Du Maine-et-Loire à la Haute-Garonne et la Meurthe-et-Moselle : Le rififi contre ce monde est endémique

Toul (Meurthe-et-Moselle) : Écoles et équipements publiques prennent cher

L’Est Républicain / vendredi 16 novembre 2018

Plusieurs vitres des portes d’entrée du Lycée Majorelle ont été brisées dans la nuit de mercredi à jeudi. Par des jets de grosses pierres, et pour la seconde fois en moins d’une semaine. Pour le proviseur Jean Lopes, des faits de vandalisme qui seraient le fruit « d’individus extérieurs et non d’élèves du lycée, car le climat est très serein au sein de l’établissement ». D’autres faits de vandalisme similaires ont eu lieu à Toul depuis le début du mois. Des voitures stationnées devant des institutions publiques ont été vandalisées. Et des vitres d’autres établissements scolaires ont été brisées plusieurs fois, entre autres celles des écoles élémentaires Pierre et Marie Curie sise quartier de la Croix-de-la-Metz ou l’école Maurice Humbert avenue des Leuques. Selon une autre source, « il se pourrait qu’il s’agisse d’un groupe qui n’ait pour seul but l’agression et la dégradation des services publics dans leur ensemble ».

*****

Segré (Maine-et-Loire) : Voiture en feu et dégradations

Haut-Anjou / vendredi 16 novembre 2018

La nuit a été agitée à Segré (Segré-en-Anjou-bleu)… Des dégradations ont eu lieu tôt dans la matinée, vendredi 16 novembre, dans le quartier de la gare. Les pompiers et gendarmes de Segré-en-Anjou-bleu sont intervenus vers 4 h 30 avenue du Général-d’Andigné alors qu’une voiture, un Renault Scénic, y a été incendiée. Les vitres de trois véhicules dans l’avenue du Général-d’Andigné, rue Lamartine et rue de la Liberté ont également été brisées. La nouvelle boucherie Aux Plaisirs Carnés, installée rue Lamartine depuis quelques semaines, a également été  touchée. L’une de ses portes a été dégradée.

*****

Fronton (Haute-Garonne) : L’augmentation du prix de l’essence n’arrête pas les incendiaires

La Dépêche / dimanche 18 novembre 2018

Plutôt habituée à un quotidien paisible, la ville de Fronton a été en proie à une délinquance urbaine qui n’est pas passée inaperçue. Dans la nuit de samedi 17 à dimanche 18 novembre 2018, pas moins de trois voitures ont été incendiées sur la place du foirail.
Des poubelles ont également été brûlées, tout comme à Castelnau-d’Estrétefonds, ou encore à Bouloc, où trois voitures avaient déjà brûlé mercredi soir. Les sapeurs pompiers sont rapidement intervenus dans les trois cas. A Fronton, cela n’a pas empêché les véhicules d’être totalement détruits. L’origine exacte de ces actes est encore inconnue. Une enquête a été confiée à la gendarmerie.
Hugo Cavagnac, le maire, a immédiatement été informé des faits. « Il est évident que nous condamnons ces actes, le contraire serait surprenant ! En revanche, l’important est maintenant de savoir de qui ils proviennent avant de tirer des conclusions hâtives », déclare-t-il avant de poursuivre, « nous mesurons très bien que nous n’échappons pas, nous non plus, à une hausse des faits de délinquance sur le secteur. C’est pourquoi nous avons pris ces derniers temps plusieurs mesures : augmentation du nombre de policiers municipaux, mise en place de la participation citoyenne encadrée par la gendarmerie, développement de la surveillance vidéo dans les lieux publics. On ne peut pas dire que la municipalité ne fait rien…  »  […]

This entry was posted in Antiélectoral, Brûle ton école and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.