Marseille : Nouvelle phase d’installation de caméras

La Provence / samedi 10 septembre 2016

Alors qu’une nouvelle phase d’installation de 500 caméras va être lancée, la mairie a fait de la mise en place de la vidéoprotection dans les cités sensibles une priorité. Une annonce qui va faire du bruit.
Dans ces mêmes colonnes, début août, Caroline Pozmentier faisait un rêve. L’adjointe au maire en charge de la sécurité et, depuis peu, secrétaire nationale Les Républicains en charge de la prévention de la délinquance, sortait de ses cartons l’idée majeure de son mandat : « la safe city », ou l’art (parfois encore un peu abstrait) de faire du numérique le chantre de la « ville sûre » de demain, s’appuyant sur 2 000 caméras à l’horizon 2020. Et ce développement passera par les cités sensibles de la ville. C’est ce qu’elle a affirmé jeudi matin, lors d’un CLSPD (Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance) qui évoquait aussi les efforts faits en matière d’enlèvement des épaves (500 l’an dernier) et la mise en place d’une médiation sociale digne de ce nom.

Mais évidemment, c’est l’introduction de « Big Brother » dans ces cités, considérées pour certaines comme des forteresses, qui fera le plus parler. « On a commencé, dès 2012, à placer des caméras sur les grands axes, pouvant servir dans la fuite des malfaiteurs, puis dans les noyaux villageois. Nous approchons le millier de caméras réparties dans tous les arrondissements, alors, dans le cadre d’un maillage équilibré, il nous faut maintenant nous implanter dans les cités sensibles, une cinquantaine environ. Évidemment, toutes les images seront centralisées au centre de supervision urbain (CSU) dont il faudra renforcer encore le nombre des agents, estime Caroline Pozmentier. Ce dont on ne se rend pas forcément compte, c’est que cela s’accompagnera inévitablement d’un développement de l’éclairage public et de la fibre optique, nécessaires à la bonne utilisation de cet outil de vidéoprotection. Donc c’est tout bénéfice pour les habitants ! »

Pas certain que tous soient unanimement de cet avis. En revanche à l’Évêché, l’annonce fait un tabac…
« C’est une nécessité parce que la présence massive de caméras dans le reste de la ville a un effet chasse-neige vers les zones moins surveillées et donc vers ces cités dans lesquelles d’ailleurs on manque parfois de preuves irréfutables pour confondre des malfaiteurs, estime le directeur départemental de la sécurité publique, Jean-Marie Salanova. Reste maintenant à les placer aux bons endroits, nous avons pour cela des référents sûreté qui travaillent d’arrache-pied. »
Car ce sont des dizaines de caméras qui seront, au final, implantées, dont le coût global d’installation – entre 1 500 et 7 000 euros par caméra – risque de s’envoler. Leur mise en place sera sans doute à la charge partagée de la mairie, des bailleurs, avec l’aide du Fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD) et celle de leur entretien, uniquement aux bailleurs…
« Nous sommes mûrs, assure Caroline Pozmentier, il va falloir se réunir plusieurs fois pour se concerter entre mairie, État et bailleurs sociaux, quant aux aspects techniques, juridiques et financiers. » Et déterminer une stratégie afin de « rendre l’outille plus inviolable possible ». À la police judiciaire, on imagine déjà la réaction des gros bras du trafic de stups : « Ils vont d’abord tout tenter pour les détruire une à une et puis s’ils voient que la mairie les remplace systématiquement, ils vont finir par changer d’organisation : soit tous se cagouler, soit se rabattre dans les halls d’immeuble – ce qui est déjà parfois le cas -, développer la livraison à domicile – mais ça n’est pas évident parce que hors de leur cité, ils se sentent plus vulnérables – ou alors carrément délocaliser leur business dans les communes alentour, aux Pennes-Mirabeau, à Vitrolles, Port-de-Bouc ou à Septèmes par exemple, indique un fin connaisseur. On fera toujours des surveillances physiques mais clairement, ça va nous aider parce qu’on est souvent nous-mêmes filochés par leurs gars ! Et puis cela nous permettra de vérifier un certain nombre d’informations que nous donnent des voisins, notamment sur des livraisons nocturnes, que l’on a parfois du mal à vérifier… »

Du côté du préfet de police, Laurent Nuñez, et des bailleurs, on retrouve le même enthousiasme.
« Les résultats sont bons dans le reste de la ville alors on peut imaginer qu’il en sera de même dans les cités », juge Bernard Oliver, le président des HLM Paca-Corse. « Pendant trop longtemps, cet aspect a été négligé, donc je suis ravi de cette initiative d’autant que mes services travaillaient déjà à la mise en place de caméras qui seront utiles contre les trafics mais aussi contre les agressions et autres rassemblements nocturnes qui pourrissent la vie des gens », conclut Lionel Royer-Perreaut, le président de 13 Habitat.

This entry was posted in Anti-caméras, Les outils de l'ennemi and tagged , , . Bookmark the permalink.