Italie : Retour sur les révoltes dans les prisons au 1er confinement et situation actuelle

IAATA / mercredi 9 décembre 2020

Début mars 2020, alors que la peur du virus Covid19 se répandait à l’extérieur des murs des prisons et que le gouvernement imposait la distanciation sociale et l’obligation de rester à la maison à l’ensemble de la population, les détenus de toute Italie se sont fait entendre fortement pour obtenir protection et garanties sanitaires, pour demander l’amnistie et la remise de peine. Les émeutes de mars ont certainement été l’un des moments de protestation les plus chauds dans les prisons italiennes de ces 40 dernières années, tant en termes de nombre de prisonniers impliqués que de répercussions sur les structures pénitentiaires en termes de dégâts. Les battages, les grèves de toutes sortes, les incendies, les tentatives d’évasion et les dommages ont obligé l’État à reconnaître que même en prison, la peur du virus et le risque de propagation de l’infection étaient perçus comme un problème. Face à tout cela, les mesures prises ont été des passages à tabac systématiques, des nouvelles fermetures, des transferts, des lourdes dénonciations pour ceux qui se sont rebellés.

Cela s’ajoute au blocage des entretiens avec les proches et aux mesures inutiles pour envoyer en résidence surveillée ceux qui, en raison des règles en vigueur, pouvaient déjà accéder à des mesures alternatives à la détention.
Au cours de ces mois, il est devenu clair que pour l’État, la population détenue est absolument sacrifiable au nom de la sécurité et que le droit à la santé ne s’applique pas aux prisonniers.
Ces émeutes ont fait 14 morts que l’État n’a pas tardé à déclarer morts d’overdose de drogue.
Si cette version n’a jamais été jugée valide par ceux qui, comme nous, savent bien comment l’État s’organise pour réprimer les émeutes, en prison comme à l’extérieur, et combien il est facile et fréquent pour les matons de se déchaîner sur des corps enfermés et loin des projecteurs, le témoignage que nous proposons ci-dessous va plus loin. En fait, il nous raconte que dans la prison de Modène, ensuite temporairement fermée à cause de la révolte et où il y a eu 9 morts, dont 4 lors du transfert vers d’autres prisons, les forces spéciales ont tiré sur les détenus pour rétablir le calme.
Ils ont tiré sur des personnes enfermées qui ne pouvaient pas s’échapper ; ensuite leurs corps ont été rapidement incinérés après les autopsies. 14 morts qui demandent toujours vengeance.

Témoignage sur les prisonniers tués dans la prison de Modène en mars
(Lettre envoyée à OLGa à la mi-octobre 2020)

 » Je suis allé en prison parce que la police est venue contrôler et m’a trouvé sans papiers, ils m’ont envoyé en prison. Depuis que j’étais en prison, les problèmes ont commencé, une fois il y a eu une bagarre, je n’avais rien à voir avec ça. Ensuite, la police est arrivée et ils sont entrés et nous ont battus et nous ont cassé les os, puis ils nous ont mis en cellule d’isolement pendant 3 jours sans nous emmener à l’hôpital. Finalement, un garçon a été emmené à l’hôpital et s’est évanoui à cause des douleurs. Quand il l’a vu, le médecin l’a laissé entrer de toute urgence. Le médecin a dit à la police qu’il devait rester à l’hôpital au moins 3-4 jours, mais la police ne voulait pas. Le médecin avait demandé qu’il y avait quelqu’un à l’intérieur de la prison pour l’aider à bouger pendant un mois, mais la police n’a rien fait de tout ce que le médecin avait demandé et lui a donné un certificat. Il a fait un rapport à la police à l’hôpital et a pris le dossier avec lui, à la fin ce soir-là, ils l’ont pris et l’ont immédiatement emmené à la prison de Modène où j’avais également été transféré, dans une cellule où se trouvaient également mes amis de ma ville, j’y suis resté jusqu’à ce que le coronavirus arrive et lorsque le corona est arrivé il y avait un homme malade du virus et ils ne voulaient pas le laisser sortir et ils nous ont interdit de voir les membres de nos familles. Après cela, une révolution s’est produite et ils ont incendié la prison et les forces spéciales sont entrées et ont commencé à tirer, 12 personnes sont mortes dont 2 de mes amis, ils sont morts sous mes yeux, je suis toujours sous le choc. Je m’étais échappé sur le toit de la prison pour qu’ils ne me tirent pas dessus après ils nous ont tous pris et emmenés et mis dans une pièce, ils nous ont enlevé tous nos vêtements et ils ont commencé à nous battre, nous gifler et nous donner des coups de pied. Ensuite, ils nous ont rendu nos vêtements et ils nous ont mis en ligne et ils nous ont encore battus avec la matraque, à ce moment-là, j’ai réalisé qu’ils allaient nous emmener dans une autre prison. Tels étaient les coups que nous avons reçus qu’ils m’ont envoyé dans une autre prison sans chaussures. Puis, quand nous sommes arrivés à la prison, ils nous ont battus à nouveau. Au final j’ai purgé ma peine je suis très choqué pour mes amis je n’ai pas pu porter plainte contre les carabiniers parce qu’ils sont trop forts. Et je n’ai ni argent ni documents. Je suis toujours très choqué je n’arrive plus à dormir ni à bien manger. Après tout, je me sens encore très mal, mais malgré tout j’aime l’Italie, grâce à vous qui m’avez fait parler. « 

Nous sommes maintenant au milieu de la soi-disant deuxième vague de la pandémie. Dans toute l’Italie, le nombre d’infections et de décès augmente et, ainsi que pour les soins de santé et les écoles, le gouvernement n’a rien mis en œuvre pour les prisons pour empêcher la propagation du virus. Les données sont catastrophiques : plus de 2000 détenus et gardiens sont infectés. Avec le surpeuplement des prisons, il est clair que nous sommes confrontés à une bombe prête à éclater. De plus, aujourd’hui comme au printemps dernier, des mesures sanitaires adéquates ne sont même pas prises à l’intérieur des taules : les masques et autres équipements de protection individuelle manquent, les tampons sont effectués avec difficulté, les soins médicaux, déjà difficiles d’accès, sont maintenant encore plus remis en question. Outre les différentes administrations pénitentiaires, les autorités sanitaires locales chargées de la santé en prison sont également responsables de ces carences. Les détenus, épuisés par la répression de ce printemps, cependant n’abandonnent pas les actions de protestation : battages, refus de revenir des promenades, refus du chariot, grèves de la faim sont les outils avec lesquels ils essaient de se faire entendre car ils savent que pour l’État et les administrations publiques et pénitentiaires ils sont chair à canon. Les dispositions prises par la Dap (département d’administration pénitentiaire) et le ministre de la Justice sont une photocopie de celles de mars : blocage des entretiens pour les détenus dans les zones rouges et ouvertures ridicules pour réduire la surpopulation. Alors que les gardiens, principaux vecteurs de l’infection, entrent et sortent des pénitenciers et que les magistrats de surveillance continuent de refuser la liberté aux nombreux candidats, démontrant qu’ils ne veulent pas surmonter le problème sécuritaire malgré le risque de carnage dans les prisons. Il nous semble plus que jamais important de briser le mur du silence et de l’isolement qui entoure les prisons, de donner la parole aux protestations de ceux qui sont enfermés et de soutenir leur lutte pour qu’il soit clair qu’aujourd’hui comme en mars la seule sécurité est la liberté.

 

Note d’Attaque : un autre témoignage de la révolte de la prison de Modena ici.

This entry was posted in Anticarcéral, International, Le virus, l'État et son confinement and tagged , , , . Bookmark the permalink.