Athènes (Grèce) : Des bureaux de Néa Dimokratía et des banques attaqués

AMWEnglish / vendredi 20 septembre 2019

Le dimanche 15 septembre, nous avons attaqué avec des pierres et des marteaux :

Les bureaux de Néa Dimokratía [parti de centre-droite, qui a gagné les élections grecques du 7 juillet 2019 – son chef Kyriakos Mitsotakis est depuis le Premier ministre; NdAtt.] de :
– rue Panaikos
– rue Eleftherios à Petridouà
– rue Ano, à Glyfada
– rue Thukididou
– rue Sunny à Marinou Antipa
– rue Brahami à Aghios Demetriou
– rue Daphne à Vouliagmeni.

les agences bancaires :
– banque Nationale, dans la rue Chalandri à Zenonos
– banque Nationale dans la rue Byron Formionos
– banque Nationale dans la rue Alimos à Thoukididou
– banque Nationale dans la rue Glyfada à Vouliagmeni
– banque du Pirée Corfou à Kypseli

Là où les nouveaux détenteurs du pouvoir, leurs perroquets médiatiques, les syndicalistes-flics voient le conte du « sanctuaire d’Exarcheia » de « l’anarchie », nous ne percevons que le symbole de la poursuite de la doctrine universelle et de la loi.

Plus de flics, moins de droits, moins de voix qui réclament et crient, la disparition de tout ce que et de tout.te.s celles/ceux qui gâchent la vitrine touristique, « les investissements », la vision néolibérale de la libre circulation des marchandises. Et ce qu’Exarcheia symbolise, les soulèvements dans la ville au cours des 11 dernières années (même si on pourrait remonter plus loin encore) ce n’est pas bon pour les entreprises, cela ne rentre pas dans la métropole Airbnb qu’ils cherchent.

Mais si, pour eux, Exarcheia (et son occupation policière) exprime le symbole de la « lutte contre l’illégalité », pour nous aussi, cela a la fonction symbolique des situations déclenchées par nos tentatives d’assaut au ciel.

Bien que nous vivions ailleurs (la plupart d’entre nous), nous avons nos racines politiques. Dans nos quartiers, dans nos lieux de travail, dans nos écoles, dans les structures de mouvement que nous avons mises en place dans nos espaces de vie.

La « bataille d’Exarcheia » n’est pas pour nous un « terrain de jeu rebelle », mais elle fait partie d’une lutte plus globale, qui passe par les syndicats auto-organisés, les quartiers antifascistes, les luttes locales…

Dans ce symbolisme d’Exarcheia, il y a tout ce que le pouvoir veut supprimer.
Et tout ce que nous voulons diffuser.

Les occupations et les structures de vie sont des espaces de lutte et de liberté.
Vous saignerez avant de les atteindre.

Compas pour la diffusion d’Exarcheia

This entry was posted in Antiélectoral, Bouffe du riche, International and tagged , , , . Bookmark the permalink.