Champagnole (Jura) : Debut d’incendie au McDo (MAJ 24/06)

FranceInfo / jeudi 7 mai 2020

Une enquête pour « tentative de destruction par un incendie » a été ouverte après un début d’incendie dans un restaurant McDonald’s de Champagnole (Jura) dans la nuit de mercredi à jeudi, a appris jeudi 7 mai franceinfo auprès du procureur de Lons-le-Saunier.

Le feu a pris vers 1h30 du matin, l’intervention rapide des pompiers a permis de rapidement circonscrire l’incendie, les dégâts sont peu importants. Il s’agit d’un incendie volontaire, d’après le parquet.
Les enquêteurs s’interrogent sur un éventuel lien avec deux autres incendies qui ont eu lieu mi-avril dans d’autres communes du Jura, l’un à Foncine-le-Haut, l’autre à Saint-Thiébaud Deux antennes-relais ont été incendiées pour un préjudice d’un million d’euros. Ces derniers faits n’avaient pas été élucidés ni revendiqués. […]

*****

Mise à jour du 24 juin : Les deux mecs interpellés pour l’incendie de l’antenne de Foncine-le-Haut inculpés aussi de celui-ci

Le Progrès / mardi 23 juin 2020

Deux hommes de 39 et 58 ans, déjà mis en cause pour l’incendie d’une antenne-relais, ont reconnu avoir essayé d’incendier un restaurant McDonald’s à Champagnole début mai.
Les deux individus  seront jugés pour «tentative de destruction par incendie» le 9 juillet par le tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier, date à laquelle ils doivent également être jugés pour l’incendie de l’antenne-relais de Foncine-le-Haut. Ils ont été placés en détention provisoire dans l’attente de ce procès.

«Les deux suspects expliquent leur passage à l’acte par leur volonté d’empêcher la réouverture du fast-food après avoir vu un reportage télévisé faisant état de files d’attente devant des restaurants McDonald’s», a indiqué dans un communiqué le procureur de la République de Lons-le-Saunier, Lionel Pascal.
«Selon eux, les restaurants traditionnels allaient disparaître du fait de la crise sanitaire en cours», a-t-il poursuivi.

Le 7 mai à une heure du matin, à Champagnole, deux individus filmés par les caméras de vidéo-surveillance ont brisé une vitre du restaurant puis jeté des cocktails Molotov à l’intérieur. Le sinistre a été rapidement maîtrisé et les dégâts limités.
Les enquêteurs de la section de recherches de la gendarmerie de Besançon ont retrouvé sur place un profil ADN correspondant à celui de l’un des suspects.

 

Mise à jour du 27 juin

La Voix du Jura / mercredi 24 juin 2020

Le 9 juillet 2020 à 14 h, deux Jurassiens, actuellement incarcérés, auront rendez-vous au tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier. Les faits qui leur sont reprochés sont lourds : destruction par moyens dangereux d’une antenne relais de téléphonie mobile et, pour le plus jeune des deux, la destruction d’engins de chantier aux tourbières d’Entrecôtes entre Foncine-le-Haut et les Chalesmes.

Selon un communiqué du parquet de Lons-le-Saunier envoyé ce mercredi 24 juin 2020 à l’AFP, les deux hommes auraient également reconnu, lors de leur dernière audition, la tentative d’incendie perpétrée au restaurant McDonald’s de Champagnole.

A Foncine-le-Haut, trois pelleteuses et un chenillard d’une entreprise privée agissant pour le compte du Conservatoire des espaces naturels de Franche-Comté étaient partis en fumée le 12 avril. Interpellés fin mai par les gendarmes de la section de recherches de Besançon (Doubs) et par les enquêteurs de la police judiciaire de Dijon, ils sont prévenus d’avoir incendié l’antenne relais de Foncine-le-Haut dans la nuit du 14 au 15 avril. On peut parler de deux individus proches de l’ultra-gauche, mais non-investis dans une organisation politique.

L’ensemble de l’équipement qui permet la propagation du réseau mobile avait été dégradé privant près de 1 500 utilisateurs du secteur de téléphone portable. L’antenne avait été attaquée avec des cocktails Molotov confectionnés dans des bouteilles en plastique remplie d’hydrocarbure avec un système d’allumage en tissu assez simple. Sur place, l’enquête de la gendarmerie avait permis de déterminer des traces d’ADN et de remonter vers deux habitants du village. Ils sont tous deux connus de la justice pour des infractions mineures et inscrits au Fichier national des empreintes génétiques.

Durant l’instruction le plus âgé des prévenus a nié les faits, mais le plus jeune, qui a 39 ans, les a reconnus, évoquant la nécessité de sauver la nature.
« Il a motivé ce passage à l’acte par des motifs écologistes. Les deux prévenus se disent apolitiques et antisystème sur la base d’un discours assez simpliste. Le plus jeune a consulté des vidéos sur YouTube et affirme que la 5G est nocive pour l’environnement », explique le Procureur de la République de Lons, Lionel Pascal.
Pour justifier la tentative d’incendie au McDonald’s de Champagnole, ils ont expliqué avoir eu la volonté d’empêcher la réouverture du fast-food après avoir vu un reportage télévisé faisant état de files d’attentes devant ce type de restaurants.

Les deux mis en cause ont un casier judiciaire. L’homme de 58 ans compte une dizaine de condamnations à son actif pour des dégradations et des infractions routières. Il est également poursuivi pour évasion car lors de la destruction de l’antenne relais, il avait arraché son bracelet électronique alors qu’il était sous surveillance, prenant la fuite avant d’être interpellés à Foncine-le-Haut.

Dans le village, c’est un peu la stupeur car l’individu, D. P, ancien tailleur de pierre, est décrit comme un homme charmant. Il réside depuis longtemps dans la commune. Dernièrement, il avait pris en gérance un commerce de pizzas à emporter du centre-ville « O local » juste avant la période de confinement. Le plus jeune, sans emploi, a reconnu les faits ainsi que son implication dans la destruction des engins de chantier car il était persuadé que ce chantier allait également implanter la 5G. Une expertise psychiatrique est en cours.

This entry was posted in Bouffe du riche, Nique la justice and tagged , , , . Bookmark the permalink.