Un soir de janvier à Paname

reçu par mail / vendredi 26 janvier 2018

On se promenait dans les quartiers des riches lundi soir et on cherchait un moyen de gâcher leur sommeil.
On ne veut pas attendre sagement une hypothétique révolution qui viendra peut-être on ne sait pas trop quand et on ne sait pas trop comment, comme si elle devait tomber du ciel. Une révolution qui n’arrivera probablement pas si on se limite à l’attendre sagement. On s’est dit qu’on veut rendre coup pour coup maintenant, détruire un peu de ce qui détruit petit à petit nos vies, enferme nos désirs.
Plongés dans ces pensées nous sommes tombés sur une grosse BMW d’un corps diplomatique, au début de la rue Cardinet.
Inutile de le dire, la caisse de luxe est partie en flamme en quelques minutes !

Une pensée pour Krème condamné pour le barbecue sauce bleusaille, à qui l’État veut faire payer ce printemps émeutier de 2016. Une pensée pour les prisonnier.e.s qui ripostent aux matons, ces jours-ci.

Solidarité avec les compagnon.ne.s sous procès pour l’opération scripta manent en Italie, solidarité avec Lisa emprisonnée en Allemagne !

Liberté pour tou.te.s, vive l’anarchie !

[in italiano] [in english]

This entry was posted in Anticarcéral, Solidarité and tagged , , , , . Bookmark the permalink.