Nivillac (Morbihan) : Les gendarmes perdent deux voitures (MAJ 15/05)

Le Télégramme / lundi 4 mai 2020

Deux voitures ont été incendiées, dans la nuit de dimanche à lundi, dans la cour de la gendarmerie de Nivillac. Une enquête est ouverte pour retrouver le ou les auteurs.



[…] Le maire Alain Guillard ne mâche pas ses mots après l’incendie volontaire qui a brûlé deux voitures [sérigraphées, NdAtt.] garées devant le garage de la caserne de Nivillac, dans la nuit de dimanche à lundi.
Les faits se seraient produits vers 3 heures du matin. Les dégâts sont uniquement matériels. Le feu a aussi endommagé les portes des garages, mais les pompiers de Nivillac-La Roche-Bernard sont parvenus à éviter la propagation au reste du bâtiment.
« J’ai été prévenu à 4 h 45 du matin par la police municipale », poursuit le maire. Il s’est rendu sur place au petit matin, de même que le préfet Patrice Faure, le colonel Pascal Estève, à la tête du groupement de gendarmerie du Morbihan, et le procureur de Vannes François Touron.
Neuf gendarmes et leurs familles dorment sur place, mais leurs habitations sont un peu à l’écart et il n’y a pas eu besoin de les évacuer. Toutefois, le bruit de l’explosion des pneus les a réveillés. Qui peut en vouloir à ce point aux gendarmes ? C’est à eux-mêmes qu’incombe la mission de le découvrir. Une enquête a été ouverte. Le maire, quant à lui, n’en revient toujours pas : « C’est un secteur plutôt tranquille, ici, d’habitude ».

*****

Mise à jour du 15 mai : un homme interpellé

Le Parisien / vendredi 15 mai 2020

Le 4 mai dernier, la brigade de gendarmerie de Nivillac (Morbihan) avait été la cible d’un incendie criminel, au cours duquel deux véhicules des forces de l’ordre avaient pris feu. Dans le cadre de cette enquête, confiée au parquet de Vannes, un homme de 53 ans a été interpellé mardi, a appris Le Parisien de sources concordantes. […]
Le suspect, déjà connu des services de gendarmerie, aurait un passé compliqué avec les gendarmes de Nivillac. D’après nos informations, une rancœur locale et « un pétage de plombs » auraient déclenché le geste d’un homme décidé à se venger d’échanges parfois houleux avec les militaires.
Une information judiciaire a été ouverte. Quant au suspect, il a été présenté jeudi à la justice et placé en détention provisoire à la maison d’arrêt de Vannes. Le parquet précise que l’homme de 53 ans a été mis en examen pour dégradation par incendie et introduction sur un terrain militaire. […]

This entry was posted in ACAB, Des mauvais moments pour les bleus and tagged , , , . Bookmark the permalink.