Des mauvais moments pour les bleus (mi-juillet 2018)

Calais (Pas-de-Calais) : Migrants VS CRS 4-0

Le Parisien / mardi 31 juillet 2018

Quatre policiers ont été blessés lundi après-midi par des migrants à Calais, dont l’un à la tête, a annoncé mardi une source préfectorale, le syndicat Unsa-Police dénonçant un «véritable guet-apens».
Lundi, vers 14h50, des CRS sont intervenus dans la zone industrielle Marcel Doret, non loin de la rocade menant au port de Calais, en raison «d’une intrusion de migrants dans une entreprise», d’après la préfecture du Pas-de-Calais. «Les CRS ont fait l’objet de jets de projectiles provenant d’un groupe de migrants fortement alcoolisés et quatre CRS ont été blessés. L’un d’eux, blessé à la tête, a été emmené conscient au centre hospitalier de Calais pour un bilan», a précisé la préfecture.

Dans une lettre adressée au préfet du Pas-de-Calais, le syndicat Unsa-police a dénoncé ces violences. «Le mode opératoire est toujours le même. Au début, les CRS interviennent sur réquisition pour faire cesser les infractions d’un petit groupe de migrants. Puis très rapidement une centaine de migrants sortent du bois jouxtant la zone industrielle et encerclent les collègues qui doivent faire usage des armes pour repousser les assauts violents des agresseurs».

«Ce lundi, le capitaine de la CRS 40 a été frappé violemment par un migrant armé d’une énorme pierre, (…) on lui a diagnostiqué une commotion cérébrale», a poursuivi le syndicat, qui réclame la présence d’une demi-compagnie supplémentaire pour assurer la sécurité du site. D’après le dernier décompte des autorités, entre 350 et 420 migrants (entre 400 et 800 selon les associations) se trouvent à Calais, port d’Europe continentale le plus proche de l’Angleterre, pays qu’ils souhaitent rejoindre.

*****

Nice : Deux nuits d’émeute

Le Parisien / lundi 31 juillet 2018

Des violences ont éclaté dans la cité des Moulins à Nice après l’accident d’un jeune à scooter dimanche soir. Selon la police, il aurait tenté d’échapper à un contrôle.
Grosses tensions dans la cité niçoise des Moulins (Alpes-Maritimes). Dans la nuit de lundi à mardi, des matelas, des poubelles et des scooters ont été incendiés. Le quartier a concentré toute l’attention des policiers qui ont dû composer avec des jeunes au visage masqué jouant au chat et à la souris, sans aller directement à l’affrontement, rapporte Nice-Matin. C’est la deuxième nuit de violences dans ce quartier.

Tout a commencé dimanche soir, après un grave accident de scooter. Un jeune homme de 25 ans aurait tenté d’esquiver un contrôle de police. Dans sa course folle, il aurait violemment percuté un arbre. Plusieurs habitants du quartier contestent vivement cette version avancée par des sources policières. Selon eux, c’est une voiture de police municipale qui aurait heurté le deux-roues.

Gravement touché, le jeune homme souffrirait d’une fracture ouverte du fémur et serait également blessé à la hanche. Les sapeurs-pompiers l’ont évacué sous escorte policière vers un hôpital de Nice mais l’intervention n’a pas été de tout repos. Des jeunes du quartier des Moulins ont caillassé les forces de l’ordre. Les policiers ont alors riposté à coups de gaz lacrymogène.

La nuit dernière, les policiers ont de nouveau essuyé des jets de projectiles, sans toutefois subir de blessure. Anticipant une nouvelle flambée de violences, la direction départementale de la sécurité publique avait déployé d’importants moyens aux Moulins : la compagnie départementale d’intervention, la brigade spécialisée de terrain et la brigade anticriminalité étaient mobilisées pour cette deuxième nuit de tensions. […]

*****

Fréjus (Var) : L’émeute fait trois keufs blessés

Var Matin / Dimanche 29 juillet 2018

Ce samedi soir, entre 22h30 et 1 heure, des échauffourées ont éclaté entre une vingtaine de policiers et une soixantaine d’individus habitant le quartier de La Gabelle à Fréjus. Les policiers étaient intervenus après l’appel de plusieurs habitants qui protestaient contre les troubles sonores émanant d’un bar. A l’arrivée des forces de l’ordre, des individus se sont mis à courir puis ont violemment pris à partie les policiers, leur jetant notamment des projectiles. Trois agents de police ont été blessés.
Les policiers ont dû se servir de flash-balls, de grenades de « désenclavement » ainsi que d’une soixantaine de grenades à gaz lacrymogène pour que le calme revienne, vers 1 heure du matin ce dimanche. Si aucune interpellation n’a été effectuée cette nuit, une enquête est en cours pour identifier les auteurs de ces actes de violence.

*****

Petite-Synthe (Nord) : Pipi, caca… municipale

Le Phare Dunkerquois / vendredi 20 juillet 2018

Ce vendredi matin, les employés de la mairie de Petite-Synthe ont dû être surpris. Dans la nuit de jeudi à vendredi, un ou plusieurs individus ont réussi à pénétrer dans le bâtiment. Au sous-sol, un véhicule de la police municipale a été vandalisé. Une vitre a été brisée et, manifestement, le ou les vandales ont uriné dans le véhicule.

*****

Vierzon (Cher) : Grrrrr !

Le Berry Républicain / mercredi 18 juillet 2018

L’intervention policière, en bas de l’avenue de la République, devait être routinière. Le Vierzonnais, âgé de 40 ans avait un peu trop sucé le goulot de sa bouteille.
Il fait du tapage devant une pizzeria, vers 23 h 30. Quand les forces de l’ordre arrivent, ils se font copieusement arroser d’insultes et de menaces de morts.
Pour l’interpeller, la police va au contact et l’homme profite de ce corps à corps viril pour mordre un fonctionnaire au niveau d’un biceps.
Heureusement, les polos fournis par le Ministère de l’intérieur sont solides [ce ne sont pas encore ceux de Paul Boyé Technologies, mais tout pareil; NdAtt.], souligne le commandant Voisine, le patron des policiers de Vierzon. Une qualité de tissu qui évite au policier mordu une blessure plus profonde.
Le quadra y laisse quand même la trace de ses dents. Après avoir rouvert sa mâchoire et lâché le biceps du policier, l’homme continue d’avoir du mordant. Ivre et agressif, il est emmené à l’hôpital de Vierzon où là-bas, aussi, il sème son grabuge en causant quelques dégradations.
Ramené dans la geôle de garde à vue de la rue Mac-Nab pour dégriser, le quadra devrait être présenté ce jeudi au procureur de la République pour une probable comparution immédiate devant le tribunal correctionnel.
L’homme est connu des services de police et de justice pour quelques précédents…

This entry was posted in ACAB, Contre les frontières, Des mauvais moments pour les bleus and tagged , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.