Nantes : Deuxième nuit d’émeutes contre la police [quelques mises-à-jour]

Ouest-France / Jeudi 5 juillet 2018

À 22 h 30, la situation s’est tendue dans certains quartiers nantais, ce mercredi 4 juillet, après un moment d’accalmie. De Bellevue à Malakoff, mais aussi au Breil ou aux Dervallières, de nombreux feux de poubelles et de véhicules ont été constatés.
Onze personnes ont été interpellées par la police dans la nuit de mercredi à jeudi, dont quatre mineurs et quatre hommes cagoulés [La plupart ont été arrêtées dans le quartier du Breil; 20 Minutes, 05.07.2018]. Ils sont soupçonnés d’être impliqués dans le tir d’une balle de 22 long rifle sur le casque d’un policier. Le policier n’a pas été blessé. La plupart des interpellations ont été effetuées dans le quartier du Breil où a été tué ce mardi soir Abubakar, 22 ans, lors d’un contrôle de police.
La situation reste tendue dans ce quartier. La police a été relayée par les gendarmes mobiles dans le quartier. Les militaires ont reçu des cailloux, et toutes sortes de projectiles. Une voiture a été incendiée aux alentours de 23 h 30.

Dans d’autres quartiers, des foyers d’incendie ont été allumés : des voitures ont pris feu à Rezé, quartier du Château, où la tension est encore palpable, avec énormément d’habitants dehors, tard ce soir. Trois détonations ont été entendues.

Trois véhicules ont été placés au milieu du boulevard Jean-Ingres où ils ont été incendiés. Vers 1h15, les pompiers avaient pu éteindre les flammes. Plus d’une dizaine de camions des forces de l’ordre bloquent l’accès au quartier des Dervallières.

Dans ce quartier des Dervallières, la situation s’échauffait sensiblement vers 0h30. Une trentaines de personnes, dont certaines munies de barres de fer, cassaient tout ce qui avait pu échapper aux incendies de la veille. Les forces de l’ordre ont répliqué avec des tirs de gaz lacrymogène.

Vers 1h30, la situation semblait toujours délicate, avec d’importantes flammes visibles dans le quartier, où des cocktails Molotov auraient été utilisés. Le parking du supermarché Aldi, qui se trouve à proximité des commerces déjà visés mardi, a été touché à son tour. Une dizaine de voitures y ont brûlé. L’atelier de bricolage le ressort, situé à côté de la maison de la justice et du droit, a quant à lui été détruit par les flammes.

A Bellevue, outre les containers incendiés, les forces de l’ordre, présentes en nombre, ont été caillassées. Des feux de poubelle ont également été rapidement maîtrisés devant la poste, place Mendès-France. Devant le bâtiment, dont la façade à été la cible de projectiles, des débris et restes de bouteilles jonchent le sol. Du côté de la place des Lauriers, une voiture a été renversée et incendiée au niveau de la rue du Plessis Gautron. Si la situation semble s’être calmée, des nombreux camions de gendarmes mobiles et CRS sont toujours présents. Toujours dans le quartier de Bellevue, les pompiers sont intervenus sur un véhicule en feu, boulevard Jean-Moulin, au niveau du supermarché Netto. L’incendie a pu être éteint.

La maison des Haubans a également été la cible d’incendiaires. Selon des habitants, descendus en bas des tours, ce sont  «le coin bibliothèque et la partie des petits»  qui auraient brûlé.

Fermeture du Pôle Emploi du quartier Malakoff pour cause de « dégradations »

Des abribus de Malakoff il ne reste plus que la structure…

La maison des Haubans

idem

idem

L’atelier de bricolage « Le Ressort »

Photo du flic meurtrier qui a buté Abubakar (glanée sur twitter et légèrement modifiée)

