Montélimar (Drôme) : L’intention est bonne, mais gare aux traces de peinture

Le Dauphiné Libéré / jeudi 30 janvier 2020

Il avait surtout ciblé des distributeurs de billets. Dans la nuit de vendredi 24 à samedi 25 janvier, plusieurs façades de banques du centre-ville de Montélimar avaient été recouvertes de tags, principalement anti-Macron, à la peinture verte. Un Montilien âgé de 30 ans a été interpellé par la police, mardi 28 janvier, après ces dégradations.

Il avait été aperçu dès samedi matin, près du kiosque du parc, par des agents de la police municipale, alors qu’il présentait des traces de peinture verte sur lui. Ce qui avait forcément éveillé les soupçons. Après vérifications, et notamment après l’examen de vidéos de surveillance, il a pu être identifié comme l’auteur de ces tags. Lors de sa garde à vue, mardi, il aurait refusé de répondre aux questions. Il a été aussi entendu pour détention de stupéfiants à son domicile : il y cultivait quatre pieds de cannabis. Ce Montilien avait déjà été poursuivi pour avoir dégradé des bornes de paiement de parkings du centre-ville, au nom des gilets jaunes, en décembre 2018.

This entry was posted in Bouffe du riche, Les affameurs / les empoisonneurs and tagged , , , , . Bookmark the permalink.