Région parisienne, 2 mars : les lycéens continuent !

A Paris :

Paris-luttes.info / vendredi 3 mars 2017

Ce jeudi 2 mars de nouveaux blocages ont eu lieu dans différents lycées contre les violences policières et en solidarité avec Théo.
Place de la Nation une manifestation lycéenne a été empêchée par un dispositif policier complètement ahurissant.
Plusieurs interpellations en fin de manifestation.

Alors qu’un appel à blocus des lycées contre les violences policières tournait sur les réseaux sociaux pour ce 2 mars, plusieurs établissements ont connu des perturbations plus ou moins fortes. Certains ont été bloqués, sur d’autres la police est intervenue pour empêcher le blocage.

Quelques lycées perturbés ce jeudi 2 mars :

Une trentaine de lycées bloqués ou perturbés en région parisienne (d’après la préf).
- Boileau (Aulnay-sous-Bois)
- Voillaume (Aulnay-sous-Bois)
- Auguste Renoir (Asnières)
- Albert-Camus (Bois-Colombes)
- Michel-Ange (Villeneuve-la-Garenne)
- Voltaire (Paris 11)
- Dorian (Paris 11)
- Diderot (Paris 19)
- Victor Hugo (Paris 4)
- Louis-Armand (Paris 15)
- Colbert (Paris 10)
- Claude Monet (Paris 13)
Etc…
(liste incomplète)

Rassemblement et nasses à Nation :
Le dispositif policier était très important pour ne pas dire suffoquant.

A 11h : quelques centaines de lycéens et lycéennes tentent de partir en manif. Ils se font tout de suite bloquer par les différentes unités de CRS, GM, au motif que la manifestation n’est pas déclarée…

11h30 : la place est cernée et il y a trois nasses différentes où des lycéens et lycéennes sont retenu-es par les flics. Intimidation de la presse par les CRS.

12h : Violente arrestation complétement gratuite d’un camarade lycéen. Celui ci a eu le toupet de réagir à un CRS qui le menaçait avec sa matraque en lui disant « Je vais t’éduquer ! » Etranglement du jeune et arrestation, ou comment créer un délit. Les nasses sont fusionnées lentement.

12h30 : Bien que le dispositif ne se relâche pas, la place est plutôt très calme. Les keufs ratissent de temps à autre la place pour ramener des « jeunes » (je dis jeunes car si vous aviez plus de 25 ans, en générale, on ne vous demandait rien). Bon en même temps les manifestant-es commencent à connaitre cette stratégie et la police a mis pas mal de temps à reprendre l’ensemble de la place car des bandes de potes se déplaçaient en anticipant les mouvements policiers. Beaucoup de BAC plus ou moins discrètes.
Un premier « panier à salade » part avec au moins 8 manifestants.

13h30 : Une partie de la nasse est expulsée via le métro. Au compte goutte, parfois avec fouille. Autour, les bac et les CRS contrôlent sans ménagement tout ce qui ressemble à un lycéen. Encore un mouvement policier sur le terre plein central pour chasser ces manifestant-es qui ne veulent décidément pas partir.

14h : Un nouveau bus policier arrive, une bonne vingtaine de personnes sont embarquées.

A 18h il reste toujours des flics en tenue devant le RER et quelques camions à l’entrée du cours de Vincennes. Ils flippaient aussi à l’annexe du ministère de l’intérieur, des plots en béton ont été posés le long du trottoir sur tout l’angle et un flic en uniforme traînait dans le hall…

Au total, d’après la préf, 24 personnes ont été interpellées en région parisienne, 9 à Paris, 10 dans le 92, et 5 dans le 93. Des comparutions immédiates sont à prévoir ce vendredi, entre autre, au tribunal de Nanterre et de Paris.

*****

A Aulnay :

extrait du Parisien / jeudi 2 mars 2017

 […] A Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), quelque 200 personnes se sont rassemblées devant le lycée Boileau, où a été mis en place un barrage filtrant les entrées, indique-t-on de source policière. «Certains cherchent à en découdre avec les forces de l’ordre en jetant des projectiles mais pour le moment ce sont des prises à partie légères», a précisé cette source. […]

This entry was posted in ACAB and tagged , , , , . Bookmark the permalink.