La Maison des Haubans, le lendamain

La révolté se répand

Presse-Océan / jeudi 5 juillet 2018

source : La rue ou rien

[…] Après les vives tensions dans les quartiers des Dervallières, de Malakoff et du Breil où un jeune homme âgé de 22 ans est décédé mardi soir, mort d’une balle dans le carotide tirée par un CRS dans des circonstances qui restent à éclaircir, les violences se sont étendues à Beaulieu, où un centre de loisirs a été légèrement dégradé, au Clos-Toreau, à la Boissière, Pin Sec, Tillay et Bellevue dans la nuit de mercredi à jeudi. Des incendies ont aussi secoué le quartier du Château à Rezé. A Orvault, dans le quartier Plaisance, des pompiers ont été victimes de jets de pierres.
Jeudi 5 juillet, à 0 h 55, un cocktail molotov a été envoyé sur le commissariat de Saint-Herblain. L’engin a atterri sur le toit d’un véhicule de police situé dans la cour et a entraîné des dégradations. Des dégradations par tags ont également été constatées sur les commissariat de Chantenay et la Beaujoire.
Au total, la nuit dernière, selon un comptage provisoire, une soixantaine de véhicules ont brûlé.
Enfin, le casque lourd d’un policier aurait été touché par un projectile de 22 long rifle. « Il fera l’objet d’une expertise », avance, prudent, Jean-Christophe Bertrand, le patron des policiers nantais.

*****

L’Etat joue l’éternelle carte de la famille qui appelle au calme

extrait de Ouest-France / jeudi 5 juillet 2018

Ce mercredi, la famille d’Aboubakar F., tué par le tir d’un CRS demandait « calme et recueillement ». Malgré cela, la seconde nuit d’émeutes, à Nantes, est restée aussi intense que la première.
Antonin Péchard [le baveux de la falille, mercredi soir, demandait, relayant le souhait de la famille d’Aboubakar F., tué par un tir de CRS , mardi soir, dans le quartier du Breil, « calme et recueillement ». Il n’a pas été entendu. […]

[…] Ce soir, la famille d’Aboubakar F. sera présente à ce qui s’annonce comme un moment clé de la journée à venir : une marche blanche est organisée, à 18 h, dans le quartier du Breil. Le point de départ est fixé rue des Plantes, là où le jeune homme de 22 ans a été tué. La famille, encore une fois, a demandé qu’elle se déroule dans le calme.

*****

Garges-lès-Gonesses (Val-d’Oise) : La marche blanche ne calme pas la rage

Le Parisien / mercredi 5 juillet 2018

Une voiture et deux poubelles incendiées ainsi que des jets de projectiles à répétition sur les policiers. La soirée de mercredi à Garges-lès-Gonesse a été marquée par une série d’incidents, survenus à la suite d’un rassemblement organisé en réaction à la mort d’Aboubakar Fofana, tué la veille par un policier à Nantes (Loire-Atlantique). La victime de 22 ans était originaire du quartier de la Muette.
A 23h30, alors que le cortège qui s’était rendu devant le commissariat de Sarcelles s’était dispersé plusieurs heures plus tôt, un cocktail Molotov a été lancé sur des fonctionnaires de police, rue Paul-Langevin, à Garges. L’engin incendiaire a atterri aux pieds de deux policiers qui n’ont pas été blessés. Les forces de l’ordre ont riposté en tirant deux grenades pour disperser le groupe.
A 1h15 du matin, avenue du 8-Mai-1945, dans le secteur du Fort de Stains, un équipage de la Bac a été la cible de jets de projectiles, le véhicule étant touché par des pierres. Les fonctionnaires ont tiré à deux reprises avec un calibre 40 (projectiles en caoutchouc) et ont identifié un des auteurs présumés du caillassage. Celui-ci, âgé de 21 ans, a été interpellé et placé en garde à vue.
Pratiquement au même moment, allée Van-Gogh, une patrouille de police-secours qui contrôlait un véhicule a été également prise à partie et a essuyé des jets de pierres qui n’ont pas fait de blessés.
Vers 2h30, du matin, les policiers qui sécurisaient l’intervention des pompiers dans le secteur de la place de la Commune-de-Paris, ont dû faire usage à deux reprises du calibre 40 pour assister les sapeurs-pompiers, mobilisés pour éteindre des feux de poubelles.

*****

La salle de concerts Barakason à Rezé – selon les journaleaux il n’y aurait pas de lien avec les émeutes. L’hasard fait bien les choses…

La Maison des Haubans le lendemain

 

This entry was posted in ACAB, Bouffe du riche, Brûle ton école, Des mauvais moments pour les bleus and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.