Brest (Finistère) : Une interpellation pour des actions antispécistes (MAJ du 11/06/20)

Côté Brest / vendredi 20 décembre 2019

La police nationale de Brest a interpellé un Brestois de 27 ans, se réclamant de la cause antispéciste (qui conteste la supériorité de l’être humain sur les animaux) et soupçonné d’être l’auteur d’actes de vandalisme à l’encontre de plusieurs commerces dont une boucherie, une poissonnerie ou un magasin de vêtements en fourrure et en cuir.

Le magasin de vêtements, situé en centre-ville, avait subi trois dégradations entre le 11 et le 21 novembre 2019 : des tags portant les inscriptions Go végan ou encore On aura ta peau. Le 12 novembre, le propriétaire avait été menacé de mort par un individu ayant pénétré dans son magasin et mimé un égorgement. Enfin, dans la nuit du 21 au 22 novembre, l’établissement avait subi des jets de projectiles.

En se basant sur des vidéos du réseau de transport en commun, la police a pu établir le rapprochement entre ces agressions et des faits similaires produits le 23 novembre : des tags inscrits sur la façade d’une agence de déménagement, d’un immeuble et de stations de tram en haut de la rue Jean-Jaurès. L’auteur présumé des faits, interpellé, a été présenté devant le propriétaire du magasin de vêtements, qui a reconnu son agresseur.

Lors de sa garde à vue, l’individu a reconnu l’ensemble des faits, se présentant comme un militant antispéciste depuis l’âge de 15 ans. La police l’a identifié comme étant l’auteur de deux autres dégradations sur les façades d’une poissonnerie et d’une boucherie, fin octobre dans le quartier de Recouvrance. Au total, il est soupçonné d’être responsable d’une dizaine de dégradations.
Présenté devant le parquet, il a été remis en liberté et convoqué en comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) le 8 juin 2020.

*****

Mise à jour du 11 juin 2020 : Huit mois avec sursis… et des excuses…

extrait de Ouest-France / lundi 8 juin 2020

[…] Ce lundi 8 juin 2020, au tribunal correctionnel de Brest, vêtu d’un pantalon ample et d’un pull à capuche de couleur sombre, le jeune Brestois de 28 ans, sans emploi, se présente à la barre. Se décrivant lui-même comme « anti­spéciste depuis ses 15 ans », défenseur de la cause animale, il est accusé d’une dizaine de dégradations et menaces de mort.

Dans la nuit du 25 au 26 octobre 2019, l’homme est à l’origine d’inscriptions pro-végans sur la vitrine d’une boucherie et d’une poissonnerie du quartier de Recouvrance. Un mois plus tard, à trois reprises, il s’en prend à une boutique en centre-ville qui vend des articles de fourrure. Deux fois pour y inscrire, à la peinture rouge sang, des tags prônant la cause animale ainsi que des menaces de mort visant directement le gérant du commerce. Une dernière fois, il fracasse la vitrine avec des pierres. […]

Les enquêteurs sont parvenus à l’identifier en faisant le rapprochement avec les dégradations d’une agence de déménagement et d’un arrêt de bus, les 21 et 22 novembre 2019. Grâce aux images des caméras de vidéosurveillance du tram, le gérant de la boutique a pu reconnaître son agresseur. L’individu résidant en centre-ville a été interpellé le 18 décembre. «  Mon client a reconnu les faits et s’excuse auprès de ceux qu’il a pu blesser », conclut son avocate.

Le Brestois écope de huit mois d’emprisonnement avec sursis et de 120 heures de travaux d’intérêt général. Il devra dédommager les victimes.

This entry was posted in Liberté animale and tagged , , , , . Bookmark the permalink.