Italie : Des nouvelles depuis Brescia

Round Robin / vendredi 31 mai 2019

Lundi 27 mai, les flics sont allés chercher chez ses parents la femme du compagnon emprisonné puisque accusé de complicité dans la cavale de Juan et l’ont amenée pour une deuxième perquisition chez elle; toutes les habitations déjà perquisitionnées le 22 mai ont été fouillées à nouveau.

Encore une fois, c’était une vingtaine d’agents de la DIGOS [la police politique italienne; NdAtt.] encagoulés, accompagnés par la police scientifique : ils cherchaient une veste et un ordinateur qu’ils n’ont pas trouvé lors de la première vague de perquises. Nous soulignons le fait que le 25 mai, encagoulés et armes à la mains, les flics ont perquisitionné aussi quatre autres maison, où vivent des proches du compagnon emprisonné.

Dans l’attente de son passage devant le JLD, le compagnon reste en taule, pour éviter les contacts avec les compagnon.ne.s solidaires et parce que le Parquet pense qu’il ne respectera pas les arrestations domiciliaires.

 

Note d’Attaque – en attentant de savoir si le compagnon sortira ou pas, on peut commencer par écrire à Juan :

Juan Antonio Sorroche Fernandez
c.c. Canton Mombello
Via Spalto S. Marco, 20
25100 – Brescia (Italie)

This entry was posted in International, Nique la justice and tagged , , . Bookmark the permalink.