Quiévrechain (Nord) : Contre la paix sociale, en effet…

Incendie à la piscine

extrait de la VDN / dimanche 14 avril 2019

Vers 2 h 30, dans la nuit de samedi à dimanche, un incendie s’est déclaré à la piscine Ombelia, située rue Jean-Mermoz à Quiévrechain. Le feu a concerné la partie administrative de cet équipement géré par un syndicat (SIVOM) regroupant quatre communes (Quiévrechain, Crespin, Saint-Aybert et Thivencelle). De gros moyens ont été déployés par les secours puisqu’au plus fort de l’intervention, qui se poursuivait encore vers 5 h 30, on recensait quatorze véhicules et quarante sapeurs-pompiers présents sur place. […]

Ces dernières années, des feux d’origine suspecte se sont multipliés dans la ville. En décembre 2015, les ateliers municipaux sont partis en fumée. Avant ça, en août 2015, un cocktail Molotov avait été déposé sur l’appui de fenêtre d’un adjoint au maire. Le premier magistrat de la commune lui-même avait vu son véhicule brûler la nuit de Noël 2017. À l’époque, interrogé sur le sujet, Pierre Griner réagissait : « On a des orientations très claires, de ne pas faire dans la paix sociale. Quand il y a un problème, on prend les sujets à bras-le-corps pour les régler. On est réputé pour ça. » Cette nuit, sur les lieux de l’incendie, Pierre Griner ne cachait pas son agacement : « Il ne faut pas faire rentrer les gens dans une psychose ».

*****

Deux personnes interpellées

France3 / jeudi 18 avril 2019

Deux suspects, âgés de 18 et 24 ans, ont été déferrés devant le parquet de Valenciennes mercredi soir, après l’incendie survenu à la piscine de Quiévrechain dans la nuit de samedi à dimanche.
Selon une source policière, l’un des deux suspects, âgé de 18 ans, s’est présenté de lui-même, lundi soir, au commissariat de Valenciennes, affirmant être l’auteur de l’incendie qui a endommagé la piscine Ombelia, à Quiévrechain (Nord), dans la nuit de samedi à dimanche.
Placé en garde à vue, il a raconté aux policiers être entré dans la piscine par une issue de secours restée ouverte, alors qu’il cherchait un endroit pour dormir. Il a assuré qu’à son arrivée, les locaux avaient déjà été entièrement fouillés et que du liquide était répandu sur le sol. Il aurait accidentellement déclenché le sinistre en jetant un mégot de cigarette. Une version qui ne semble pas avoir convaincu les enquêteurs.
L’origine criminelle du sinistre faisait peu de doutes, des bouteilles de solvant (White Spirit) ayant été retrouvées et les caisses de la piscine ayant été dérobées. Le feu s’est d’ailleurs déclenché au niveau du guichet d’accueil.
« La piscine est fermée pour une durée indéterminée« , a dû annoncer dimanche Pierre Griner, le maire (DVD) de Quiévrechain.
Le lendemain, la police a retrouvé, dans un champ, des vêtements de sport et un ordinateur dérobés dans la piscine, la nuit de l’incendie. Elle a aussi interpellé un second individu, âgé de 24 ans. Les deux suspects ont été deferrés vendredi soir devant le parquet de Valenciennes.

*****

Et apparemment ça continue

La Voix du Nord / jeudi 8 avril 2019

Dans la nuit de mercredi à jeudi, des fumées se dégageaient du centre social Baby-Moz, à Quiévrechain. Un incendie à l’origine suspecte, qui intervient quelques jours seulement après celui qui a dévasté la piscine. [article payant; NdAtt.]

 

 

This entry was posted in Antiélectoral and tagged , . Bookmark the permalink.