Berlin (Allemagne) : A propos des attaques contre des bureaux de la CDU et une banque

de.indymedia.org / jeudi 24 octobre 2019

Le 22 octobre, avec des pierres et des marteaux, nous avons attaqué :
les bureaux de la CDU [Christlich Demokratische Union Deutschlands, Union chrétienne-démocrate dAllemagne : le parti de la chancellière allemande Angela Merkel; NdAtt.] à :
– Zähringerstraße, dans le quartier Wilmersdorf,
– Lychener Straße, dans le quartier de Prenzlauer Berg,
– Kolonnenstraße dans le quartier de Schöneberg,
ainsi qu’une banque :
– succursale de la Sparkasse, sur Anton Saefkow Platz dans le quartier de Hohenschönhausen

Comme à Athènes, les politicien.ne.s, les partis politiques, les flics et leurs perroquets ciblent certaines zones de Berlin qu’ils stigmatisent comme « zones dangereuses » et « lieux de criminalité », afin de donner légitimité à la terreur de leurs hordes armées.

Ils décrivent le Görlitzer Park à Kreuzberg comme le centre des bandes de dealers africains, certaines rues de Neukölln sont censées être sous le contrôle des clans arabes et les Rigaer et Liebigstraße à Friedrichshain sont considérées comme des territoires d’extrémistes de gauche criminel.le.s.

Partout dans le monde, il est possible pour l’État policier militarisé d’occuper des secteurs des villes et d’instaurer un état d’urgence pour les personnes qui y vivent. Là où les luttes sociales ne sont pas assez fortes créer pour une dynamique de confrontation directe, les insurgé.e.s contournent cette supériorité et peuvent attaquer les responsables du pouvoir dans des lieux de la métropole qui leur sont plus favorables. Au Chili, alors que l’armée est appelée en soutien à la police pour lutter contre les émeutes, revient à l’esprit le souvenir de la sanglante dictature militaire de Pinochet.

Nous avons attaqué la CDU non seulement parce qu’elle contrôle la violence meurtrière de la police en Allemagne, mais aussi parce que, ensemble avec Nea Dimokratia au Parlement européen, avec l’OTAN et avec Frontex. elle coordonne la guerre contre les migrant.e.s aux frontières de l’UE. Ces deux partis prônent, dans les pays respectifs, une formation autoritaire de la société, y compris entre autre l’élimination du mouvement anarchiste.

Et, comme on le sait, les banques vivent exclusivement du commerce des armes, de la misère et de la consommation inutile.

Nos attaques sont une réponse au texte venant d’Athènes [en français ici ; NdAtt.], dont nous partageons le contenu et l’orientation stratégique.

Nous créons nous-mêmes des zones dangereuses, temporaires, à Berlin, quand nous réduisons en miettes l’illusion de leur ordre. Il est temps de ramener dans leurs propres quartiers la violence qu’ils portent chez nous.

Bonne chance et courage à tous les combattant.e.s qui tous les soirs sont dans les rues des centres de la forteresse Europe, dans les métropoles d’Amérique du Sud et dans toutes les autres zones de conflit, pour faire comme nous : la destruction des infrastructures ennemies comme condition de notre libération.

Ami.e.s pour l’extension des zones dangereuses

This entry was posted in Bouffe du riche, Contre les frontières, International and tagged , , , . Bookmark the permalink.