Le Mée-sur-Seine (Seine-et-Marne) : face aux flics, jamais reconnaitre quoi que ce soit

NdAtt. Nous publions cette la nouvelle de la répression qui a suivi l’attaque de deux postes de police, le 14 juillet dans cette petite ville de Seine-et-Marne. Un seul des inculpés a tenu tête aux bleus et leurs coups de pression classiques lors de sa GAV, avec les images de caméras de surveillance à l’appui. Nous saluons sa persévérance, même si cette fois si ça ne lui a pas évité la taule. Face aux bleus, bouche cousue, toujours!

Quatre interpellations après les dégradations du 14 juillet

La République de Seine-et-Marne / mercredi 27 juillet 2016

La Mee sur Seine 14 7 2016Les investigations de la sûreté urbaine de Melun ont permis d’identifier plusieurs individus. Les policiers ont interpellé à leur domicile, ce mercredi 27 juillet,  quatre jeunes hommes, âgés de 18 à 20 ans et originaires du Mée-sur-Seine. Ils sont mis en cause dans les dégradations qui ont touché notamment le nouveau local de la police municipale du Mée-sur-Seine ainsi que le commissariat de la police nationale, en marge des festivités du 14 juillet.
Le nouveau local des agents municipaux avait été la cible d’un caillassage et plusieurs vitres avaient alors été fêlées. Pour le commissariat, des individus avaient tenté d’incendier une poubelle à l’entrée mais les forces de l’ordre étaient parvenus à éteindre le début d’incendie. Trois des quatre personnes interpellées sont défavorablement connues des services de police. Ils ont été placés en garde à vue au commissariat de Melun. La municipalité avait déposé plainte à la suite des dégradations.

*****

Condamnés pour les dégradations des postes de police

La République de Seine-et-Marne / vendredi 29 juillet 2016

Le local de la police municipal avait été ouvert en juin et le nouveau commissariat de police inauguré en fin d’année dernière. Plusieurs incidents s’étaient déroulés, dans la nuit du 14 juillet, en marge des festivités de la fête nationale. Le local de la police municipale avait été caillassé par des individus et une poubelle incendiée devant le bâtiment de la police nationale.
Bilan : plus de 10 000 € de dégâts à la charge de la mairie, propriétaire des deux bâtiments. Les investigations ont mené à l’interpellation de quatre Méens, âgés de 18 à 21 ans, qui ont été présentés, jeudi 28 juillet en comparution immédiate. Identifiés par la vidéo-protection, seuls trois ont reconnu les faits.

This entry was posted in ACAB, Nique la justice and tagged , . Bookmark the permalink.