Des mauvais moments pour les bleus (fin mars 2019)

Limeil-Brévannes (Val-de-Marne) : Des caillasses pour les flics, du feu pour les équipements de la mairie

extraits du Parisien / vendredi 29 mars 2019

Le centre socioculturel Christian-Marin a été largement endommagé par les flammes. […] Ce jeudi vers 21 heures, le feu a été mis à une voiture qui a été balancée contre l’équipement. A 22h30, l’ampleur des dégâts n’était pas encore connue. […] Selon nos informations, c’est une voiture-bélier qui a été balancée vers 21 heures contre le bâtiment avant d’être incendiée. Selon une source policière, le véhicule était signalé volé. Une heure plus tard, les pompiers parvenaient à venir à bout du sinistre. Le feu avait ravagé tout un pan du bâtiment dont la façade est bardée de bois.

La municipalité attendait la fin de l’intervention avant de se prononcer sur les dégâts. L’équipement d’1,5 M€ avait été inauguré en septembre 2015. En décembre dernier, un premier sinistre, accidentel alors, avait déjà endommagé le centre. […] Cette autre habitante, qui habite rue Calmette, raconte : « Ce soir, en arrivant, le quartier était plongé dans le noir, même dans le hall du bâtiment. En général, quand c’est comme ça, cela veut dire qu’ils préparent un mauvais coup. » […]

Les habitants se plaignent des nombreux tags destinés à la police ou la mairie qui recouvrent les immeubles, ou encore le vandalisme régulier. En décembre, c’est un local à poubelles qui avait été incendié.
Ce mercredi d’ailleurs, une voiture de police a été caillassée, selon une source policière par une vingtaine d’individus. Les fonctionnaires pour se dégager avaient dû lancer deux grenades de désencerclement. Les projectiles provenaient, selon cette source, du 17 rue Calmette. Deux individus avaient été interpellés. Une intervention qui avait, selon cette habitante, suscité la peur et la colère chez des mamans, installées dans le parc avec les enfants.

*****

Versailles : La voiture des flics d’abord… et aussi la flic après !

Le Parisien / samedi 2 mars 2019

Une jeune fille de 26 ans a été interpellée, vendredi après-midi devant le palais de justice de Versailles, alors qu’elle était en train de dégrader une voiture de la gendarmerie. Elle a été conduite au commissariat de Versailles où elle a été placée en garde à vue. Vers 23 h 50, une fonctionnaire a remarqué que la suspecte cachait une petite scie dans sa cellule. Lors d’une nouvelle fouille, les policiers ont mis la main sur une petite lame dentelée que la jeune femme avait dissimulée dans la poche arrière de son pantalon. Au cours de la fouille, en se débattant, elle a donné un coup de pied à une policière. La fonctionnaire souffre du tibia mais la blessure est sans gravité.

*****

Valenton (Val-de-Marne) : Quand la BAC débarque chez les gens du voyage…

Le Parisien / vendredi 1er mars 2019

Trois policiers de la BAC départementale ont été blessés jeudi après avoir été pris à partie par plusieurs personnes dans un camp de gens du voyage à Valenton. Là où un homme qu’ils poursuivaient s’est réfugié. Vers 14 heures, ce dernier fait le plein à une station-service de Créteil, où se trouvent aussi ces policiers. En les voyant, cet homme part précipitamment. Les policiers se mettent à le poursuivre en activant leurs avertisseurs sonores et lumineux. Une course s’engage jusqu’à la rue Vasco de Gama à Valenton où cet homme finit par descendre de sa voiture pour s’engager dans un camp de gens du voyage et demander de l’aide. Pris à partie, les policiers essuient des tirs de projectiles de la part de deux hommes en particulier dont l’un a été interpellé, de même que le conducteur. Ils ont été placés en garde à vue au commissariat de Villeneuve-Saint-Georges. Les policiers ont écopé de deux à cinq jours d’ITT.

*****

Givors (Rhône) : Il persiste dans sa recherche de la liberté !

Le Progrès / dimanche 3 mars 2019

Matinée mouvementée pour les policiers du commissariat de Givors. Il était 8 heures dimanche matin lorsqu’ils ont dû faire face à une véritable tentative d’évasion de la part d’un détenu appréhendé par leurs soins alors qu’il était en situation…d’évasion !
En effet, le détenu ne s’était pas présenté à la prison où il purge sa peine depuis le mois de février. L’homme a tenté une nouvelle fois de se soustraire à l’autorité judiciaire. Il n’a pas hésité à porter des coups violents à un policier du commissariat de Givors pour se dégager l’accès à la porte de sortie du commissariat et s’enfuir à toutes jambes dans la rue. Immédiatement pris en chasse par les policiers, il sera rapidement neutralisé après une course folle de quelques centaines de mètres, rue Marcel-Paul.

*****

Maison centrale de Poissy : Deux matons blessés

extrait du Parisien / mercredi 6 mars 2019

[…] L’un a un œil au beurre noir, l’autre souffre de contusions à la main. Deux surveillants de la Centrale de Poissy, un établissement pénitentiaire dédié aux détenus purgeant de longues peines, ont été agressés ce mardi.
L’incident s’est déroulé peu avant midi, au moment où l’agresseur devait réintégrer sa cellule après le temps consacré à la promenade. « Il a d’abord insulté les collègues, parce qu’il n’était pas prêt, rapporte un surveillant. Il s’est rapproché de l’un d’eux, toujours en l’insultant. Quand celui-ci l’a repoussé, le détenu lui a directement décoché un fulgurant coup de poing en plein visage. » « Ses lunettes ont littéralement volé en éclat », décrit la CGT dans un communiqué. Le syndicat assure que « selon les témoignages des surveillants sur place, s’en est suivi un véritable acharnement de coups au visage du collègue ».
« Les agents sont intervenus immédiatement pour lui porter secours et mettre fin à l’incident, reprend un surveillant. Le détenu a alors poussé une collègue qui est tombée et s’est blessée à la main. » Depuis, le détenu, « connu pour sa violence envers les surveillants puisqu’il a déjà giflé un lieutenant il y a deux ans », a été placé en quartier disciplinaire. Et « dès 14 heures, il a mis le feu à sa cellule », assure le délégué CGT. […]

*****

Prison d’Avignon et d’Arles : Attirer le maton dans le traquenard…

France3 / vendredi 15 mars 2019

Dans la nuit de mercredi à jeudi , au centre pénitentiaire d’Avignon, autour de deux heures du matin, un détenu appelle les agents. Il prétend avoir avalé plus de 200 cachets. Le personnel le rejoint et se fait agresser. Plusieurs surveillants sont blessés, l’un d’entre eux a 3 jours d’ITT.
Ce vendredi matin, vers 10 heures, dans la maison centrale d’Arles, un détenu refuse de rentrer dans sa cellule. Selon le syndicat SLR-FO, son comportement est agressif. Un surveillant, accompagné d’une Equipe Locale d’Appui et de Contrôle, tente de le réintégrer dans sa cellule. Le détenu porte des coups au surveillant, qui se retrouve le visage en sang. [et les matons continuent leur grèves – mais changez de taffe, ou suicidez-vous, les bourreaux ! NdAtt.]

This entry was posted in ACAB, Antiélectoral, Des mauvais moments pour les bleus and tagged , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.