Grèce : Trois révolutionnaires emprisonnés en grève de la faim

Déclaration de Nikos Maziotis et Giannis Dimitrakis, en grève de la faim en solidarité avec Dimitris Koufondinas

Malacoda / mardi 19 janvier 2021

A partir d’aujourd’hui, samedi 16 janvier 2021, nous commençons une grève de la faim en solidarité avec le camarade Dimitris Koufondinas, jusqu’à quand sa demande de transfert dans la prison de Korydallos ne sera satisfaite.
Nous blâmons le transfert violent de Dimitris à l’hôpital, sur ordre du Procureur, malgré le fait qu’il ait déclaré qu’il ne veut aucun traitement médical.

Nikos Maziotis, membre de Lutte Révolutionnaire
Giannis Dimitrakis
prison de Domokos

 

Pour écrire à Giannis et à Nikos :

Nikos Maziotis [Νίκος Μαζιώτης]
Dikastiki Filaki Domokou, A. Pteryga
T. K. 35010 Domokos, Fthiotidas

Giannis Dimitrakis [Γιάννης Δημητράκης]
Sofronistiko Katastima Domokou
T. K. 35010 Domokos, Fthiotidas (Grèce)

 

Note de Malacoda :
Le 8 janvier 2021, Dimitris Koufondinas, emprisonné dans la prison de Domokos, a commencé une grève de la faim, en réponse à l’acharnement répressif de l’État grec à son encontre et contre les révolutionnaires emprisonnés. En décembre, le parlement grec a approuvé une loi qui, en plus d’augmenter la durée minimale de la période à passer en prison avant de pouvoir demander des permissions de sortie, a imposé des limitations aux transferts dans les colonies pénitentiaires agricoles (des structures où les détenus sont soumis à des régimes moins rigides et où chaque jour passé compte pour trois jours de peine), en interdisant l’accès à ce type de régime carcéral aux personnes condamnées pour terrorisme. Le lendemain de l’approbation de cette lois, Dimitris Koufondinas a été transféré de la colonie pénitentiaire agricole de Kassavetia (à Volos) à la prison de sécurité maximale de Domokos, où sont déjà emprisonnés les anarchistes Nikos Maziotis et Giannis Dimitrakis. Comme Dimitrakis l’a écrit, cette loi et le transfert de Koufondinas sont partie d’une « vengeance contre ceux qui refusent de signer une déclaration de repentir. Une vengeance à l’encontre des prisonniers de l’organisation révolutionnaire 17 Novembre, qui seront soumis à des conditions de détentions plus dures, une vengeance contre une personne âgée et un invalide, qui sont livrés sans vergogne à la contagion du Covid-19. Une vengeance contre tous les prisonniers, qui, pour satisfaire l’électorat de droite [du gouvernement Mitzotakis] sont entassés comme des rebuts humains dans les taules, pendant la pandémie, sans aucune possibilité d’avoir des contacts avec leurs familles ». Avec sa grève de la faim, Koufondinas exige d’être immédiatement transféré à la prison de Korydallos, à Athènes. Après que ses conditions de santé se ont empiré, il a été transféré dans un hôpital, sous surveillance. Le 19 janvier, dans la capitale grecque il y [a eu ; NdAtt.] une manifestation en solidarité avec Dimitris et les autres compas en grève de la faim.

Dimitris Koufondinas a été arrêté en 2002, suite au démantèlement de l’organisation marxiste-léniniste « 17 Novembre ». Lors de ses procès, il a revendiqué sa participation à cette organisation.

This entry was posted in Anticarcéral, International and tagged , , , , . Bookmark the permalink.