Seine-Saint-Denis et Yvelines : Il y en a qui n’acceptent pas de rester sagement enfermés

Yvelines : Personne n’aime rester enfermé

Le Parisien / vendredi 20 mars 2020

Les forces de l’ordre ont été une fois de plus la cible de projectiles, jeudi soir, dans plusieurs quartiers sensibles des Yvelines, visiblement peu préoccupés par les consignes gouvernementales liées à la pandémie du Covid-19.

A Trappes, vers 17h30, un groupe d’une dizaine de jeunes a jeté des pierres sur les policiers de la brigade anticriminalité qui passait square Albert-Camus. Ils ont riposté par un tir de grenades incapacitantes. Une heure plus tard, c’est au square Louis-Pergaud, que les policiers, qui contrôlaient une dizaine de garçons ne respectant pas le confinement, ont reçu divers projectiles. Les fonctionnaires ont riposté en lançant cinq grenades et en utilisant leur lanceur de balles de défense pour les disperser. Des incidents avaient déjà éclaté les jours précédents lors de contrôles dans ce quartier [cf. ci-dessous ; NdAtt.].
Vers 16h15 place des Merisier, juste devant le commissariat, deux frères de 18 et 21 ans ont été interpellés après avoir frappé les policiers et même craché au visage d’une fonctionnaire, qui les verbalisaient pour non-respect des règles de confinement. Trois policiers ont été blessés lors de l’arrestation. Les deux suspects sont toujours en garde à vue au commissariat.

A Mantes-la-Jolie, rue Fragonard, au cœur du Val-Fourré, la voiture de patrouille a reçu vers 18h30, un objet lancé depuis la fenêtre d’un immeuble. Vers 21 heures, rue du Docteur Broussais, dans le même secteur, un groupe d’une cinquantaine de jeunes a lancé des pierres sur la voiture de la police. Aucun dégât et aucun blessé ne sont à déplorer, mais les policiers ont tiré deux grenades incapacitantes pour pouvoir se sortir de cette difficile situation et quitter les lieux.

A La Verrière, vers 2 heures du matin, les policiers procédaient au contrôle d’un automobiliste, dans la Résidence du Bois de L’Etang, quand un groupe d’une dizaine de jeunes leur a lancé des bouteilles en verre. Là aussi, les forces de l’ordre ont répliqué avec quatre grenades incapacitantes et quatre tirs de lanceur de balles de défense. […]

*****

Trappes (Yvelines) : Crache sur le flic !

Le Parisien / jeudi 19 mars 2020

Le confinement et les mesures sanitaires ordonnées pour lutter contre la pandémie de Covid-19 n’ont pas vraiment d’effet sur certains jeunes habitants des quartiers dits sensibles de Trappes. Ce jeudi vers 16 heures square Léo-Lagrange, un contrôle a dégénéré et trois policiers ont été légèrement blessés. Lors de l’incident, une policière s’est même fait cracher au visage par un des trublions. […]
Aussitôt l’incident signalé, des renforts du commissariat voisins ont convergé vers les lieux de la bagarre. Les forces de l’ordre ont maîtrisé deux frères, âgés d’une vingtaine d’années qui ont été placés en garde à vue pour violence, outrage et rébellion. Ces deux jeunes gens sont déjà connus des services de police.

Déjà mercredi, durant la journée un premier épisode de violence contre la police a eu lieu vers 16 h 30, square Louis-Pergaud. Un groupe fort d’une dizaine de jeunes a jeté une pierre sur la voiture de la police avant de prendre la fuite. À 19 h 20, dans ce même square, les policiers de la brigade anticriminalité ont essuyé des jets de projectiles provenant d’un groupe d’une quinzaine de personnes. Les fonctionnaires ont lancé deux grenades incapacitantes pour les disperser.

Et enfin à 22 h 45 square Albert-Camus, ce sont dix jeunes qui ont lancé des pierres sur la patrouille. Les fonctionnaires de la brigade anticriminalité venaient de remarquer que ce groupe était en train de fumer du tabac à chicha sur le parking du square. Au moment où les policiers sont sortis de leur voiture pour mener des contrôles d’identité, les fumeurs ont pris la fuite. Les forces de l’ordre ont tenté de les rattraper avant d’être repoussé par des jets de projectiles. Les policiers ont riposté avec un tir de grenade avant de se replier. Aucun blessé n’est à déplorer et aucun auteur n’a été interpellé. […]

*****

Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) : Journée trop calme ? Nuit agitée !

actuSeine-St-Denis / jeudi 19 mars 2020

Malgré le confinement, Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) a connu une nouvelle nuit agitée. Dans la nuit de mercredi 18 à jeudi 19 mars 2020, les policiers sont de nouveau intervenus pour des faits de violence. La veille, six personnes avaient été placées en garde à vue, soupçonnées d’être à l’origine de feux de poubelles et de jets de projectiles à l’encontre des forces de l’ordre.
La nuit dernière, ce sont des véhicules qui ont, cette fois-ci, été incendiés, selon des témoins. Policiers et pompiers interviennent alors rapidement. A leur arrivée, tout comme la veille, le climat se tend. Les auteurs, qualifiés « d’irresponsables » par la préfecture de police, empêchent les pompiers et les policiers d’intervenir. Des projectiles sont lancés à leur encontre. A la suite de cette soirée mouvementée, quatre personnes sont placées en garde à vue.

*****

Aulnay-sous-Bois : Première nuit de confinement, premiers échauffourées

actuSeine-St-Denis / mercredi 18 mars 2020

En plein confinement, c’est une nuit agitée qui s’est déroulée à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Dans la nuit du mardi 17 au mercredi 18 mars 2020, des jeunes se sont rassemblés et ont mis le feu à des poubelles.
Dans un premier temps, ce sont les pompiers qui sont appelés pour éteindre des feux de poubelles multiples. Puis rapidement, le climat se tend à l’arrivée des policiers qui viennent encadrer les pompiers.
Pour mettre fin à ces échanges musclés, les policiers ont procédé à des interpellations dans les groupes de jeunes. Six personnes ont été placées en garde à vue cette nuit et seront interrogées dans la journée. D’autres jeunes, dehors en plein confinement, ont reçu une amende pour être dehors.

This entry was posted in ACAB, Des mauvais moments pour les bleus, Le virus, l'État et son confinement and tagged , , , , . Bookmark the permalink.