Clermont-Ferrand : Saccage puis incendie du local des fascistes

La Montagne / Jeudi 4 octobre 2018

Au lendemain de son saccage, revendiqué par deux groupuscules d’extrême-gauche [voir ci-dessous, NdAtt.], le local du Bastion social, à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), a été victime d’un début d’incendie, ce jeudi, au petit matin. Dans la nuit de mardi à mercredi, deux groupuscules d’extrême-gauche, la Cellule antifasciste et révolutionnaire d’Auvergne (CARA) et l’organisation Jeunes Révolutionnaires, ont saccagé et pillé le local du Bastion social, rue de la Treille, à Clermont et aussitôt revendiqué leur action, vidéo à l’appui. Ce même local a de nouveau été ciblé par une action nocturne, ce jeudi, entre 3 heures et 4 heures du matin. L’entrée du local a été fracturée et des produits inflammables ont été déversés à l’intérieur, puis incendiés. Les flammes ont dégradé la porte d’entrée et les murs. Cette opération n’a, cette fois, pas été revendiquée.

*****

[Note d’Attaque: Bien que tout saccage d’un repaire des fascistes nous fasse grandement plaisir, nous restons très critiques par rapport à ce genre de groupes communistes autoritaires qui l’ont revendiqué. En plus de communiquer leurs actions sur les outils de l’ennemi, à savoir les réseaux sociaux, ils se mettent en scène dans des vidéos aux allures de clips autopromotionnels. En somme, ces groupes marxistes-léninistes se placent en tant qu’avant-garde racoleuse, ce qui par ailleurs est parfaitement en adéquation avec leur idéologie. Au contraire, à notre avis une lutte contre le fascisme a du sens seulement si elle s’insère dans une démarche antiautoritaire. ]

France 3 Auvergne / Mercredi 3 octobre 2018

Le milieu antifasciste de Clermont-Ferrand a revendiqué, mardi 3 octobre, le saccage du local de Bastion social. Ce mouvement révolutionnaire d’extrême droite avait pris ses quartiers en juillet 2018 près de la place de la Treille, dans le centre-ville de Clermont-Ferrand.
Les militants d’extrême gauche – membres de la Cellule antifasciste d’Auvergne et des Jeunesses révolutionnaires – ont appuyé leur revendication d’une vidéo, qu’ils datent de la nuit du 2 au 3 octobre 2018. Sur celle-ci, on les aperçoit forcer le local, baptisé « L’Oppidum« , et y pénétrer. Là, dans une pièce ornée de drapeaux auvergnat, français et serbe, ils détruisent des meubles et peignent à la bombe les murs. Ces casseurs parlent de leur action, répréhensible par la loi, comme le seul moyen « d’empêcher l’implantation » des « fascistes » à Clermont-Ferrand. Selon eux, « les pouvoirs publics sont incapables par leur moyens légalistes de [les] combattre, la préfecture faisant même preuve d’une grande complaisance envers cette organisation violente. »Contactée ce 3 octobre, la police de Clermont-Ferrand indique qu’elle n’est pas intervenue sur les lieux puisqu’aucune plainte n’a été déposée. Sur place, aucun membre de Bastion social n’était présent pour répondre à nos sollicitations. Ce local avait déjà été vandalisé fin août par les mêmes groupes d’extrême-gauche.

This entry was posted in Antifa and tagged , , . Bookmark the permalink.