Italie – opération Panico : Les peines demandées par le Parquet

Insuscettibile di ravvedimento / jeudi 18 juillet 2019

Le 16 juillet 2019, les procureurs Focardi et Giunti ont demandé des condamnations pour 39 des inculpés du procès « Panico » contre les anarchistes de Florence. Ce procès est l’union de plusieurs affaires, dont celle liée à l’opération « Panico » du 31 janvier 2017 (qui s’est soldée avec trois assignations à résidence, quelques contrôles judiciaires et des perquisitions; l’ accusation principale était « association de malfaiteurs ») et celle du 3 août 2017, qui a porté à huit arrestations, des perquisitions et l’expulsion du squat La Riottosa, à Florence. Les accusations pour les huit anarchistes qui avaient été arrêtés, sont d’avoir mené l’attaque explosive contre la librairie « Il Bargello » (à Florence, le 1er janvier 2017), liée aux fascistes et au parti fasciste Casa Pound – lors de cette action un flics démineur a été gravement blessé (il a perdu un œil et une partie d’une main) – ainsi que d’avoir attaqué avec des cocktails Molotov une caserne des Carabinieri dans le quartier de Rovezzano (Florence, 21 avril 2016).

Les peines les plus longues ont été demandées pour les anarchistes accusés de l’action du 1er janvier 2017. Le Parquet a demandé 11 ans pour Giovanni, 10 ans et 6 mois pour Paska, 10 ans pour Salvatore (Ghespe), 10 ans aussi pour Nicola. Les trois premiers sont en assignation à résidence depuis juin 2019 [après des longues détentions préventives; NdAtt.]. Ils sont, entre autre, accusés de « tentative d’homicide », « construction et transport d’explosifs » et « dégradations ».

D’autres condamnations ont été demandées, pour d’autres actions et des nombreuses choses qui se sont passées à Florence jusqu’en 2017. Il y a eu des demandes de condamnations pour 35 autres personnes, allant de 15 jours à 7 ans de taule. Les accusations sont : « dégradations », « violence », »résistance et menaces contre agent », « coups et blessures », « dégradations légères », « construction et transport d’explosifs », « possession d’engins pyrotechniques » et « refus de donner son identité ».

La sentence est attendue pour le 22 juillet, mais elle pourrait retarder d’environs une semaine.

Solidarité avec les anarchistes inculpés pour l’opération « Panico » et avec tous les anarchistes prisonniers.

This entry was posted in International, Nique la justice and tagged , , . Bookmark the permalink.