Nantes : Troisième nuit d’émeutes – Pas d’affrontement direct, mais beaucoup d’incendies ! [Mise-à-jour, 07.07.2018]

Ouest France / Vendredi 6 juillet 2018

Le Lycée professionnel Léonard de Vinci

La nuit de jeudi à vendredi a de nouveau été émaillée de violences à Nantes, 48 heures après la mort, mardi soir, dans le quartier du Breil, d’un jeune homme tué par le tir d’un policier qui a été placé en garde à vue. Les violences se sont déplacées. Le Breil, les Dervallières, Malakoff ou Bellevue ont été en grande partie épargnées ; en revanche, La Bottière et Nantes nord (Le Chêne-des-Anglais et la Boissière) présentent ce matin un aspect sinistré. La police a interpellé quatre personnes, dont un mineur de 14 ans en possession d’un bidon d’essence et de mèches, placé en garde à vue. Lors de cette troisième nuit consécutive de violences, selon la préfecture, 52 véhicules ont été incendiés, en particulier à Nantes nord. Aucun blessé n’est à déplorer précise la préfecture. Sept bâtiments ont été la proie des flammes dans différents quartiers.

Le lycée professionnel Léonard-de-Vinci, dans le quartier de la Bottière, au nord-est de Nantes, a fait l’objet d’un début d’incendie.  La façade du lycée est partiellement noircie, c’est le bâtiment d’accueil qui a été la proie des flammes.  Selon la police, le concierge et sa famille ont été relogés, une cellule psychologique est mise en place.
Une tentative d’incendie sur une station-service a eu lieu toujours dans le même quartier, 1, rue Croissant. Le Bar-PMU du centre commercial Doulon-Bottière a été totalement détruit par les flammes ainsi qu’un magasin d’informatique.
A Bellevue, la mairie annexe et la Maison du citoyen ont été visées.

*****

Et la voiture de la maire cramée devant son domicile !

Ouest France / Vendredi 6 juillet 2018

Il était environ 22 h 45, jeudi soir. La voiture personnelle de la maire de Nantes a été incendiée, à proximité de son domicile, dans le quartier Chantenay. Contactée peu après les faits, alors qu’elle se trouvait dans une cité de Nantes touchée par les émeutes, Johanna Rolland n’a pas souhaité commenter l’incendie dont elle a été victime.
Plusieurs voitures ont encore été incendiées, cette nuit, dans divers quartiers de la ville. L’incendie de la voiture du maire est-il lié aux émeutes qui secouent la ville depuis trois nuits ou à sa fonction ? Qui a pu commettre cet acte ? Quel profil ? Aucune piste ne serait privilégiée. Une enquête a été ouverte.

*****

Le bilan des dégâts après trois jours d’émeutes:

20 Minutes / Vendredi 6 juillet 2018

Pour la troisième nuit consécutive, les quartiers nantais ont été marqués par des violences et dégradations volontaires. Des événements qui font suite au décès d’un jeune homme, mardi soir, tué par un policier alors qu’il tentait d’échapper à un contrôle au sein du quartier Breil-Malville, à l’ouest de la ville. Cantonnées au départ à des quartiers populaires parfois dits « sensibles », les émeutes se sont propagées à de nouveaux secteurs ces dernières heures. Et le bilan des dégâts s’alourdit considérablement.

Sur la seule nuit de jeudi à vendredi, huit bâtiments ont été dégradés et 52 véhicules incendiés, ont indiqué des sources policières et municipale. Quartier Bottière, le lycée Léonard-de-Vinci a été endommagé par un départ de feu criminel. Une partie de l’école maternelle Urbain-le-Verrier a été incendiée.

Un peu plus loin, la station-service de la route de Sainte-Luce a fait l’objet d’une tentative d’incendie, rapidement circonscrite. Quartier Vieux-Doulon, un bar-brasserie PMU a été brûlé dans un centre commercial. Un commerce voisin a également été endommagé. Sur l’île de Nantes, un parking souterrain a été visé par un départ de feu.

Comme la veille, un cocktail Molotov a été lancé contre un fourgon de police dans la cour d’un commissariat de la banlieue de Nantes, selon la police. Aucun incident n’a en revanche été signalé dans le quartier du Breil, où une marche blanche en hommage à la victime s’est déroulée jeudi en fin d’après-midi au cours de laquelle les proches du jeune homme avaient appelé au calme. Depuis mardi soir, plusieurs commerces, la bibliothèque, la maison de l’emploi, la mairie annexe, la maison de la justice et du droit ou encore un cabinet médical ont été incendiés aux Dervallières. Au Breil-Malville, un cabinet médical et des locaux associatifs ont été détruits par les flammes.

A Malakoff, la maison de quartier (dont la bibliothèque-ludothèque) a été ravagée par les flammes, tandis que le bureau de Poste a été dégradé. Au Château de Rezé, la salle de spectacle la Barakason et deux commerces ont été victimes d’un début d’incendie. Plus de 200 véhicules ont été incendiés dans divers quartiers de l’agglomération nantaise depuis mardi soir.

Il y a eu des voitures en feu pas loin de la prison pour mineurs d’Orvault

Boulevard Pompidou, sur l’Île de Nantes – pas loin de l’Hôtel de la Région

La nuit a été agitée aussi à Garges-lès-Gonesse

A Besançon les murs prennent la parole – source : La rue ou rien

This entry was posted in ACAB, Antiélectoral, Bouffe du riche, Brûle ton école and tagged , , , , . Bookmark the permalink.