Italie : Des nouvelles du procès Bialystok

Malacoda / jeudi 4 mars 2021

Le 25 février a eu lieu la deuxième audience du procès Bialystok, audience à huis clos et en visioconférence pour les compas inculpé.e.s. L’officier du ROS [Reparto Operativo Speciale des Carabinieri, qui s’occupe de criminalité organisée et de terrorisme ; NdAtt.] Luigi Imperatore a refilé les balivernes habituelles à propos de ce qui, à leur avis, serait l’histoire de l’anarchisme, à partir du XIXe siècle. Il va continuer lors de la prochaine audience, le 12 mai.

Entre-temps, pour une raison ou pour une autre, les compas restent en prison.

Flavia, Nico et Claudio attendent encore, depuis début novembre, les motivations de la décision de la Cour de cassation quant à leur maintient en détention ; sans celles-ci, la demande de révision est impossible, chose qui, de facto, empêche que le tribunal statue à nouveau sur leur libérations.

La décision quant à la libération de Robi est elle aussi bloquée dans une impasse bureaucratique où les différents tribunaux se renvoient la balle, en mode « ce ne relève pas de ma compétence ». Et, pour couronner le tout, la demande de mise en liberté de Francesca, même si le tribunal a annulé l’accusation pour « association subversive », a confirmé la détention préventive, le justifiant par des délits mineurs dont elle est inculpée.

Tout cela confirme encore une fois que l’on ne peut rien attendre de la justice de la démocratie, qui, comme on l’a déjà vu pour les procès Prometeo et Scripta Manent, veut garder les compas en détention préventive autant que possible. Et confirme encore notre haine pour l’État et ses serviteurs.

Solidarité et complicité avec les compagnonnes et les compagnons en taule à cause de l’opération Bialystok, avec tou.te.s les compas frappé.e.s par des mesures répressives, avec tou.tes les prisonnier.e.s en lutte dans les taules, avec ceux qui sont en train de payer pour les révoltes en prison de l’année dernier, avec Dimitris Koufondinas.

Pour leur écrire :

Nico Aurigemma
C. C. di Terni
Strada delle Campore, 32
05100 – Terni (Italie)

Francesca Cerrone
C. C. di Latina
Via Aspromonte, 100
04100 – Latina (Italie)

Roberto Cropo
C. R. “S. Michele”
Strada statale per Casale, 50/A
15121 – Alessandria (Italie)
(il parle aussi français)

Flavia Digiannantonio
C. C. di Roma Rebibbia femminile
Via Bartolo Longo, 92
00156 – Roma (Italie)

Claudio Zaccone
C. C. di Siracusa
Strada Monasteri, 20/C
Contrada Cavadonna
96014 – Floridia (Italie)

This entry was posted in International, Nique la justice and tagged , . Bookmark the permalink.