également éclaté à Châtenay-Malabry, Montrouge, Bagneux mais aussi à Levallois et Courbevoie.

*****

Corbeil-Essonnes (Essonne) : Là aussi on attire les flics dans des embuscades

Le Parisien / lundi 27 février 2017

Les policiers ont de nouveau été pris à partie dans le quartier des Tarterêts à Corbeil-Essonnes samedi soir. Ce soir-là, les pompiers ont été appelés pour un feu de véhicule rue Racine. Les policiers sont arrivés afin de sécuriser l’intervention des soldats du feu. Dès qu’ils sont sortis de leur voiture, un groupe d’une quinzaine d’individus, qui les attendaient, a surgi et lancé des projectiles en direction des forces de l’ordre, mais en ratant leurs cibles. Les caillasseurs se sont rapidement dispersés.

*****

Sevran (Seine-Saint-Denis) : Attention au bitume… quand il tombe du ciel !

FranceSoir / vendredi 24 février 2017

A Sevran en Seine-Saint-Denis un policier a été blessé pendant un contrôle qui a dégénéré jeudi 23 dans la soirée. Le fonctionnaire et son équipe de la BST (Brigade spécialisé de terrain) menaient un contrôle contre un trafic de stupéfiants dans le quartier des Beaudottes, dans le nord de la ville.
Pendant l’intervention, les policiers ont été pris à partie et caillassés. L’un des fonctionnaires a été touché par un bloc de bitume: il souffrirait d’une côte fêlée et peut-être d’un coude cassé, il a été transporté à l’hôpital.
D’après BFM TV une personne a été interpellée et une autre est toujours recherchée. Le syndicat Alliance, comme de nombreux autres syndicats de police, a dénoncé cet acte qui n’est pas isolé selon eux. « On espère que des peines exemplaires seront établies face à ces agressions de policiers » a expliqué Grégory Goupil [sa sale gueule ci-contre; NdAtt.], secrétaire régional Alliance en Seine-Saint-Denis, à BFM TV.
Deux policiers municipaux ont aussi été agressés mardi 21 au soir à Savigny-sur-Orge, dans l’Essonne. […]

*****

 Saint-Laurent-du-Maroni (Guyane) : Les gendarmes caillassés

FranceGuyane.fr / mercredi 8 mars 2017

Le 24 février, les gendarmes qui sécurisaient un accident aux Marinas ont été chahutés et outragés par plusieurs individus particulièrement virulents. Ces derniers se sont postés un peu plus loin que le lieu de l’accident où ils leur ont tendu une embuscade. Les véhicules des militaires ont été caillassés, subissant d’importantes dégradations. Cinq vitres ont été brisées sur une des voitures. Un autre véhicule a aussi été dégradé avec des impacts plus ou moins importants sur la carrosserie. Selon un enquêteur, sans le film de protection équipant les vitres, des gendarmes auraient pu être blessés.
Les investigations ont permis d’interpeller vendredi matin un des auteurs des violences contre les gendarmes. C’est le plus virulent de la bande, le soir des violences, qui a été interpellé selon Thomas Pardieu, commandant de la compagnie de gendarmerie de Saint-Laurent. Il s’agit d’un Saint-Laurentais de 17 ans qui a été placé en garde à vue.
Il a été déféré samedi devant le procureur de permanence qui a retenu à son encontre trois infractions : violence aggravée par deux circonstances suivies d’incapacité n’excédant pas 8 jours, dégradation ou détérioration de bien destiné à l’utilité publique et outrage à une personne dépositaire de l’autorité publique.
Il a été placé sous contrôle judiciaire par le juge des libertés et de la détention.

*****

Montpellier : Des policiers frappés… au commissariat !

e-metropolitain / samedi 25 février 2017

Des policiers de la Sécurité publique ont été frappés, au commissariat central de Montpellier, alors qu’ils procédaient à l’audition de deux jeunes habitants de la cité Saint-Martin, à Montpellier, interpellés pour des outrages sur des fonctionnaires de la brigade anticriminalité (BAC), après une entrave à la circulation.
Dans la nuit de mercredi à jeudi à 1h15, un équipage de la BAC demande au conducteur d’un fourgon âgé de 18 ans de garer son véhicule, immobilisé en plein milieu de la rue Jean Vachet, cité Saint-Martin. Le conducteur refuse et reste sur sa position.
Les discussions entre le contrevenant et les policiers provoquent un petit rassemblement de jeunes de la cité. Le propriétaire du fourgon en profite alors pour insulter et outrager les fonctionnaires de la BAC, qui appellent des renforts.
Le conducteur du fourgon sera interpellé pour « entrave à la circulation » et « outrages envers des policiers » et conduit au commissariat central, en compagnie d’un jeune de la cité de 21 ans, contrôlé alors qu’il prenait fait et cause pour le suspect avec 6 grammes de résine de cannabis dans une poche. Alors qu’ils étaient entendus à l’hôtel de police, ils ont malmené, puis donner des coups de pied et de poing aux policiers.

This entry was posted in ACAB, Contre les frontières, Des mauvais moments pour les bleus and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.